Sanctoral 

 De la férie : messe du XX° dimanche après la Pentecôte

Saintes Alodie et Nunilon, Martyres

Saint Euloge qui a fait la relation de la vie des deux saintes les qualifie de “belles roses nées dans les buissons”. (in SS. PP. Toletanorum opera, éd F. de Lorenzana, t. II, Madrid 1785).

Nunilon et Alodie, de famille noble, étaient nées d’un mariage mixte: un père musulman et une mère chrétienne. Malheureusement, le père musulman qui avait laissé sa femme libre d’enseigner le christianisme à ses filles mourut rapidement. Sa femme, veuve se remaria avec un autre musulman, qui ne supporta pas la foi de ses deux belles-filles. En effet, musulman fidèle, cet homme, d’un rang social élevé, obéissait à la loi islamique qui oblige les enfants de musulmans à adopter la religion paternelle, sous peine de mort. De plus, en 851, l’émir de Cordoue, Abd al-Rahman II fit publier un décret interdisant la pratique du Christianisme. Le beau-père s’appuya sur ce décret pour forcer ses belles-filles à apostasier, mais rien n’y fit. Bientôt, le beau-Père de Nunilon et d’Alodie voulut les marier. Elles refusèrent car elles s’étaient données à Jésus-Christ, leur Seigneur, et avaient décidé de Le servir dans la virginité. Bientôt elles purent aller se réfugier chez une tante qui était une chrétienne fervente. Elles suivirent alors librement les exigences de leur religion chrétienne. Enfin, Nunilon et Alodie étaient heureuses. Mais cela ne dura pas longtemps. Nos deux jeunes filles vivaient  près de Castro-Viejo, sur les frontières de la Navarre. Cette ville était sous la domination des Sarrasins. Or, Abd al-Rahman II, l’émir de Cordoue, fit publier un décret contre les chrétiens, décret qui prévoyait que les enfants nés d’un parent musulman et professant la foi chrétienne devaient apostasier ou mourir. Nunillon et Alodie, très connues en raison de leur naissance, de leur ferveur et de leur zèle, furent arrêtées les premières et emprisonnées dans des cachots séparés. Puis, elles furent conduites devant le juge. On commença par les intimider avec des menaces, mais compte tenu de leur résistance, on voulut les séduire. Tous les moyens mis en œuvre pour faire apostasier ces deux chrétiennes furent inutiles. Enfin, les bourreaux déclarèrent aux juges que rien ne pourrait les faire renoncer à leur religion. Nunilon et Alodie furent donc condamnées à être décapitées dans la prison de Huesca où elles étaient enfermées. La sentence fut exécutée, publiquement, le 22 octobre 851. On les enterra sur le lieu même, et leurs corps fut gardés par des sentinelles afin que les chrétiens ne puissent venir les prendre et les ensevelir. Ce n’est qu’en 880 que les chrétiens purent récupérer les saintes reliques et les porter au monastère de Saint-Sauveur à Leyre, en Navarre où deux scènes sculptées sur le portail Ouest représentent leur martyre.

Martyrologe

A Jérusalem, sainte Marie Salomé, mère des saints Apôtres Jacques et Jean. L’évangile rapporte qu’elle prit soin de la sépulture du Seigneur.

A Jérusalem encore, le bienheureux Marc évêque. Personnage très illustre et très savant, il fut le premier d’entre les Gentils qui reçut le gouvernement de l’église de Jérusalem. Peu après son élection, il mérita la palme du martyre sous l’empereur Antonin.

A Andrinople, en Thrace, l’anniversaire des saints martyrs Philippe évêque, Sévère prêtre, Eusèbe et Hermès. Sous Julien l’Apostat, ils furent consumés par les flammes, après avoir souffert la prison et les fouets.

De plus, les saints martyrs Alexandre évêque, Héraclius soldat, et leurs compagnons.

A Fermo, en Picenum (auj. les Marches), l’anniversaire de saint Philippe, évêque et martyr.

Près de Cologne, sainte Cordule, l’une des compagnes de sainte Ursule. Effrayée par les supplices et la mort des autres, elle se cacha, mais s’étant repentie le lendemain, elle alla d’elle-même se présenter aux Huns, et reçut, la dernière de toutes, la couronne du martyre.

A Huesca, en Espagne, les saintes vierges et sœurs Nunilone et Elodie. Pour avoir confessé la foi, elles furent condamnées par les Sarrasins à la peine capitale, et consommèrent ainsi leur martyre.

A Hiérapolis, en Phrygie, saint Abercius évêque, qui fut célèbre sous l’empereur Marc Antonin.

A Rouen, saint Mellon évêque, que le pape saint Etienne ordonna évêque et envoya dans cette ville pour prêcher l’évangile.

En Toscane, saint Donat, écossais, évêque de Fiësole.

A Vérone, saint Vérécond, évêque et confesseur.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 30.000 € pour 2021

btn_donateCC_LG

57 % 12698 € manquants

17 302 € récoltés / 30 000 € nécessaires – depuis le 01/10/2020

 

Votre générosité nous a permis de boucler l’année 2020, nous avons besoin de votre aide pour l’année 2021 afin de continuer à donner à un maximum de nos contemporains une réinformation gratuite et variée et sans aucune concession.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Médias Presse Info, ce sont aussi 1194 vidéos et plus de 43.600 abonnés à sa chaîne YouTube (près de sept mille de plus en un an !).

Tout cela en accès gratuit.

Cliquer ici pour lire l’appel de MPI et connaitre les détails de nos besoins.

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :