Un lecteur nous adresse cette caricature trouvée dans une revue allemande publiée en 1932.

Tout commentaire est superflu…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 commentaires

  1. Prédiction incomplète: dans la fosse il y a deux l€sbiennes ou deux hom*s€xuels

  2. « Tout commentaire est superflu… » Oui, mais il fallait quand même traduire les titres :
    au-dessus du dessin : ‘La négrisation de la France dans 100 ans’
    au-dessous du dessin : ‘Les derniers Français non colorés forment la plus grande attraction du jardin zoologique de Paris’
    Le fait que la langue du placard qui pend au mur soit le français suggère peut-être que le dessin original était destiné à un public français, mais je n’ai pas pu magnifier la signature du dessinateur assez pour pouvoir lire plus loin que GA-.

    • Hristo Xiep says:

      La signature, c’est GARVENS. Autrement dit, Oskar Garvens, célèbre sculpteur et caricaturiste allemand, national-socialiste de la première heure.

  3. Rémi de VÖLN says:

    Il me semble bien que “Mein Kampf” parle de la France comme d’un pays de nègres.
    Quelqu’un pourrait-il confirmer? Merci.

    • Malheureusement je n’ai pas lu ce livre paru pour la première fois dans les années 20, bien que depuis quelque temps il en existe, du moins en langue originale, une édition critique et commentée moderne; mais il se peut bien qu’Hitler ait utilisé ce terme. Toutefois, à l’époque le mot ‹Neger› était neutre, et dans les années 60 encore un président de la R.F.A., un monsieur très correcte, ancien président de la Cour Constitutionnelle, commença une adresse en Afrique avec „Meine sehr geehrten Damen und Herren, liebe Neger!“, c’est-à-dire « Mes très honorés Mesdames et Messieurs, chers Nègres ». J’ai remarqué que les Européens non anglophones ne le savent pas peut-être, et les anglophones l’ont peut-être oublié un peu, mais il y a deux mots en anglais, ‹negro› (neutre) et ‹nigger› (contemptueux). On disait autrefois aux enfants anglophones de ne pas dire « a black man », terme impoli, mais « a negro ».

      • J’ai oublié d’ajouter qu’encore en 1964 dans le département de musicologie de l’Université de Cologne on disait couramment, complètement sans gêne et sans aucune trace de racisme ‹Negermusik›, quand il s’agissait de celle des Noirs des États-Unis. En 1989 ‹Negermusik› avait été remplacé dans ce sens par ‘tchess’, que moi j’ai compris d‘abord comme engl. ‹chess› ‘échecs’ (surtout vu qu’on y jouait), jusqu’à ce que quelqu’un m’avertît que la bonne prononciation était ‘djess’ ; et ça continue, parce qu’un Allemand ne s’écoute pas quand il parle. Les perversions d’orthographe qu’on trouve chez les auteurs français quant il s’agit de représenter la prononciation du français par des Allemands ne sont aucunement exagérées ; seulement il y a maintenant plus d’Allemands qui parlent assez bien le français qu’autrefois.

  4. LANKOUDU says:

    Nègres …Non : homme de couleur foncée , servile et avec un QI de 60 max. Je l’ai lu sur 20′
    Déjà en 39 donc ? Et aujourd’hui ?

    • En 39 il y avait déjà les lois antijuives et les camps de concentration, bien que pas encore d’extermination. Le dessin est paru (où, en F ou en D?) directement avant l’accès d’Hitler au pouvoir (30.01.1933).