Jorge Degrelle à Ferraz

Jorge de la Rosa Degrelle de Felipe est un arrière-petit-fils de Léon Degrelle, le chef de REX. Sa participation active  aux manifestations Noviembre Nacional à Madrid ne passe pas inaperçue.

Chaque soir, des milliers de patriotes espagnols se rassemblent à proximité du siège du PSOE, rue Ferraz à Madrid. Parmi eux, un jeune homme de 25 ans brandit une bannière à l’effigie de l’Immaculée Conception. Il l’a fait devant l’église qui porte le même nom, juste au coin de la rue où se trouve le siège socialiste de Marqués de Urquijo. Cette église, où soir après soir, malgré les interdictions de la police, les manifestants catholiques comment par prier le Rosaire.

Le jeune homme qui brandit cette bannière à l’effigie de l’Immaculée Conception et qui s’exprime avec aisance a pour nom Jorge de la Rosa Degrelle de Felipe. Son ascendance lui donne une certaine aura sur les réseaux sociaux : il est l’arrière-petit-fils de Léon Degrelle, chef du parti catholique Rex en Belgique dans les années 1930, exilé en Espagne après la guerre, où il a d’ailleurs pris la nationalité espagnole et où il est resté jusqu’à sa mort.

Léon Degrelle, chef de REX

“Je comprends l’intérêt suscité par mon nom et par le parcours de mon arrière-grand-père, mais il est décédé trois ans avant ma naissance “, déclare Jorge Degrelle après avoir accepté de parler avec EL ESPAÑOL. « Mon nom de famille m’accompagne, bien sûr, mais je suis guidé par mon amour pour l’Espagne et mon mépris pour ceux qui démantèlent l’État de droit. Je prétends être juste un autre Espagnol », dit-il lors d’une conversation avec ce journal.

« Patriote et croyant »

Jorge de la Rosa Degrelle de Felipe est né à Madrid, se dit « patriote » et « croyant ». Il a été l’un des premiers à arriver aux manifestations de Ferraz le 3 novembre et n’a pas manqué une seule soirée depuis. Il l’a fait, dit-il, parce que son cœur « l’exigeait » à un moment qu’il considère comme « historique » et « profondément grave ».

« Je ressens un profond patriotisme et je ne pourrais pas concevoir d’être ailleurs qu’ici. Ce qui est en jeu, ce n’est plus la Constitution mais l’Espagne en tant que nation. Sans l’Espagne, il ne peut pas y avoir tout le reste », déclare-t-il à propos de sa participation.

Jorge de la Rosa Degrelle de Felipe porte avec lui une bannière représentant l’Immaculée Conception, patronne de l’Espagne. Selon ses mots, « l’Espagne ne peut être conçue sans le christianisme » et il souligne que l’Immaculée Conception « est un message d’espoir ». Pour lui, personnellement, cela « inculque la patience, le courage et la foi », qu’il entend également transmettre au reste des manifestants.

Il fait également partie du groupe de jeunes qui ont commencé à réciter le chapelet à haute voix devant l’église voisine de Ferraz. « Je trouve cela tout à fait naturel. La foi ne peut être séparée de l’hispanité, encore moins de la nature humaine », dit-il à ce propos. La prière, comme il l’explique, a été lancée « spontanément ». « Je ne pense pas que ma foi ou mes idées puissent nuire à qui que ce soit », précise-t-il aux journalistes.

L’influence du nom Degrelle

Le descendant du chef rexiste a créé il y a quelques jours un compte X pour promouvoir les protestations et l’image de l’Immaculée Conception. C’est à travers ce réseau social qu’il a également assuré qu’il n’avait « abdiqué » ni ses origines ni ses ancêtres. C’est ainsi qu’il l’explique à EL ESPAÑOL : « Évidemment, je n’abdique pas, car sans mes ascendances, je ne serais pas . Et oui, je suis l’arrière-petit-fils de Léon Degrelle ; c’est ce que je suis et je ne peux pas être autre chose. »

Bien qu’il ne l’ait pas connu personnellement, interrogé sur l’influence de son arrière-grand-père sur sa pensée actuelle, Jorge de la Rosa Degrelle de Felipe déclare : « Pour moi, son œuvre Les âmes qui brûlent est très inspirante, car elle défend le christianisme comme un lien fondamental d’union et pilier essentiel qui constitue l’identité de l’Espagne et de l’Europe. »

Pour autant, il ne cherche pas un rôle de premier plan : « Le seul but pour lequel j’ai accepté de parler réside dans la possibilité de donner de la visibilité aux mobilisations qui se déroulent à Ferraz et dans le reste de l’Espagne contre la trahison du PSOE. » dit-il.

*******

« Jeunes de Ferraz, vous le savez déjà, Dieu et l’Histoire nous observent. Soyez ce qu’Il souhaite que vous soyez, car il n’y a pas de héros anonymes aux yeux de Dieu. […] Le théâtre politique avait emprisonné les valeurs les plus sacrées et les idéaux les plus nobles. Novembre National révèle que les chaînes qui les maintenaient captifs commencent à se briser. Le Cœur Immaculé de Marie en est témoin. Avec l’Espagne, Dieu fait de la poésie, soyons ses vers. »

Jorge Degrelle, déclarations via les réseaux sociaux.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 90 000 € pour 2024

MPI fête ses 10 ans ! Continuez de nous aider !

MPI continue de subir les attaques du système, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup