La femme a toujours fait partie de la vie de l’Église, quoi qu’en dise l’ignorance féministe d’aujourd’hui qui ne conçoit le rôle de la femme que par rapport à celui de l’homme, vision en somme très masculine et réductrice. Elle a sa vocation spécifique à l’imitation de la la Mère du Christ, devenue Mère de tous les hommes. Le philosophe Jean Guitton, en une formule incomparable, cloue le bec à toutes les pasionarias de la féminisation artificielle de la société ecclésiale et civile :

« la personne la plus parfaite de notre monde moral se trouve avoir été choisie dans le sexe le plus faible » !

Et Saint Paul n’affirme-t-il pas dans son épître aux Galates (III,28) :

« Il n’y a plus ni juif, ni Grec, ni maître, ni esclave ; ni homme, ni femme. Vous n’êtes qu’un dans le Christ Jésus » ?

Ce qui témoigne bien de l‘égale dignité des deux sexes aux yeux de Dieu dans la religion catholique. Mais égalité de dignité ne veut pas dire même mission ! Chacun son rôle et les vaches seront bien gardées…

Malheureusement, cette distinction des sexes et de leur destinée ne satisfait pas notre société genderophile contemporaine et nihiliste qui de toutes traditions, coutumes, us et mœurs chrétiens et naturels, veut faire table rase.

Les assauts du monde pour imposer une féminisation artificielle de la société ecclésiale, au diapason de ce qui se passe dans la sphère civile, se multiplient. Dernièrement deux faits témoignent de ces attaques répétées. Et quand il s’agit de détruire les repères catholiques, voire naturels, le cardinal Schönborn, « le grand théologien » du pape François, n’est jamais très loin…

Le 1er avril dernier, il a accordé un entretien à un groupe de journalistes autrichiens appartenant, entre autres, au Die Presse et au Salzburger Nachrichten. Il a manifesté être ouvert à l’idée des prêtres mariés ainsi qu’à l’ordination des femmes, tant au ministère de diacres que de prêtres et même, pourquoi pas, d’évêques. « Je crois qu’il y a de la place pour du changement » a-t-il déclaré tout en précisant que « la question de l’ordination [des femmes] clairement ne peut être élucidé que par un concile. Cela ne peut être décidé uniquement par un pape seul. C’est une question trop importante pour être décidée du bureau d’un pape. »

Il s’agit là d’un coup porté à la lettre apostolique, Ordinatio Sacerdotalis, par laquelle le pape Jean-Paul II, seul, sans concile, confirmait que

« l’ordination sacerdotale par laquelle est transmise la charge, confiée par le Christ à ses Apôtres, d’enseigner, de sanctifier et de gouverner les fidèles, a toujours été, dans l’Église catholique depuis l’origine, exclusivement réservée à des hommes. Les Églises d’Orient ont, elles aussi, fidèlement conservé cette tradition. […] C’est pourquoi, afin qu’il ne subsiste aucun doute sur une question de grande importance qui concerne la constitution divine elle-même de l’Église, je déclare, en vertu de ma mission de confirmer mes frères (cf. Lc 22,32), que l’Église n’a en aucune manière le pouvoir de conférer l’ordination sacerdotale à des femmes et que cette position doit être définitivement tenue par tous les fidèles de l’Église. »

Jean-Paul II ne disait, en l’occurrence, rien de nouveau : le Code de Droit Canonique de 1917, et cela sera repris par le code de 1983, can. 1024, stipule que « Seul l’homme baptisé reçoit validement la sainte ordination » (Can. 968 § 1). Pareillement saint Thomas d’Aquin considère le sexe féminin comme un empêchement pour recevoir les ordres sacrés. Pie XII, quant à lui, rappelle dans sa Constitution apostolique Sacramentum Ordinis du 30 novembre 1947 sur les Ordres sacrés du diaconat, de la prêtrise et de l’épiscopat, que « L’Église n’a aucun pouvoir sur la substance des sacrements, c’est-à-dire sur tout ce que le Christ Seigneur, au témoignage des sources de la Révélation, a voulu que l’on maintienne dans le signe sacramentel ». Or le Christ n’a choisi que des hommes au moment de l’instauration du sacrement de l’ordre.

Le conciliaire cardinal Schönborn étant dans une démarche de chambardement au nom des notions conciliaires d’évolution du dogme, de Tradition vivante, ces considérations traditionnelles ne peuvent avoir de prise sur lui. D’ailleurs signalons que son propos contre la décision de Jean-Paul II postule que le magistère conciliaire ne peut être infaillible, ce qui est somme toute logique puisque tout évolue… Le serpent conciliaire se mord la queue à cause de ses propres contradictions et les papes conciliaires avec lui !

Une autre proposition, prise cette fois-ci sous l’inspiration du pape François, vient conforter le siège de l’Église officielle entrepris depuis des décennies par les féministes. Moins radicale que les propos du cardinal Schönborn, elle entrouvre semblablement mais de manière plus subtile la porte à de futurs bouleversements sexistes.

La Commission pontificale pour l’Amérique latine, présidée par Mgr Ouellet, réunie du 6 au 9 mars dernier autour du thème La femme, pilier de l’édification de l’Église et de la société en Amérique latine, dans son document final conseille qu’ait lieu prochainement un synode sur le thème de la femme pour repenser son rôle dans la vie et la mission de l’Église : pour « libérer » cette dernière « des préjugés, des stéréotypes et des discriminations subies par la femme » et pousser les communautés chrétiennes vers « une “conversion pastorale” capable de demander pardon pour toutes les situations dans lesquelles elles ont été et sont encore complices d’attentat à sa dignité ».

La Commission donne comme raison à « cette ouverture », qu’elle ne « représente pas une concession à la pression culturelle et médiatique » mais qu’elle est plutôt « le résultat de la prise de conscience que l’absence des femmes des instances ecclésiales est un défaut, une lacune ecclésiologique, l’effet négatif d’une conception cléricale et masculine. » Prise de conscience bien dans le vent quand même ! L’Église conciliaire avec un tel langage bien correct adhère pleinement, même si elle s’en défend mollement, à la mentalité féministe #MeToo, avatar de la théorie de genre, qui est en train de subvertir la société et les structures traditionnelles. Cette ouverture est également nécessaire au bien des âmes est-il précisé dans le texte :

« Si on n’y remédie pas dans un futur proche, beaucoup de femmes disponibles pour servir se sentiront délaissées et méprisées dans leurs capacités, et elles pourraient éventuellement s’éloigner de l’Église ».

Cela fait depuis Vatican II que les clercs progressistes et modernistes brandissent cette sempiternelle excuse, ce faux prétexte, pour imposer ainsi leurs nouveautés doctrinales, opposées à la Tradition. Cela n’a pas empêché pour autant les fidèles de quitter l’Église mais, tout au contraire, la nouvelle religion qu’ils édifient à favoriser encore plus l’apostasie des catholiques qui ne savent plus à quel saint se vouer et en ont perdu leur latin… Et cette pente funeste ne semble pas prête de s’arrêter avec le pape François.

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. “« Si on n’y remédie pas dans un futur proche, beaucoup de femmes disponibles pour servir se sentiront délaissées et méprisées dans leurs capacités, et elles pourraient éventuellement s’éloigner de l’Église ».”
    Si cela pouvait être vrai, quel débarras!
    On ne risquerait pas d’avoir des diakonnasses, des prêtrasses, des évêquasses et même une papesse.
    Si ces dames ne sont pas contentes, les sectes protestantes leur ouvrent en grand leurs bras. Sectes qui voient les fidèles se barrer à la vitesse grand V. Je leur propose de fonder leur secte exclusivement féministe, cela va être dur avec les transgenres et autres allumé(e)s.

  2. Chère Francesca,
    Votre propos,quoique partiellement vrai, est en grand décalage historique vis-à vis des faits.
    Je n’entreprendrai pas ici une démonstration d’une thèse qui démontre sans l’ombre d’un doute que la féminisation de l'Église n’est pas une réalité qui remonte à 1958,mais qui s’est encore accélérée
    avec Vatican II. Je ne polémiquerai pas non plus avec vous sur ce sujet.
    Ayez donc la sagesse d’aller lire un ouvrage qui,malheureusement n’est écrit qu’en anglais et non traduit, qui expose clairement comment l’Église catholique ,dès l,e moyen âge,sous l’influence de plusieurs saints…,a succombé à certains moments à des dérives quasi-hérétiques dans la promotion
    du féminisme pour des motifs pas très catholiques.
    Je vous préviens,certains passages vous scandaliseront sûrement. De vieux thèmes qui refont surface
    au 20e siècle comme la féminisation de Dieu Maman Dieu¨ ou Dieu la Mèrevous en diront long
    l’influence néfaste d’Êve dans l’Église.
    Cet ouvrage publié en 1999,sous la plume de LÉON J.PODLES,homme diplômé et cultivé,par les Éditions : Spence publishing company,DALLAS Texas,usa. S’intitule :THE CHURCH IMPOTENT,
    Avec sous titre: The feminization of Christianity.
    Bonne lecture. Cécilien

    • Merci pour l’information.

      En fait, il est indu de parler d’égalité entre l’homme et la femme, que l’on y ajoute (comme dans cet article et souvent ailleurs) le terme de dignité n’y change rien. De plus, la citation de Saint Paul est détournée de son sens. Ce que l’on peut dire c’est que l’homme et la femme ont tous deux également part à la divine promesse : cela ne veut pas du tout dire qu’ils soient égaux, ni même qu’ils aient la même dignité. En effet, la dignité est fonction de la mission. Un prêtre possède une dignité que n’a pas un simple homme, quoique celui-ci en soit capable, qu’il l’ait en puissance ; la femme quant à elle n’est simplement pas capable de cette dignité, et cela en raison de sa nature même, qui remonte à la création d’Ève.

      Pourtant, si l’on parle de cette dignité qu’est la sainteté, cela n’est plus relatif à la nature mais à la personne : ainsi une femme peut être en ce sens plus digne qu’un homme, car plus sainte. Cependant, cela ne se fera pas indépendamment de son état, de sa mission et de sa nature. C’est précisément en reconnaissant être moins digne que l’homme (en reconnaissant la hiérarchie de nature) qu’elle deviendra plus digne que certains hommes (l’humilité qui élève) : ici il faut distinguer deux sortes de dignité, et c’est la seconde évidemment qui fait tout le prix de l’âme aux yeux de Dieu. Voilà comment la Très Sainte Vierge Marie a donné l’exemple : laquelle malgré tout n’est pas la personne la plus parfaite de notre monde moral ou du genre humain, car il s’agit de Notre-Seigneur Jésus-Christ faut-il le rappeler.

      Les relations entre l’homme et la femme sont harmonieuses à condition qu’elles soient ordonnées, et que la hiérarchie naturelle voulue par Dieu (lors de la création) soit scrupuleusement respectée. Si l’on enlève à l’homme la dignité supérieure qui fait que la femme porte naturellement à l’homme un amour d’admiration et de vénération, on en vient à briser l’unité : et il ne faudra pas s’étonner qu’en retour malheureusement l’homme ne porte plus un amour de protection envers la femme.

  3. Damien says:

    Je suis heureux de voir que MPI se réfère au Magistère de St Jaen-Paul ll !

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

11 % 31.170 € manquants

3830 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.170 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !