L’ancien député européen Karim Zeribi, devenu chroniqueur aux côtés de Cyril Hanouna, doit être jugé pour abus de confiance et abus de biens sociaux.

Karim Zeribi est renvoyé devant le tribunal correctionnel, conformément aux réquisitions du parquet et comparaîtra aux côtés de cinq autres prévenus, dont son fils, pour détournement des subventions associatives dans le but de financer ses campagnes électorales.

Karim Zeribi sera jugé pour abus de confiance à l’égard de deux associations, et pour abus de biens sociaux à l’égard d’une entreprise.

« A de multiples reprises, M. Zeribi (a opéré) une confusion des genres entre le milieu associatif et l’intérêt politique de ses campagnes, le premier finançant le second », a estimé le magistrat instructeur.

Le parquet estime qu’une part importante des subventions versées entre 2007 et 2009 à l’association Agir pour la citoyenneté (APC), présidée par Karim Zeribi, soit plus de 85 000 euros, aurait servi les intérêts politiques exclusifs de Karim Zeribi.

Les enquêteurs ont notamment mis en lumière le payement par l’association APC d’un sondage contenant un chapitre sur la notoriété de Karim Zeribi ainsi que de divers outils de communication, du loyer de son club de réflexion et l’utilisation des salariés d’APC lors de ses campagnes.

Ancien footballeur professionnel (1986 à 1989), Karim Zeribi a été conseiller en charge des questions d’accès à la citoyenneté du ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement (1998 à 2000). Élu en 2008 au conseil municipal de Marseille sur la liste de Jean-Noël Guérini (PS), il a été réélu en 2014 grâce à un accord passé avec la tête de liste PS Patrick Mennucci. Devenu député européen en remplacement du socialiste Vincent Peillon, il avait rejoint Europe Ecologie Les Verts (EELV) mais n’avait pas été réélu. En 2015, on le retrouvait au conseil d’orientation de Terra Nova, le think tank d’ultra-gauche. Il avait également soutenu Emmanuel Macron à l’élection présidentielle de 2017.

Grâce à son ami Cyril Hanouna, il occupe depuis plusieurs mois les plateaux de télévision en tant que « chroniqueur ».

Ces dernières semaines, il a fréquemment été invité à commenter les mobilisations des gilets jaunes.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :