L’HISTOIRE EN UN COUP D’OEIL

  • Appelé «toilettes intelligentes de santé de précision» par les scientifiques qui ont développé la technologie, le gadget prend une photo de votre anus et une empreinte digitale du levier des toilettes et analyse vos selles et votre urine
  • Les informations sont téléchargées dans le cloud où l’intelligence artificielle évalue les données et contacte votre médecin de premier recours en cas de problème
  • Cette technologie, financée par le National Cancer Institute pour 6,9 millions de dollars, présente plusieurs domaines dans lesquels votre vie privée et vos informations médicales peuvent être compromises.

L’idée derrière la technologie intelligente est que votre téléphone portable ou votre appareil réfléchit à votre place. Les chercheurs de Stanford Medicine ont poussé cela à un tout autre niveau et espèrent développer une toilette qui évalue vos excréments chaque fois que vous utilisez les toilettes. 1

Un appareil intelligent peut faire beaucoup des choses que fait votre ordinateur, comme se connecter à Internet, utiliser un logiciel et s’adapter à un ensemble actuel de circonstances. Ces technologies comprennent souvent des capteurs, des bases de données et un accès sans fil à Internet.

Au début des années 2000, la domotique intelligente est devenue plus populaire et plus abordable. Actuellement, n’importe qui peut câbler sa maison avec une technologie intelligente en utilisant des gadgets qu’il achète dans les magasins informatiques et des logiciels facilement disponibles installés sur son ordinateur et son smartphone. 3

Les capteurs mesurent la température, l’humidité, la lumière et le mouvement ou le bruit. Le réseau de contrôle connecte les appareils et le système informatique collecte des informations et agit sur la base d’un ensemble de règles prédéfinies. Ces fonctions sont à la base de la nouvelle toilette intelligente.

L’Université de Stanford a annoncé que ses toilettes «de santé de précision», selon elles, peuvent «détecter de multiples signes de maladie grâce à l’analyse automatisée de l’urine et des selles». 4,5  Cette toilette intelligente particulière ne lève pas automatiquement le couvercle ou ne tire pas la chasse d’eau, mais a été conçue pour  détecter les marqueurs de maladie dans votre urine et vos selles.

Le produit peut être installé sur une toilette ordinaire à l’aide d’outils comprenant des capteurs de mouvement et une caméra qui capture l’empreinte anale d’une personne lorsque vous vous asseyez pour utiliser les toilettes. 6  L’idée d’utiliser un analprint pour l’identification a été déclenchée par… le peintre Salvador Dali, qui aurait découvert « l’anus a 35 ou 37 plis, qui sont aussi uniques que les empreintes digitales. » 7

Dans une toilette intelligente opérationnelle, des capteurs et d’autres caméras captureront les déchets, détecteront la force et la quantité des flux d’urine et analyseront ce qu’il y a à l’intérieur de vos selles. Avec l’analprint, chaque toilette intelligente comprendra également un lecteur d’empreintes digitales situé sur le levier pour aider à garantir que les données sont liées à la bonne personne.

Les scientifiques ont inclu des fonctionnalités pour mesurer les facteurs urinaires, tels que les niveaux de protéines et le nombre de globules blancs. Les selles d’une personne sont évaluées à l’aide de la Bristol Stool Scale qui enregistre le temps total nécessaire à une personne pour les éliminer complètement. L’objectif des scientifiques est de rassembler suffisamment de données pour repérer les problèmes de santé graves qui seraient évidents dans vos excréments, comme le cancer du côlon.

Une fois que vous tirez la chasse d’eau, les données et les images sont envoyées sans fil à un serveur cloud crypté où elles sont censées rester privées.

L’un des chercheurs, feu Sam Gambhir, qui était président du département de radiologie de Stanford au moment du début de l’étude, a expliqué l’intention des toilettes intelligentes, qui n’est pas de remplacer la visite d’un médecin, mais de surveiller vos déchets, identifier l’inhabituel et envoyer automatiquement des informations sur tout ce qui est suspect à votre médecin.

Gambhir a consacré sa vie à trouver des méthodes précoces de détection des maladies; il est décédé d’un cancer en juillet 2020. 8  Dans un communiqué de presse de Stanford d’avril 2020, il était enthousiasmé par le potentiel de collecte de données via les toilettes intelligentes, déclarant: «Les toilettes intelligentes sont le moyen idéal d’exploiter une source de données qui est généralement ignorée – et l’utilisateur n’a rien à faire différemment. » 9  Gambhir a comparé les toilettes intelligentes à d’autres systèmes de surveillance de la santé : 10

«Le problème avec une toilette intelligente, cependant, c’est que contrairement aux vêtements portables, vous ne pouvez pas l’enlever. Tout le monde utilise la salle de bain – il est vraiment impossible de l’éviter – et cela augmente sa valeur en tant qu’appareil de détection des maladies.

Subvention de 6,9 ​​millions de dollars pour développer la technologie des excréments

Le sénateur Rand Paul n’est pas aussi impressionné par la technologie et ne pense pas que les 6,9 millions de dollars de fonds accordés par l’Institut national du cancer soient une bonne utilisation de l’argent des contribuables. 11  Chaque année, il compile un rapport sur les gaspillages du gouvernement fédéral et, en 2020, les fonds pour les toilettes intelligentes y ont été inclus. 12

«Les chercheurs espèrent que ce sera une autre flèche dans le carquois des fournisseurs de médicaments de télésanté, mais ils oublient qu’il y a une énorme différence entre le chat vidéo avec votre médecin afin qu’il ou elle puisse examiner vos amygdales et télécharger vos excréments dans le cloud.

Qu’est-ce qui pousse le NIH à délivrer une subvention pour une toilette qui prendrait de telles vidéos, demandez-vous ? Eh bien, le NIH a émis la subvention originale en partant du principe qu’une procédure de surveillance non invasive appelée imagerie moléculaire pourrait être appliquée à la détection précoce et à la gestion du cancer.

En fin de compte, quelle que soit la capacité de la technologie à atteindre son objectif, qui voudrait utiliser une toilette équipée de trois caméras qui enregistrera une vidéo de «l’empreinte numérique» de l’utilisateur pour identifier l’utilisateur, sans parler de celle qui stocke ces données dans un cloud numérique auquel les pirates pourraient accéder. Est-ce ce que vous voulez ? Une telle photo de vous qui flotte dans le nuage numérique. « 

Pendant ce temps, l’équipe de Ghambir espère avoir le deuxième prototype prêt à être testé d’ici la fin de 2021. Sur leur liste de souhaits figure la capacité de la nouvelle toilette intelligente à détecter l’ADN et l’ARN afin d’aider à suivre la propagation du coronavirus et à détecter les tumeurs.

Suivi de l’ADN viral dans les eaux usées

Utiliser  des analyses d’eaux usées  pour obtenir des informations sur un individu ou une communauté n’est pas nouveau. Par exemple, les chercheurs des usines de traitement des eaux usées ont testé les excréments et les effluents d’urine des installations à la recherche de drogues illégales, ce qui a aidé les forces de l’ordre à suivre les tendances et à identifier de nouvelles drogues dans les communautés. 13

Le processus a été proposé pour la première fois en 2001 par l’Agence de protection de l’environnement pour sensibiliser à l’impact des médicaments excrétés sur l’environnement. Début 2020, les données du plus grand projet européen évaluant les eaux usées ont corroboré les données d’autres équipes indiquant que le marché de la cocaïne en Europe de l’Est était en expansion. 14

Dans les tests sur l’homme depuis le  début de la pandémie de COVID-19 , les scientifiques ont également identifié le virus SRAS-CoV-2 responsable du COVID-19 dans les selles de personnes décédées de la maladie. 15  Dans une étude, les scientifiques ont constaté que la charge virale dans les selles était plus élevée que dans les sécrétions respiratoires d’un patient infecté.

Ils ont trouvé des virus vivants dans les selles de deux autres patients, ce qui, selon les chercheurs, indique que «le virus infectieux dans les selles est une manifestation courante du COVID-19» et peut représenter un vecteur de maladie possible.

Ils ont également noté une étude de 2004 à la suite de l’épidémie de SRAS-CoV-1, qui a révélé que les matières fécales en aérosol d’une canalisation d’égout défectueuse étaient un contaminant probable responsable d’une épidémie dans le complexe résidentiel d’Amoy Gardens qui a rendu 321 personnes malades, dont 187 correspondent à la propagation. 16

Dans une autre étude, les chercheurs ont trouvé de l’ARN sur huit des 22 surfaces testées dans deux chambres d’hôtel après que deux clients soient plus tard tombés malades avec le COVID-19. 17  L’échantillonnage a révélé que les taies d’oreiller et les draps avaient la charge virale la plus élevée. Cependant, malgré le test de la chambre trois heures à peine après que les personnes  aient été testées positives pour le virus,  aucun virus vivant n’a été trouvé dans les chambres d’hôtel. 18   Les scientifiques ont noté que : 19

«… La surveillance des eaux usées à la recherche de traces d’un agent pathogène permet une surveillance efficace de communautés entières, fournissant un signal sensible indiquant si l’agent pathogène est présent dans la population et si la transmission augmente ou diminue.»

Les scientifiques affirment que la surveillance des eaux usées peut avoir plusieurs avantages, notamment: 20

  • Étude de la dynamique de la transmission de la maladie dans des communautés entières
  • Éviter le biais des indicateurs épidémiologiques
  • Collecter des données auprès de tous les individus, y compris ceux qui n’ont pas accès aux soins de santé
  • Tests diagnostiques antérieurs
  • Fournir des informations en temps quasi réel sur la prévalence de la maladie

La toilette intelligente sera plus intelligente que vous ne le pensez

L’utilisation d’une technologie intelligente pour évaluer vos déchets soulève de nombreuses questions, dont la moindre n’est pas l’accès à vos informations médicales privées. En premier lieu, les personnes utilisant cet appareil intelligent à la maison doivent avoir leurs empreintes digitales dans le fichier de l’entreprise, car l’appareil utilise à la fois votre empreinte digitale et votre empreinte anale pour relier les informations à une personne spécifique.

Bien que l’idée initiale soit d’installer ces toilettes dans la maison, il convient de considérer qu’elles peuvent éventuellement être installées dans des espaces publics permettant à d’autres de suivre vos mouvements chaque fois que vous utilisez les toilettes et sont identifiées grâce à votre empreinte anale ou digitale.

De plus, vos informations de santé seront stockées dans le cloud, augmentant le risque qu’elles soient accessibles à des pirates informatiques, contribuant ainsi au vol d’identité médicale. Comme indiqué ci-dessus, la société espère inclure une technologie permettant de tester l’ADN et l’ARN dans vos selles et a la capacité de tester la consommation de drogues et d’alcool, ce qui soulève la question de savoir comment ces informations peuvent être utilisées.

Bien que la société promette que vos informations resteront privées et ne seront partagées qu’avec votre médecin personnel, il est fort probable que les compagnies d’assurance maladie et d’assurance-  vie trouveront ces informations attrayantes lorsqu’elles déterminent s’il faut offrir une couverture et combien facturer. Les forces de l’ordre peuvent également être intéressées par les résultats des tests.

Ce ne sont là que quelques-uns des défis potentiels qui peuvent survenir lorsque vous autorisez le téléchargement de vos informations de santé sur le cloud et l’accès afin de déterminer si les informations doivent être envoyées à votre médecin.

Les photos seront-elles toutes des images médicales ?

«Nous comprenons sérieusement les préoccupations de confidentialité de notre approche depuis sa création. Notre étude de validation de principe utilise des images photographiques de l’anus d’une personne, ce qui peut être non traditionnel et inhabituel par rapport aux empreintes digitales. Nous garantissons inconditionnellement la sécurité de toutes les photos et informations privées de nos utilisateurs grâce à une transmission de données cryptées de bout en bout.

Nous avons utilisé un algorithme d’appariement de modèles pour déterminer la région d’intérêt (anus), qui une fois pleinement développée et validée, sera autonome sans aucune interaction humaine. La photo-imagerie de l’anus d’une personne sera cryptée par une fonction de hachage et stockée sur un appareil sécurisé.

De cette manière, même si le retour imagé d’une femme est étendu par erreur pour inclure les organes génitaux, l’image résultante est déjà cryptée et stockée via une fonction de hachage et la reconstruction de ces images sensibles est irréaliste.

Il est difficile d’imaginer comment ils pourront «assurer sans condition la sécurité de toutes les photos et informations privées» lorsque des banques hautement sécurisées 23,   entreprises 24  et même le gouvernement fédéral des Etats-Unis 25 ont été piratés et des informations volées.

 

Les références

1,  4,  10  Stanford Medicine, 6 avril 2020

2  Gérontechnologie, Chapitre un, Chronologie

3  Recherche BCC, l’évolution de la technologie de la maison intelligente

5  Nature Biomedical Engineering, 2020; 4: 624

6,  21  The Verge, 9 avril 2020

7,  22  Bioengineering, 6 avril 2020

8  Stanford Medicine 22 juillet 2020

9  Business Insider, 9 avril 2020, para 9

11  CNS News, 28 décembre 2020

12  Le rapport Festivus, 2020

13  Vice, 23 janvier 2017

14  rapports scientifiques, 2020; 10 (4885)

15,  18  Centre des maladies infectieuses, de la recherche et des politiques, 19 mai 2020

16  New England Journal of Medicine, 2004; 350: 1731 Égouts / Discussion

17  Centres de contrôle et de prévention des maladies, 2020; 26 (9)

19,  20  Nature Biotechnology, 2020; 38: 1151

23  CSO Online, 19 novembre 2019

24  CBS News, 20 novembre 2019

25  The Guardian, 19 décembre 2020

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

25 % 29 955 € manquants

10045 € récoltés / 40 000 € nécessaires – depuis le 15/10/2021
Compteur mis à jour le 30/11/2021

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Derrière ces fermetures arbitraires, il y a l’influence d’une commission gouvernementale dont nous parlerons plus tard.

Mais rien ne nous fera taire. Seulement, pour aller toucher nos compatriotes et faire connaitre MPI, il nous faut des moyens supplémentaires.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Les plus de 1200 vidéos seront bientôt disponibles sous peu sur une autre plateforme.

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :