Le tout nouveau ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, a rencontré avant le sommet d’Innsbruck ses homologues autrichien et allemand, Kickl et Seehofer :

« Nous demanderons que l’Italie ne soit pas l’unique point d’arriver des immigrés. »

Leur pacte a été défini « l’axe des volontaires pour arrêter les débarquements » des immigrés en Europe. Et il pourrait être le point de départ d’une future collaboration en l’Italie, l’Autriche et l’Allemagne. « Les choses sont relativement simples, assure le ministre de l’Intérieur autrichien, Herbert Kickl. Nous sommes d’accord sur le fait que nous voulons mettre de l’ordre » et « envoyer un message clair que dans le futur il ne devrait pas être possible de piétiner le sol européen si on n’a pas le droit à la protection ».

« Dans le cadre de l’UE quelque chose est en train de bouger » accorde Seehofer.

« Finalement en Europe, déclare Salvini, on est en train de commencer à travailler sérieusement sur le problème de l’immigration. Limiter les départs, soutenir la Libye, et donner à Tripoli le droit aux rapatriements et à la redistribution des quotas d’arrivées. Nous demandons que l’Italie soit soutenue dans l’accueil et dans la gestion des arrivées et des rapatriements. »

L’esprit du pacte est moins d’immigrés, moins de débarquements, moins de morts.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Inscrivez-vous à la 1ère UDT du Pays réel !
www.udt-du-pays-reel.com

4 commentaires

  1. SANGUEDOLCE Alexandre says:

    L’Axe Berlin-Rome est recréé !

  2. Plutôt une axe moins transitoire Rome-Vienne-Berlin, avec Budapest comme dessinateur-projecteur :
    Salvini, Kickl et Seehofer, tous novi homines tribuni plebis sous l’égide d’Orbán spiritūs motoris ; en 1789 on trouva la porte d’entrée, en 2018 on a presque trouvé celle de sortie. Laus Deo.

  3. Daniel Daflon says:

    Leur dispositif anti immigration me semble bien complexe. Je pourrais leur proposer des solutions plus simples, beaucoup moins coûteuses, et surtout, beaucoup plus efficaces, je dirais même plus : Définitives.
    Mais je dois reconnaître que mes amis ne me considèrent pas comme un grand humaniste.
    Mais, en la matière, avons nous besoin de grands humanistes lorsque l’existence même des peuples européens est en danger de mort ?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com