Chez Macron, tout fait désordre, de ses poses avec des tee-shirts dénonçant les violences policières, à sa réforme des retraites en passant par son copain Castaner au passé pas des plus idoines pour un ministre de l’Intérieur.

La très contestée circulaire de ce dernier, changeant les règles de calcul des scores de chaque parti politique lors des futures municipales de 2020, jolie entourloupe pour favoriser par la même la République en Marche, n’aura en fin de compte pas vécue longtemps.

Le Conseil d’État a annoncé, aujourd’hui vendredi 31 janvier, qu’il suspendait une partie de la circulaire Castaner sur le « nuançage » politique. Dans un communiqué, l’instance précise que la suspension vise « trois séries de dispositions de la circulaire ». Celle-ci, adressée le 10 décembre aux préfets par le ministre de l’Intérieur en prévision des élections municipales de mars, demandait aux représentants de l’Etat de n’attribuer une étiquette politique qu’aux candidats et listes déclarés dans les communes d’au moins 9 000 habitants et plus (contre celles de plus 1 000 habitants jusqu’ici). Or les communes de moins de 9 000 habitants représentent 96% des communes en France, et près de 50% de la population nationale. Cette circulaire prévoyait que le vote de ces 50% de Français ne soit plus analysé du point de vue de la politique nationale. Des dispositions qui sont donc suspendues par le Conseil d’Etat, comme le réclamait l’opposition.

La décision du Conseil d’État est une nouvelle claque pour Macron !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :