Menacé de dissolution par Jupiter Macron lors du dîner du CRIF, le Bastion Social a reçu le soutien de Jean-Marie Le Pen. En déplacement à Strasbourg, où il siégeait au Parlement européen, le président d’honneur du Front National a reçu une délégation du Bastion Social.

Ce fut l’occasion pour ces jeunes militants de présenter à Jean-Marie Le Pen le sens de leur combat et les actions qu’ils mènent à travers la France.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. Avec JMLP la FRANCE aurait un autre visage .Fini la gangrène étrangère colorée et sioniste .
    Que “BASTION SOCIAL” vive ! Merci à JMLP qui a défendu ,entre autres “les Brigandes ” que le CRIF a fait interdire sur Youtube

    Par contre MARINE est une véritable traîtresse pour les Français ( émission TV la 2 )

  2. Soupape says:

    Sauf que en 2011,
    au lieu de soutenir le chrétien Roger Holeindre
    ou le chrétien Bruno Gollnisch,

    le petit père jmlp …
    qui n’a jamais été chrétien, mais a toujours été vaguement “néo paganiste”,
    a finalement soutenu …
    sa fille, endoctrinée par le gauchiste collard, …. et plus laïque que les laïcistes de métier …

    Donc la légende …. du petit père jmlp, …faut plus me la faire : je suis vacciné ! …

  3. Soupape says:

    EXTRAIT d’un article de Baptiste MANNAIA, du 6 juin 2015

    Nous vous livrons ci-dessous les raisons profondes
    qui ont conduit de Gaulle à ne jamais participer
    aux commémorations du débarquement allié du 6 juin 1944.

    Salon doré (bureau du Général de Gaulle nldr), le 30 octobre 1963.

    Alain Peyrefitte (l’air candide) :
    « Croyez-vous, mon Général, que les Français comprendront que vous ne soyez pas présents
    aux cérémonies de Normandie ?

    Général de Gaulle (sévèrement) : –
    C’est Pompidou qui vous a demandé de revenir à la charge ? (Je ne cille pas).

    Eh bien, non ! Ma décision est prise !
    La France a été traitée comme un paillasson !
    Churchill m’a convoqué d’Alger à Londres, le 4 juin,
    il m’a fait venir dans un train où il avait établi son quartier général,
    comme un châtelain sonne son maître d’hôtel.
    Et il m’a annoncé le débarquement, sans qu’aucune unité française ait été prévue pour y participer.

    Nous nous sommes affrontés rudement. Je lui ai reproché de se mettre aux ordres de Roosevelt, au lieu de lui imposer une volonté européenne (il appuie).
    Il m’a crié de toute la force de ses poumons : « De Gaulle, dites-vous bien que quand j’aurai à choisir entre vous et Roosevelt, je préférerai toujours Roosevelt ! Quand nous aurons à choisir entre les Français et les Américains, nous préférerons toujours les Américains ! Quand nous aurons à choisir entre le continent et le grand large, nous choisirons toujours le grand large ! » (Il me l’a déjà dit. Ce souvenir est indélébile.)

    « Le débarquement du 6 juin, ç’a été l’affaire des Anglo-Saxons, d’où la France a été exclue.
    Ils étaient bien décidés à s’installer en France comme en territoire ennemi !
    Comme ils venaient de le faire en Italie et comme ils s’apprêtaient à le faire en Allemagne !
    Ils avaient préparé leur AMGOT (Allied Military Government for Occupied Territories nldr)
    qui devait gouverner souverainement la France à mesure de l’avance de leurs armées.

    Ils avaient imprimé leur fausse monnaie, qui aurait eu cours forcé. Ils se seraient conduits en pays conquis.

    « C’est exactement ce qui se serait passé si je n’avais pas imposé, oui imposé,
    mes commissaires de la République, mes préfets, mes sous-préfets, mes comités de libération !

    Et vous voudriez que j’aille commémorer leur débarquement,
    alors qu’il était le prélude à une seconde occupation du pays ?
    Non, non, ne comptez pas sur moi !
    Je veux bien que les choses se passent gracieusement, mais ma place n’est pas là !

    « Et puis, ça contribuerait à faire croire que, si nous avons été libérés,
    nous ne le devons qu’aux Américains.
    Ça reviendrait à tenir la Résistance pour nulle et non avenue.
    Notre défaitisme naturel n’a que trop tendance à adopter ces vues. Il ne faut pas y céder !

    Suite à la commémoration des 20 ans du débarquement,
    le Général en parlant des journalistes qui lui reprochaient sa position,
    confia à Peyrefitte après le conseil des ministres du 10 juin 1964 :

    « Ces messieurs de la presse qui me reprochent de ne pas aller en Normandie vingt ans après,
    que faisaient-ils alors?
    S’étaient-ils battus pour que la France recouvre sa liberté, pour qu’elle contribue à sa délivrance?

    Que faisaient-ils pendant la guerre?
    Ils ne se battaient ni en Normandie, ni ailleurs.
    La libération s’est passée sans eux. Elle s’est passée d’eux.

    De Gaulle est sévère à l’encontre d’une presse qu’il considère soumise aux intérêts atlantistes.

    Il est effectivement troublant de constater à quel point elle lui a été hostile
    à chaque fois qu’il prenait une décision en faveur de l’indépendance nationale,
    que ce soit, par exemple,
    lors de son refus de placer la force atomique française sous la coupe américaine via les missiles Polaris, ou sur sa critique du système monétaire international basé sur l’étalon dollar.

    Nous vous livrons ci-dessous les mots de de Gaulle
    sur la presse française de son époque:

    Salon doré, le 16 janvier 1963:

    Le Général me répète, avec encore plus d’énergie, ce qu’il m’a dit déjà plusieurs fois au sujet des journalistes: « Peyrefitte, je vous supplie de ne pas traiter les journalistes avec trop de considération. Quand une difficulté surgit,
    il faut absolument que cette faune prenne le parti de l’étranger,
    contre le parti de la nation dont ils se prétendent pourtant les porte-parole.
    Impossible d’imaginer une pareille bassesse
    – et en même temps, une pareille inconscience de la bassesse.

    « Vos journalistes (Peyrefitte est alors ministre de l’information nldr) ont en commun avec la bourgeoisie française d’avoir perdu tout sentiment de fierté nationale. Pour pouvoir continuer à dîner en ville, la bourgeoisie accepterait n’importe quel abaissement de la nation. Déjà en 40, elle était derrière Pétain, car il lui permettait de continuer à dîner en ville malgré le désastre national.

    « En réalité, il y a deux bourgeoisies.
    La bourgeoisie d’argent, celle qui lit Le Figaro, et la bourgeoisie intellectuelle, qui lit Le Monde.
    Les deux font la paire. Elles s’entendent pour se partager le pouvoir.

    « Cela m’est complétement égal que vos journalistes soient contre moi.
    Ça m’ennuieraient même qu’il ne le soient pas. J’en serais navré, vous m’entendez !
    Le jour où Le Figaro et L’Immonde me soutiendraient,
    je considérerais que c’est une catastrophe nationale !

    « Les Américains se sont infiltrés dans tous les organes de propagande et dans les partis.
    Ils ont noyauté les structures politiques. Seul le peuple a encore des réflexes.

    (Extrait de Baptiste MANNAIA, “Cercle des Volontaires”, le 6 juin 2015)

  4. Christiane lapotre says:

    Si Macron dissout ‘Le Bastion Social’ ne vous faites pas de souci, regroupez -vous sous un autre nom.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

45 % 19.170 € manquants

15.830 € récoltés / 35.000 € nécessaires
Mis à jour le 26/03/2019

Il nous reste cependant 19.170 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !