Un récent jugement du tribunal administratif régional du Latium en Italie a déclenché la colère des «experts» gouvernementaux toujours prêts à nier la possibilité d’un vrai traitement du Covid et qui ne prêchent que restrictions et vaccination.

Ce jugement a approuvé le protocole de soins à domicile publié par la région du Piémont, qui prévoit l’utilisation des médicaments prescrits avec succès ces derniers mois par des médecins courageux qui ne se sont pas conformés aux directives gouvernementales.

L’une des associations les plus engagées dans cette activité de soins pratiques, en réponse aux besoins de santé souvent désespérés des patients, est IppocrateOrg.

Il s’agit d’un groupe de médecins qui se sont baptisés du nom d’Hippocrate, le père de la médecine, l’homme qui a établi les principes de l’investigation diagnostique et fondé l’éthique médicale et la déontologie. L’un des fondateurs de l’association est le Dr Paolo Martino Allegri. Né en 1962 en Afrique, il est un médecin expérimenté originaire de Padoue dans le nord-est de l’Italie. Il s’est spécialisé en pédiatrie puis en néonatalogie et pathologie néonatale. Il traite et guérit maintenant les patients COVID.

Dr Allegri, comment vous êtes-vous impliqué dans les soins à domicile des patients COVID?
Jusqu’à il y a 10 ans, j’étais pédiatre à Vo’ Euganeo, où les premiers cas de COVID sont apparus dans la région de Vénétie en Italie. Nous ne savions pas quoi faire. Certains des parents de mes anciens patients, avec une pneumonie documentée sur la tomodensitométrie, se sont retrouvés confinés chez eux sans pratiquement aucun traitement, et c’est ainsi que j’ai commencé, en leur offrant des doses massives de vitamines, en particulier de vitamine D, qui, je le savais, renforcerait leur système immunitaire. À ma grande surprise, la saturation en oxygène de ces patients s’est rapidement améliorée. Depuis, j’ai recommandé une prophylaxie préventive vitaminique et des doses plus élevées à tout le monde en cas de maladie.

Comment vous êtes-vous senti lorsque vous avez réalisé que le COVID n’était pas la peste noire, mais qu’il pouvait être traité et guéri?
J’ai ressenti une grande satisfaction parce que j’ai pu donner un espoir non illusoire aux personnes qui m’ont demandé de l’aide, mais en même temps j’étais consternée parce que je me sentais seule et quelque peu moqué par les collègues avec qui j’essayais de partager mon expérience.

Comment IppocratesOrg est-il né ?
Issu d’une intuition ingénieuse de son fondateur, Mauro Rango, un Italien qui vit aux îles Maurice. Là-bas, le coronavirus a été rapidement éradiqué au début, en utilisant des médicaments que nous connaissons depuis des décennies, comme l’azithromycine, l’hydroxychloroquine ou la cortisone, alors qu’en Italie des gens mouraient. Comment est-il possible qu’en Afrique, où les soins de santé ne sont certainement pas aussi avancés qu’en Italie, des résultats aussi brillants aient été obtenus, alors qu’en Italie, ils n’ont pas pu contenir la propagation de la maladie ? Il a donc lancé un appel via WhatsApp à un groupe d’amis, qui est rapidement devenu viral. Depuis novembre, les médecins de ce groupe assistent les patients, répondant à leurs demandes d’aide par e-mail.

Quels sont les résultats obtenus par les médecins de l’association?
Les résultats sont excellents ! Je peux le dire avec certitude parce que j’ai les données non seulement de mes propres patients, mais aussi d’autres collègues. À ce jour, nous avons largement dépassé les 6.000 cas traités. Parmi ceux-ci, seul un petit pourcentage a nécessité un traitement hospitalier pendant une courte période, mais ce sont les personnes qui sont venues nous voir en retard. Notre expérience montre que l’intervention précoce est la stratégie gagnante. Le taux de mortalité des patients que nous traitons est pratiquement nul : parmi ceux que nous avons traités dans la semaine suivant l’apparition des symptômes, nous n’avons eu aucun décès.

Les faits nous disent donc qu’il est possible de guérir et de guérir à domicile. En conséquence, nous évitons la surpopulation redoutée des hôpitaux et des unités de soins intensifs. Pourtant, les instances gouvernementales n’ont rien fait pour encourager les soins à domicile et ont travaillé contre cette possibilité, s’opposant à tout traitement autre que le paracétamol au niveau du protocole. Quelle est votre vision de cette stratégie ?
Je crois fermement que ce fut une énorme erreur de ne pas promouvoir les soins à domicile. Traiter le COVID à la maison est beaucoup plus facile que les gens ne le pensent, à condition d’intervenir tôt, comme je l’ai déjà dit. Je suis pédiatre et je ne me sentirais pas à l’aise de traiter un adulte atteint d’autres maladies, mais je trouve assez facile de traiter les personnes atteintes de COVID. Mon patient le plus âgé, qui s’est déjà rétabli, a 95 ans, et hier j’ai traité un autre patient de 98 ans ! En ce qui concerne le paracétamol, c’est un fait que son utilisation aggrave la situation. Il n’a pas d’action anti-inflammatoire, qui est essentielle dans le traitement de cette maladie, mais n’agit que comme un antifébrile, donnant au patient le sentiment illusoire d’amélioration, tandis que le virus continue de se propager à travers le corps.

La récente décision du tribunal administratif régional du Latium semble enfin ouvrir la possibilité de promouvoir des protocoles de traitement en Italie impliquant l’utilisation de ces médicaments dont l’efficacité sur le terrain est reconnue depuis longtemps dans le traitement des malades …
Je suis d’accord. La décision est très claire sur ce point. J’espère que maintenant, même au niveau ministériel, ils prendront note de cette nouvelle réalité des soins à domicile qui, heureusement, gagne du terrain, non seulement grâce à IppocrateOrg, mais aussi à d’autres initiatives de base dans la société italienne.

Si vous étiez convoqué à une audition devant le Comité technique et scientifique en Italie, sur la base de l’expérience de ces derniers mois, que diriez-vous aux experts ?
Je dirais que nous devons admettre courageusement que le traitement hospitalier de la maladie a été une stratégie erronée et qu’il est temps de changer de cap. De nombreux médecins s’en rendent compte. Les chiffres nous donnent raison : les premiers soins à domicile fonctionnent. Il faut l’encourager pour vider les unités de soins intensifs. Les politiciens doivent en prendre note partout.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A l’heure de la 3ème dose et de la 5ème vague de mensonge, nous vous recommandons le livre : Les vaccins en question

Les vaccins en question – avec une préface d’Alexandra Henrion-Caude

Le livre de la biologiste américaine Pamela ACKER « Les vaccins en question », ouvrage préfacé dans sa version française par la généticienne Alexandra HENRION-CAUDE, ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste de l’ARNm, avec une postface du Docteur Roullet bien connu de nombreux poitevins .

Ce livre a le grand mérite d’aborder la biologie et la technique vaccinale mais avec l’éclairage de la morale, et la mise en perspective des conséquences secondaires réelles mais bien souvent ignorées. Les intérêts et les manipulations des grands groupes pharmaceutiques ne sont pas oubliés !

17 € seulement !

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :