Irlande – Les étudiantes infirmières ont été informées qu’elles ne pourraient effectuer leurs stages cliniques si elles refusaient de se faire vacciner contre le COVID-19.

L’annonce est venue sous la forme d’un e-mail du Dr Colm Henry, directeur clinique du Health Service Executive (HSE) irlandais.

Daté du 26 mars, le courrier électronique indique : «Les étudiants éligibles à la vaccination, à qui on a proposé la vaccination et qui refusent la vaccination ne devront pas être affectés à des stages cliniques dans des établissements HSE. Cela peut être revu au fur et à mesure que la situation épidémiologique évolue. »

La décision aurait effet dans toutes les installations de HSE à partir du 1er avril, une semaine seulement après l’envoi du courrier électronique, et concerne les stages cliniques non rémunérés.

Le Dr Henry n’a pas permis d’exceptions ou de réserves en ce qui concerne la prise de l’injection d’un vaccin développé à la hâte, sauf pour accorder une petite marge de manœuvre à ceux qui ont été médicalement empêchés de recevoir l’injection.

«Veuillez noter que dans les circonstances très exceptionnelles où il existe une contre-indication médicale spécifique et documentée à la vaccination d’un étudiant en soins de santé, une évaluation individuelle des risques doit être effectuée par l’établissement d’enseignement supérieur afin de déterminer si un placement approprié peut être conçu pour minimiser les risques pour les patients et l’étudiant. »

Alors que le Dr Henry a envoyé son annonce explosive vendredi soir, les étudiantes infirmières devaient commencer leur stage clinique lundi.

Le media Gript s’est entretenu avec trois de ces étudiantes qui n’ont pas été autorisés par la suite à commencer leur stage à la suite de la décision. L’une d’entre elles a répondu qu’elle quitterait le pays plutôt que de se soumettre à la directive.

Âgée de 22 ans, cette étudiante à Dublin souligne qu’elle est «en parfaite santé» et qu’elle n’a pas besoin de l’injection. «La seule bonne raison pour moi de prendre un vaccin serait de m’empêcher de transmettre le covid à nos patients âgés», a-t-elle déclaré.

«Même si le vaccin était susceptible de garantir cela, je ne le prendrais pas. Le fait est, cependant, que le vaccin ne garantit pas cela. Si vous lisez des informations sur les essais, cela ne vous empêche pas d’attraper le virus ou de le transmettre. »

«Le gouvernement ne peut pas vous injecter quoi que ce soit pour une condition d’emploi. ».

Une autre étudiante, de Cork, a déclaré qu’elle ne faisait pas confiance au vaccin contre le Covid, ajoutant que tel était son «droit».

«En ce qui me concerne, c’est un traitement expérimental. Si ça marche, tant mieux, mais je ne vois pas pourquoi je devrais être obligée de le prendre pour faire mon travail. Si vous regardez les personnes qui injectent les vaccins au public, le premier point de leur formation est de demander le consentement. Un membre du grand public peut librement choisir de ne pas se faire vacciner. C’est un droit que le gouvernement garantit, semble-t-il, à tous les citoyens, à l’exception de moi et des autres étudiantes infirmières.»

Une troisième étudiante a déclaré qu’elle avait récemment eu le virus et qu’elle bénéficiait donc encore de l’immunité. «Dans mon cas, je risquerais des effets secondaires sans aucun bénéfice. J’ai déjà des anticorps anti-covid – exactement ce que le vaccin est conçu pour produire. »

Ces trois étudiantes infirmières sont loin d’être des cas isolés. En fait, le Dr Colm Henry, directeur clinique du Health Service Executive (HSE) irlandais, n’a même pas consulté l’Organisation irlandaise des infirmières et des sages-femmes (INMO) avant d’envoyer son courrier électronique.

Un e-mail de l’INMO envoyé aux étudiantes infirmières en témoigne. «Cette correspondance a été émise sans engagement ni consultation avec l’INMO», lit-on dans l’e-mail. «Nous avons soulevé cette question de toute urgence auprès du ministère de la Santé et du HSE.»

Selon les données les plus récentes concernant les effets indésirables consécutifs aux injections de vaccin anti-Covid, 5.157 effets indésirables ont été signalés en Irlande au 18 mars.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

YouTube supprime définitivement la chaine de MPI – Aidez-nous !

Le 6 octobre 2021, Youtube nous a envoyé un email pour nous signifier la fermeture de notre chaine Youtube.

Voici des donc des milliers de vidéos, des centaines d’heures de films qui disparaissent, sans compter la disparition de nos dizaines de milliers d’abonnés que nous avions.

Cette censure intervient également après la fermeture de notre page Facebook et notre déréférencement par Google. Mais ces attaques ne seront pas les dernières.

Nous avons également reçu un email de Google nous indiquant que les recettes publicitaires cesseraient à coompter du mois de décembre pour tout site mettant en doute le changement climatique…

Ils nous faut donc développer d’autres outils, d’autres façons d’atteindre nos lecteurs. Et ce sont des investissements lourds.

Aidez-nous, nous avons besoin de vous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

%d blogueurs aiment cette page :