Sanctoral

Saints Soter et Caïus, Papes et Martyrs

Deux Papes martyrs croisent aujourd’hui leurs palmes sur le Cycle. Soter souffrit pour le Christ au deuxième siècle, et Caïus au troisième ; cent années les séparent, et l’énergie de la foi, la fidélité au divin dépôt ; se retrouvent les mêmes. Quelle société humaine a jamais produit des siècles entiers de héros ? La nôtre est fondée sur ce dévouement traditionnel qui se prouve par le sang. Nos chefs n’ont pas voulu laisser aux soldats le monopole du sacrifice ; les trente premiers successeurs de Pierre ont payé de leur vie l’honneur du pontificat. Quel trône que celui de notre divin Ressuscité entouré de tous ces rois revêtus de la pourpre triomphale ! Soter fut le successeur immédiat d’Anicet, dont nous avons honoré la mémoire il y a peu de jours. Le temps nous a dérobé la connaissance de ses actions. Un trait seulement est arrivé jusqu’à nous. Eusèbe nous a conservé un fragment d’une lettre de saint Denys, évêque de Corinthe, dans laquelle il remercie notre saint pontife des largesses qu’il a envoyées aux fidèles de cette Église qui souffraient d’une famine. Une lettre apostolique accompagnait ces aumônes, et saint Denys atteste qu’on la lisait dans l’assemblée des fidèles, avec celle que saint Clément avait adressée à la môme Église au siècle précédent. La charité des pontifes romains s’est toujours unie à leur fidélité à conserver le dépôt de la foi. Quant à Caius. il fut enlevé dans la terrible tempête suscitée par Dioclétien contre l’Église, et ses gestes occupent à peine quelques lignes dans les annales de Rome chrétienne. Nous ne serons donc pas étonnés de trouver tant de concision dans le récit liturgique que l’Église consacre à ces deux Papes martyrs.

Soter, né à Fondi en Campanie, décréta que les vierges consacrées ne toucheraient pas les vases sacrés ni les pales, et qu’elles n’encenseraient pas dans l’Église. Il statua aussi qu’en la Cène du Seigneur, tous les fidèles recevraient le corps du Christ, excepté ceux qui en seraient empêchés pour une faute grave. Soter siégea sur la chaire “pontificale trois ans onze mois et dix-huit jours (de 166 à 175). Il reçut la couronne du martyre sous l’empereur Marc-Aurèle, et fut enseveli dans le cimetière appelé cimetière de Calixte, après avoir, selon la coutume de ses prédécesseurs, ordonné au mois de décembre dix-huit prêtres et neuf Diacres, et sacré onze Évêques pour divers lieux.

Caïus était dalmate, et de la famille de l’empereur Dioclétien. Il ordonna que, dans l’Église, avant d’être élevé à l’épiscopat, on passerait par divers degrés d’ordre et d’honneur : ceux de Portier, de Lecteur, d’Exorciste, d’Acolyte, de Sous-Diacre, de Diacre et de Prêtre. Fuyant la cruauté dont Dioclétien usait envers les chrétiens, il se tint caché quelque temps dans une caverne ; mais huit ans plus tard, il parvint à la couronne du martyre avec son frère Gabinus, après avoir siégé douze ans quatre mois et cinq jours (de 283 à 296), et après avoir ordonné au mois de décembre, vingt-cinq Prêtres, huit Diacres et sacré cinq Évêques. Caïus fut enseveli dans le cimetière de- Calixte, le dix des calendes de mai. Urbain Villa fait revivre sa mémoire dans Rome, et réparer son église qui tombait en ruines, honorant cette église d’un Titre et d’une Station, et l’enrichissant des reliques du saint Pape. Sainte Suzanne était sa nièce.

Saint Léonide, Père d’Origène et Martyr († 202)

L’an 202 vit éclater une cruelle persécution qui fit couler dans tout l’empire, et surtout en Égypte, le sang d’une multitude de chrétiens. Parmi ceux dont le triomphe illustra la ville d’Alexandrie, on compte saint Léonide. Sa principale gloire, après son martyre, est d’avoir donné la vie à l’un des plus fameux génies qui aient paru sur la terre, le grand Origène. Léonide était probablement un rhéteur d’Alexandrie, philosophe chrétien, également versé dans les sciences sacrées et profanes.

Parmi ses sept enfants, il donna un soin tout spécial à l’éducation d’Origène, dont il pressentait le brillant avenir; mais, tout en ornant son esprit de toutes les autres connaissances, il l’initia surtout à la connaissance des Saintes Écritures. Chaque jour l’enfant était obligé d’apprendre par coeur et de réciter quelques pages des Livres divins, et son esprit vif et curieux se plaisait singulièrement à ce genre d’étude. Sans se contenter du sens que présente tout d’abord la lettre du texte sacré, il en cherchait de plus profonds, trahissant ainsi dès l’origine son penchant à scruter les vérités de la foi. Il accablait son père de questions un peu difficiles, il demandait des explications qui ne laissaient pas quelques fois d’embarrasser le précepteur. En apparence et devant l’enfant, Léonide tâchait de modérer cette ardeur intempestive; il exhortait l’impatient élève à s’en tenir au sens littéral de l’Écriture, sans vouloir résoudre des problèmes qui n’étaient pas de son âge; mais au fond et en lui-même, l’heureux père se réjouissait de voir une intelligence si précoce, et il remerciait Dieu de lui avoir donné un tel fils. Souvent même, pendant que l’enfant dormait, le pieux chrétien s’approchait de lui doucement, et lui découvrant la poitrine, il la baisait avec respect comme un sanctuaire où résidait l’Esprit-Saint. Léonide ayant été pris par les persécuteurs, Origène voulait le rejoindre en prison, mais, sur les instances de sa mère, il se contenta d’écrire une lettre à son père pour l’exhorter au martyre. Léonide fut décapité. La confiscation de ses biens réduisit sa famille à une extrême pauvreté; mais l’hospitalité généreuse d’une noble dame la sauva du besoin. Quant à Origène, “pour le talent et l’étendue de ses connaissances, il l’emporte sur la plupart des Pères de l’Église; en tous cas, il n’est inférieur à aucun,” dit Mgr Freppel. Mais ses spéculations hasardées l’ont privé du titre de Saint et de Docteur.

Martyrologe

A Rome, sur la voie Appienne, l’anniversaire de saint Sotère, pape et martyr.

A Rome encore, saint Caïus, pape et martyr, qui reçut la couronne du martyre sous l’empereur Dioclétien.

A Smyrne, les saints Apelle et Lucius, deux d’entre les premiers disciples du Christ.

Le même jour, de nombreux saints martyrs, qui, dans toutes les provinces de la Perse, sous le roi Sapor, furent massacrés pour le nom du Christ, un an après la mort de saint Siméon, au jour également où l’on célébrait la commémoraison de la Passion du Seigneur. Dans ce combat pour la foi, moururent l’eunuque Azade, l’un des favoris du roi; l’évêque Millès, illustre par sa sainteté et l’éclat de ses miracles; l’évêque Acepsimas, et son prêtre Jacques; deux autres prêtres Aïthala et Joseph; Azadane et Abdièse diacres, et plusieurs autres clercs; de même: les évêques Maréas et Bicor, vingt autres évêques, et près de deux cent cinquante membres de leur clergé; un grand nombre de moines et de vierges consacrées à Dieu. Parmi ces dernières se trouvèrent Tarbule, sœur de l’évêque Siméon et sa suivante, qui furent attachées à des poteaux, sciées en deux, et ainsi mises à mort dans ce raffinement de cruauté.

En Perse encore, les saints Parmène, Heliménas, Chrysotèle, prêtres, Luc et Mucius, diacres. Leur martyre est décrit dans les Actes des saints Abdon et Sennen.

A Alexandrie, l’anniversaire de saint Léonide martyr, qui souffrit sous Sévère.

A Lyon, en Gaule, saint Epipode : arrêté avec Alexandre son collègue, durant la persécution d’Antonin Verus, il souffrit de très cruels tourments et acheva son martyre par la décapitation.

A Constantinople, saint Agapit Ier, pape, dont le bienheureux Grégoire le Grand atteste la sainteté. Son corps rapporté à Rome fut inhumé au Vatican.

A Sens, saint Léon, évêque et confesseur.

A Anastasiopolis, en Galatie, saint Théodore évêque, célèbre par ses miracles.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :