Les Israéliens qui ont été testés positifs au variant Omicron du COVID-19 verront leurs mouvements et leurs contacts personnels suivis par l’agence d’espionnage nationale du pays au moins jusqu’à vendredi, a rapporté le New York Times.

Cette décision intervient après le lancement par Israël d’un scénario de « jeu de guerre » d’une journée au début du mois pour proposer des stratégies pour lutter contre « un nouveau variant mortel du COVID-19 », avec simulation de la mise en œuvre de nouveaux blocages, couvre-feux et rappels de campagnes de « vaccination ».

« Nous avons en effet atteint un point où nous avons besoin d’un ‘Big Brother’ pour savoir où nous allons », a déclaré le professeur de criminologie Limor Yehuda dans un article publié lundi dans Maariv, un journal israélien.

Selon le Times, l’agence de renseignement israélienne, le Shin Bet, a temporairement eu accès aux données téléphoniques privées des citoyens israéliens lorsque le cabinet du pays a voté dimanche pour autoriser cette décision en vertu de la législation d’urgence.

Le média israélien Haaretz a rapporté que « les personnes soupçonnées d’avoir été en contact avec un patient omicron » via l’analyse des données de leur téléphone portable « seront invitées à se rendre immédiatement à la station de test la plus proche pour déterminer si elles étaient réellement infectées ».

L’autorisation de surveillance par l’agence d’espionnage pourrait être prolongée plus longtemps que la fin de la semaine si le parlement israélien votait pour autoriser une prolongation de deux semaines. Un vote sur la question devrait se dérouler au plus tard cette semaine.

Une porte-parole du Premier ministre israélien Naftali Bennett a déclaré au Times que la nouvelle législation, si elle est approuvée, pourrait permettre le renouvellement indéfini des pouvoirs de surveillance du Shin Bet toutes les deux semaines.

L’avocat des droits civiques Gil Gan-Mor a critiqué la décision d’employer des agences de renseignement pour espionner des citoyens privés, une tactique utilisée par Israël l’année dernière au début de l’épidémie de COVID-19.

« Aucun autre pays démocratique n’a choisi d’utiliser son service de sécurité pour suivre les gens« , a écrit Gan-Mor à Maariv lundi, qualifiant le retour de l’exploitation des données des téléphones portables de « décision terrible et illégale« .

Selon le Times, « la réponse rapide d’Israël à la découverte du nouveau variant du virus a été influencée en partie par un « jeu de guerre » à l’échelle du gouvernement organisé plus tôt en novembre. »

Ce soi-disant scénario de « jeu de guerre » d’Israël , selon le gouvernement, consistait en « des préparatifs pour le déclenchement d’une nouvelle variante mortelle du COVID-19 ».

Nommé d’après une nouvelle souche fictive du coronavirus, le soi-disant « exercice Omega » a été annoncé le 10 novembre sur le site officiel du gouvernement israélien et a eu lieu le lendemain au Centre national de gestion d’Israël à Jérusalem.

L’exercice d’une journée s’est déroulé en trois sessions conçues pour simuler le passage entre divers scénarios, y compris les mesures de confinement et de quarantaine, la fermeture des écoles, les restrictions de rassemblement, les couvre-feux, les tests de masse, les campagnes de rappel de vaccins, etc.

Selon le Times, « de hauts responsables ont simulé comment ils réagiraient à un scénario fictif qui présentait des similitudes frappantes avec ce qui se passe réellement actuellement ».

On ne sait pas si la stratégie de surveillance aura un impact mesurable sur la propagation de la variante du virus.

Les tactiques agressives d’Israël pour tenter de suivre et de contrôler la propagation du COVID-19 et de ses variantes depuis l’année dernière en ont fait l’un des pays les plus réglementés au monde.

Le pays a été l’un des premiers à imposer un passeport vaccinal à ses citoyens.

Cependant, malgré sa précipitation à vacciner la majorité de sa population contre le coronavirus, Israël a récemment enregistré l’ un des taux d’infection au COVID les plus élevés au monde.

En août, Becker’s Hospital Review a rapporté qu’environ 60% des personnes hospitalisées avec COVID-19 en Israël avaient été « complètement vaccinées« .

Pendant ce temps, l’accent mis par Israël sur la variante Omicron vient en dépit du fait qu’un médecin sud-africain qui a été parmi les premiers à identifier et à annoncer l’existence de la nouvelle variante a déclaré que le virus provoque des symptômes « très légers » qui peuvent être facilement traités à domicile.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :