C’est un nouveau bloody sunday  diraient les Irlandais catholiques. En Indonésie, le dimanche des Rameaux a été taché du sang d’innocents. Une violente explosion s’est produite hier dimanche 28 mars près de la cathédrale catholique de Makassar, la capitale de la province de Sulawesi du Sud.

La police indonésienne a établi que c’était une attaque terroriste menée par deux kamikazes. Des restes humains ont également été retrouvés sur les lieux. « Nous vérifions s’il s’agit de terroristes ou de personnes présentes dans la cathédrale », a expliqué le porte-parole de la police de Sulawesi du Sud, E. Zulpan.

Selon une première reconstitution des faits, les deux terroristes sont arrivés à bord d’une moto chargée d’explosifs et se sont fait exploser devant l’entrée principale du lieu de culte. « Ils voulaient entrer dans le complexe de l’église », a déclaré la police. Leur tentative a été contrecarrée par l’intervention héroïque de certains agents de sécurité de l’église.

Les morts seraient deux, peut-être les kamikazes, et il y aurait au moins 14 blessés, dont cinq fidèles qui venaient de quitter l’église après avoir assisté à la messe du dimanche des Rameaux. Les équipes de secours et les forces de sécurité sont toujours en train d’identifier d’éventuelles personnes disparues. Aucune revendication n’a encore été faite même si les autorités laissent entendre dans les médias l’hypothèse de l’implication du groupe islamiste Jamaah Ansharut Daulah (Jad), déjà responsable en 2018 d’attentats suicides contre des églises, qui ont coûté la vie à 30 personnes.

Selon Argo Yuwono, porte-parole de la police nationale, le bilan, aussi provisoire soit-il, aurait pu être beaucoup plus lourd puisque les kamikazes essayaient de pénétrer dans l’enceinte de l’église. Danny Pomanto, maire de cette ville portuaire ayant une importante communauté chrétienne, a fait la même remarque en expliquant que le bilan aurait pu être beaucoup plus grave si la moto avait tenté de pénétrer dans l’église par l’entrée principale et non par une porte latérale.

Le gouvernement indonésien a fermement condamné l’attaque de la cathédrale de la ville de Makassar, dans la province de Sulawesi du Sud. Le ministre indonésien des Affaires religieuses Yaqut Cholil Qoumas a déclaré que cette attaque était un acte odieux.

Le président indonésien, Joko Widodo, lors d’une intervention à la télévision a exprimé « une ferme condamnation » de l’attaque kamikaze et a invité les citoyens à « rester calmes » en célébrant leur culte car « l’Etat garantit la sécurité des fidèles ». « Je condamne fermement cet acte de terrorisme et j’ai ordonné au chef de la police d’enquêter de manière approfondie sur l’organisation des suspects et de la démasquer jusqu’à ses racines », a déclaré Widodo. S’il a tenu à déclarer que le terrorisme « est un crime contre l’humanité », il a aussi rajouté pour exonérer l’islam que  « le terrorisme n’a rien à voir avec aucune religion ».

Affirmation que démentent malheureusement les faits : en Indonésie, le pays à majorité musulmane le plus peuplé du monde, les églises chrétiennes sont souvent la cible d’extrémistes islamiques. En mai 2018, une attaque, revendiquée plus tard par l’Etat islamique, a été menée contre trois églises de l’île de Java et a fait 13 morts.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

25 % 29 955 € manquants

10045 € récoltés / 40 000 € nécessaires – depuis le 15/10/2021
Compteur mis à jour le 30/11/2021

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Derrière ces fermetures arbitraires, il y a l’influence d’une commission gouvernementale dont nous parlerons plus tard.

Mais rien ne nous fera taire. Seulement, pour aller toucher nos compatriotes et faire connaitre MPI, il nous faut des moyens supplémentaires.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Les plus de 1200 vidéos seront bientôt disponibles sous peu sur une autre plateforme.

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :