(…) il faut reconnaître que nos sociétés sont très fragiles. Ce sont des colosses au pied d’argile. Et il ne faut pas grand-chose pour les déstabiliser fortement. On peut toutefois s’étonner que l’on ferme des églises, que l’on vide les bénitiers. C’est au moment des dangers, des crises, des épreuves, des pandémies que la prière est la plus nécessaire et la plus urgente. On privilégie l’hygiène au recours à Dieu, comme si la Providence ne gouvernait pas l’univers et n’était pas à même de répondre efficacement aux supplications sincères des croyants. Lorsque la nature se déchaîne, que des maux frappent la terre, c’est une illusion et une imprudence de s’en remettre d’abord et seulement à l’homme. Dans ces tristes événements, on voit à quel point on a perdu tout sens du surnaturel et à quel point on inverse les priorités. « Commence le monde que nous avons nommé, que nous ne cesserons pas de nommer le monde moderne. Le monde de ceux qui ne croient à rien, pas même à l’athéisme, qui ne se dévouent, qui ne se sacrifient à rien. Le monde de ceux qui n’ont pas de mystique » écrivait déjà Charles Péguy dans Notre jeunesse (1910). Et Gilbert Keith Chesterton lui faisait écho, quinze ans plus tard, dans L’Homme éternel (1925) : « Otez le surnaturel ; il ne reste plus que ce qui n’est pas naturel. »

Le coronavirus a certes des explications naturelles. Le Docteur Lyons-Weiler de l’Institut des connaissances pures et appliquées a montré et expliqué comment la séquence génétique du coronavirus (l’information a été rendue publique par la Chine) contient un « fragment intermédiaire », unique codant pour un SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), protéine de pointe qui semble, selon son analyse génomique, avoir été insérée artificiellement dans le virus 2019-nCoV. Il serait bon à ce propos de ne pas ignorer que l’épicentre du séisme épidémiologique se trouve dans la seule ville de Chine abritant un laboratoire virologique P4 (de sécurité maximale et situé à une trentaine de kilomètres dudit marché de fruits de mer incriminé), construit par le groupe Sanofi en partenariat avec la France et solennellement inauguré en janvier 2015 par le professeur Lévy, conjoint de Madame Buzyn, ministre de la Santé il y a encore quelques semaines. Dans cette perspective on comprend mieux le souci du Bureau des politiques scientifiques et technologiques de la Maison-Blanche (OSTP) d’identifier précisément l’origine de la pandémie, peut-être accidentelle (ou peut-être intentionnelle), mais qui en tout cas pourrait dévoiler des recherches illicites en matière de guerre biologique, recherche en principe interdite par les conventions internationales, mais que les Etats-Unis ne se privent pas de poursuivre discrètement, non plus que la France, pionnière dans les domaines bactériologique et virologique.

Mais on peut aussi se demander, d’un point de vue surnaturel, si ce virus n’est pas une forme de châtiment pour un monde qui s’éloigne chaque jour davantage, de manière dramatique et impressionnante, de la morale et du bon sens, qui se moque de Dieu et de la nature et qui se précipite chaque jour davantage vers l’abîme. Nous vivons en effet aujourd’hui conjointement la réactivation de trois épisodes funestes de l’Ancien Testament : la tour de Babel avec le mondialisme, la volonté d’unification mondiale et de gouvernance planétaire, le veau d’or avec la financiarisation du monde, le triomphe de l’usure et d’un monde marchand et Sodome et Gomorrhe avec la toute-puissance du lobby LGBT encouragé et promu par les cénacles mondialistes. (…)

(Extrait de l’éditorial de l’hebdomadaire Rivarol, 11 mars 2020)

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

15 commentaires

  1. Parfaitement d’accord, c’est l’évidence même.

  2. christian schwender says:

    Notre-Dame, premier avertissement, coronavirus; deuxième avertissement , le troisième ???

  3. La providence ne gouverne rien du tout. Personne n’est au dessus des lois de la science.

  4. Tinatine says:

    Les lois de la science se seraient donc faites toutes seules ? Les atomes crochus avaient envie de se rencontrer comme le pensait Démocrite ?
    Monsieur le Professeur semble confondre Providence divine et lois de la science .Il existe de multiples circonstances où l’intervention providentielle ne déroge pas aux lois de la science ; exemple : vous êtes exaucé à la fin d’ une neuvaine ( travail , santé , réussite à un concours ) ou vous échappez à une agression parce que quelqu’un vous a retardé de quelques minutes (cela m’est arrivé) ou vous vous seriez noyé si un promeneur n’était venu vous secourir providentiellement . Les esprits borné , suffisants attribuent cela au hasard ( qui fait bien les choses ) ; les chrétiens remercient la Providence .

  5. Vous confondez providence et coïncidence.

  6. balaninub says:

    “Les péchés des individus s’accumulent et amènent le châtiment des nations”. Cette phrase a été dite par Jésus Christ Lui-Même.

  7. L’homme mesure de toute chose. Cette phrase a été dite par Protagoras lui même.

  8. Si des lois fondent la science c’est précisément parce qu’il y a le législateur qui les faits respecter, et son action s’appelle précisément la providence ! Va te cultiver put*** de troll, tu te trahis dans tes propres élucubrations tellement ton niveau intellectuel et culturel est proche du néant…

  9. Oui, l’homme s’utilise pour mesurer toute chose, c’est le meilleur outils, et donc ? Mince, il apprend que l’univers l’a pondu, wouahhhh, la révélation… tu te crois pertinent pauvre tache ?

  10. @Ram
    Vous avez le coronavirus imaginatif

  11. @Ram
    Plus pertinent que vous c’est certain.

  12. @Sheldon

    Ils t’ont recruté à la sortie du CM2 ? T’es payé en sucettes ?

  13. @Ram
    Recrutement niveau doctorat. Et payé en €.

  14. @sheldon

    Et tu me confirme que t’es recruté et payé pour écrire tes conneries en plus ? Un vrai champion…

    Laisse moi te donner quelques charitables conseils :

    1 – L’université ne vaudra plus grand chose dans les temps à venir, donc si tu n’as jamais eu de doctorat (ce dont je suis certain vu ta réponse pathétique) rassure toi ce n’est pas un echec ou une faute, bien au contraire !

    2 – Si tu es toujours payé en euros, investi dès que possible dans quelque chose de solide (pierre, argent, or…)

    3 – Ceci est valable autant pour Paris que Tel Aviv…

    Cordialement…

  15. @Ram
    Heureux les simples d’esprit comme vous.