Il aura fallu, aux vaillant Espagnols, sept siècles de Reconquista pour délivrer les royaumes d’Espagne des envahisseurs musulmans.

Et il n’aura fallu que quelques décennies de bien-pensance moralisatrice, de culture de l’autre, de culpabilisation morbide des Européens, coupables de tous les péchés du monde et redevables indéfiniment envers tous les autres peuples, pour que des politiciens espagnols se soumettent, et leur pays avec, sans coup férir à l’islam conquérant !

Le gouvernement andalou étudie une solution pour rendre la plus célèbre église de Cordoue un lieu interconfessionnel, pour complaire aux demandes des musulmans... Et ainsi les portes de la Cathédrale pourraient être rouverte au coran…

Cette cathédrale est pourtant un des lieux les plus symboliques de la Reconquista espagnole sur l’islam conquérant. Un monument aux combattants qui arrachèrent l’Andalousie aux musulmans, la rendant au culte catholique.

L’église phare de Cordoue se nomme Immaculé Conception de la Vierge Marie. Normal dans un pays de civilisation catholique. Avant la reconquête par les chrétiens espagnols, c’était cependant une mosquée. C’est pourquoi les musulmans demandent, au gouvernement espagnol, « sa restitution » au culte islamique. Ce qu’ils oublient c’est que sur ce lieu était érigée précédemment l’église de Saint Vincent construite au VII siècle et détruite par les musulmans lors de leur conquête des terres espagnoles.

Les musulmans continuent à faire pression pour reprendre la cathédrale de l’Immaculé Conception. Ils ont même de leur côté l’ONU qui en l’insérant dans la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco ne l’a pas appelée avec le nom qui lui correspond mais « Grande mosquée de Cordoue ». Pour l’organisme des Nations Unies, la Cathédrale appartient à « tous les citoyens du monde de toutes les époques, indépendamment de leur nation, culture ou race. »

Le gouvernement andalou a pensé créer une commission pour « s’accorder » avec la définition de l’Unesco. L’idée est donc celle de la transformer en un lieu de culte pour toutes les religions en permettant, après 800 ans, aux imams de conduire des prières à Allah dans celle qui fut le symbole de la libération de l’Europe de l’envahisseur musulman.

Les tenants du multi-culturalisme, du partage et de l’inter-confessionnalisme trouvent l’idée géniale. Mais pas l’évêque de Cordoue ! Mgr Demetrio Fernández González qui résiste à la pression multi-confessionnelle considère qu’« Il y a des choses qui peuvent être partagées et d’autres qui ne le peuvent pas. La cathédrale de Cordoue est une de ces choses qui ne peut pas être partagée avec les musulmans. »

Politiquement l’idée ne plaît pas non plus à Carlos Echevarría, expert du djihadisme en Espagne. Selon lui, et nous partageons son point de vue, de cette façon non seulement l’Espagne et les organisations mondialistes font le jeu du radicalisme islamique mais la Cathédrale « deviendrait un lieu de pèlerinage pour tous ces islamistes qui croient que l’Andalousie leur appartient. »

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 commentaires