Mauricette Vial-Andru, ancienne enseignante de Français et d’Histoire, écrit des livres pour la jeunesse, romans historiques et d’aventures, vies de saints, tous permettant un bel apostolat auprès des enfants et adolescents. Aux éditions Saint Jude, elle signe les ouvrages d’une remarquable collection dont le nom est significatif : Vive le Christ Roi. Chacun des volumes jusqu’ici publiés trouve son sujet au Mexique. Ces récits courts mais de grande qualité sont parfaitement adaptés aux jeunes lecteurs.

Arrêtons-nous aujourd’hui sur le livre José Luis, un Cristero de 14 ansLe peuple mexicain  a donné à l’Eglise des milliers de martyrs. De 1926 à 1929, tout un peuple chrétien armé dans un premier temps de machettes et de vieux fusils, affronta, au cri de Viva Cristo Rey, des régiments de soldats professionnels – les fédéraux – qui arboraient le drapeau noir aux tibias entrecroisés et criaient Viva el démonio ! Cet affrontement avait pour cause la violente persécution anticatholique sévissant au Mexique sous le président Calles. Ce pouvoir maçonnique avait interdit la célébration de la messe et le port de l’habit religieux. C’est dans ce contexte que se révèle cette belle figure chrétienne qu’est José Sanchez del Rio, bon et pieux jeune garçon qui, à 14 ans à peine, obtint par son insistance et son dévouement de pouvoir rejoindre les Cristeros avec ses deux frères. Fait prisonnier en février 1928, José Luis refusa jusqu’au bout d’abjurer le Christ et de trahir les Cristeros, malgré des heures d’insoutenable supplice. Furieux, ses bourreaux finirent par l’exécuter. José Luis demeure à jamais un beau modèle pour la jeunesse catholique à travers le monde entier.

José Luis, un Cristero de 14 ans, Mauricette Vial-Andru, éditions Saint Jude, collection Vive le Christ Roi, 68 pages, 5 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. daflon says:

    José Luis démontre si cela était necessaire que la valeur n’attend pas le nombre des années.
    Gloire à ce héros, honte à ses bourreaux.