Ignace - Augmentation des suicides dans la police
Ignace – Augmentation des suicides dans la police

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

4 commentaires

  1. Je crois qu’avec les 2 du week end ,nous arrivons à 25 . ! 25 qui ne gazeront plus , ne matraqueront plus n’éborgneront plus .C’est toujours ça de gagné .
    A qui le tour ?
    Il semble que le dictateur ait fait appel à des mercenaires étrangers pour matraquer” , ceux qui ont un drôle d’écusson sur leur armure Inconnu
    De ce fait le peuple FRANCAIS pourrait faire appel à des “snipers” libyens ou syriens pour nous dégager le pays de la dictature .

  2. Les suicides ,deprime difficultes de la vie ,pauperisation =surcroit de travail = burn out ,et aussi divorces parceque vie trop dure ,pas de chauffage ,pas possible de payer voiture ,maison ,famille ,( raisons pour lesquelles les gj veulent virer la dictature des imposteurs sataniques que defendent avec zele criminel les fdp ).Suicides dans la police ,en dehors ou en + de tout ca ,;ou ,suragressivite que l on retourne contre soi ou malaise de faire un travail de kapo milicien quand on a une conscience .J ai de la peine pour les victimes par million des illuminatis et autres ordures sbires de la macronie ,mais honnetement pour les fdp ,,no comment .

  3. daflon says:

    Certains, chez qui reste encore une trace d’humanité, ont peut être eu des remords d’avoir mutilé, éborgné, estropié, des enfants, des femmes, des vieillards, gilets jaunes désarmés et pacifiques qui manifestaient parce qu’ils n’en peuvent plus de cette société dirigée par une oligarchie pourrie jusqu’à l’os, qui les exploite honteusement.

  4. Mourir pour mourir, PLUTÔT QUE SE SUICIDER INUTILEMENT…, ils feraient mieux de se faire sauter intelligemment et utilement, sur les Élysées ou sur une mosquée. Comme savent si bien faire, ces bestiaux primitifs détraqués, avec nos églises, dans nos magasins, nos ruelles bondées de gens ou sur nos clubs de nuit !