Au cours du vol qui l’emmenait assister aux Journées Mondiales de la Jeunesse au Panama qui se tiennent actuellement, ce grand brassage horizontal mondialiste et cosmopolite sous dénomination chrétienne, le pape François en a profité pour tirer à boulets rouges sur la politique anti-immigration du président Donald Trump.

Le choix de ce petit pays d’Amérique centrale, dans le contexte d’un continent touché par des crises et révolutions successives, économiques, sociales, financières, par la mondialisation libre échangiste qui ne profite qu’à un establishment de financiers apatrides, et où les populations sont poussées à émigrer vers le grand voisin américain, le faux Eldorado états-unien, a du inspirer la charge d’El papa latino.

« Saint-Père, j’ai été à Tjuana, au confins entre le Mexique et les États-Unis. Là-bas, le mur qu’ils sont en train de construire entre dans la mer parce qu’ils ne peuvent même pas passer à la nage » a raconté à Jorge Bergoglio l’envoyé d’une télévision italienne, la Tg1, lors des salutations du pape aux journalistes. « La peur rend fou » a répondu le pontife argentin avant d’ajouter : « Ce sont les murs de la peur » invitant chacun à lire l’éditorial du directeur du quotidien du Vatican L’Osservatore Romano, Andrea Monda.

Dans le viseur du pape François se trouve le mur que Donald Trump construit à la frontière mexicaine pour arrêter les flux de clandestins. Et tout comme la plupart des journalistes, il oublie savamment de rappeler que sa construction fut adoptée sous la présidence Bush en 2006 avec le vote d’un certain Barack Obama ! Certainement, la ferme politique italienne contre les débarquements illégaux de « migrants » dans la péninsule fait pareillement partie des cibles à abattre dans la pensée bergoglienne.

En voyage au Panama, le moderniste pape François, s’est livré et à son maintenant traditionnel show migratoire et à son tout aussi traditionnel appel à la « révolution », puisqu’ il a demandé aux jeunes via un message vidéo de prendre la tête d’une “révolution” pour “changer le monde“.

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

16 commentaires

  1. Comme tous les debiles ,amin dada ,soros ,il faut qu il sorte de chez lui pour chanter la messe ,,peut pas rester a casa ,,a sodome ,,ce satan,c est a ca qu on reconnait les cretins du village ,,exiber sa folie ,,

  2. Cadoudal says:

    Dingoglio n’ a aucune critique à formuler au sujet du mur de 8 m bâti par Israël , qui refuse aux palestiniens de rentrer chez eux;

    pas un mot de compassion pour les migrants qui sont , là bas , tirés comme terroristes.

    Dingoglio rampe devant la Synagogue et la Maçonnerie

  3. Rappelons que Dingoglio a détourné environ 100 millions d’Euros destinés à la charité, pour financer la campagne de Hillary Clinton.

  4. C’est à souhaiter l’avénement de l’Antéchrist. Avec lui on saura qu’il ne reste que 3 ans et demi à en baver. Avec son précurseur Dingoglio, on en a peut-être encore pour un moment!

  5. Alexandre Sanguedolce says:

    3 et demi de persécutions physiques et morales avec un hyper conflit mondial probablement. Je ne suis pas trop pressé.

  6. Ce pape dit « La peur rend fou » et « Ce sont les murs de la peur » en conclusion : celui qui construit ce « mur » est un « fou » en plus d’être qualifié de peureux.
    Ici nous voyons trois états :
    1- De colère (ce qui a produit ces paroles)
    2- De Mépris ou raca (peureux)
    3- De jugement intérieur de cet homme (fou)
    Je rappelle à ce pape Mathieu 5 :22 : Et moi, je vous dis : Quiconque se met en colère contre son frère mérite d’être puni par le tribunal ; et celui qui dira à son frère : Raca, mérite d’être puni par le Conseil ; et celui qui lui dira : Fou, mérite d’être jeté dans la géhenne du feu.

    Qui le fera punir par le tribunal ?
    Qui le fera punir par le conseil ?
    Qui lui fera mériter la géhenne du feu ?

    Le pape l’ayant dit publiquement, cela devient un véritable scandale !

    Conclusion 1 : Le pouvoir suprême dévie.

    Je rappelle aussi la Bulle Unam Sanctam du 18 novembre 1302 de Boniface VIII.

    « Mais si le pouvoir suprême dévie, c’est par Dieu seul et non par l’homme qu’il pourra être jugé, comme l’atteste l’Apôtre : ” L’homme spirituel juge de tout, et n’est lui-même jugé par personne ” 1Co 2,15. »

    Conclusion finale : personne ne peut le juger car il incarne le « pouvoir suprême » c’est la charge du Christ uniquement.

  7. bourbon says:

    Il fait plus de politique que de prières. A t il bien toutes les données pour trancher comme ça?

  8. Cadoudal says:

    ” Eugenio Scalfieri “.
    Et la politique ?

    pape François
    “Pourquoi posez-vous la question ? Je vous ai déjà dit que l’Église ne s’occupera pas
    de politique.”

    Dingoglio , toujours prêt à mentir .

  9. Etienne says:

    Faut-il continuer à nous informer des manies, des tics, voire des obsessions de ce propagandiste foncièrement malhonnête ?

  10. A lire absolument “Le Maître de la terre” Robert Hugh Benson
    https://bibliothequedecombat.files.wordpress.com/2014/05/benson-le-maitre-de-la-terre.pdf
    Ecrit en 1907, on y est en plein…

    • Cadoudal says:

      merci de le résumer

      on n’a pas le temps de tout lire.

      • J’y reviendrai, je suis à la moitié, le livre fait 400 pages. Il décrit assez précisément les temps de la fin avec la religion de l’humanisme remplaçant peu à peu toutes les autres… L’église existe encore, muselée, elle a son traître en la personne d’un certain père Francis…

    • la vieille gauloise says:

      Merci Anne11 je lirai aussi dans mes temps libres Je pense que notre Église va ” eclater” et se disperser dans le monde en “eglises” locales ….Elle risque de se ” protestantiser” ( c’ est déjà fait en quelque sorte) mais il va y avoir des particularités qui vont continuer selon les coutumes locales … une Église éclatée et multiculturelle ?

      • la vieille gauloise says:

        Je pense surtout au culte marial qui reste très fort et dans les lieux de pelerinage dont la fréquentation augmente quoiqu’ en disent ses détracteurs ( en tant que Lourdaise , je confirme)

  11. Espéranza says:

    “Le pape François en a profité pour tirer à boulets rouges sur la politique anti-immigration du président Donald Trump”…
    Est-ce cela que l’on attend d’un Pontife Romain ? De la politique pro-immigration à outrance et un métissage servant le N.W.O.
    Pathétique !