Dans le dernier numéro de La Simandre  de septembre-octobre 2017, le bulletin de la Fraternité de la Transfiguration, le rédacteur n’y va pas par quatre chemins confus : il remercie le cardinal Burke de sa franchise.

Mais de quoi nous direz-vous ? Simplement d’avoir dessillé les yeux des « béats » qui croient encore que le cardinal philo-ecclésiadéiste a une quelconque estime pour les « intégristes » de la Fraternité Saint-Pie X et des communautés « amies ».

En effet, c’est le « chouchou » (pardon pour cette familiarité) des ralliés de tous genres qui a déclaré qu’il ne fallait pas assister aux messes des prêtres de la FSSPX « car ils sont schismatiques depuis que Mgr Lefebvre a sacré quatre évêques sans mandat pontifical ».

Le réveil est brutal pour les tenants d’un accord « non doctrinal » avec Rome et la conclusion incontournable : « ne nous racontons pas des histoires, prétendant que les « prélats » conservateurs comptent sur nous pour combattre le modernisme ».

Bien pensé et bien dit. Honneur à eux !

Christian LASSALE

« OUI : à la franchise du Cardinal Burke.

Dans cette période de confusion doctrinale, d’expressions molles et diplomatiques, de silence bienveillant que certains pourraient interpréter comme complice, les propos du Cardinal Burke retentissent comme un coup de tonnerre.

Pour lui, les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X (et je suppose aussi tous ceux qui sont dans son sillage et dont peu de monde parle !!) sont « en état de schisme ». « II n’est donc pas légitime d’assister à la messe ou de recevoir les sacrements dans une église sous la juridiction de la

Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X »

C’est la surprise, la stupeur dans le camp des « bien-pensants ». Ce cardinal « conservateur », qui a signé les « dubia » relatives à Amoris Laetitia, aurait-il donc changé ses convictions ? Aucunement. Grand spécialiste de droit Canon, (le nouveau droit bien sûr, celui de 1983) il applique avec précision et vigueur les conclusions du dernier Concile Vatican II.

Alors, pour lui, les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X (et ses satellites sans doute) désobéissent. Ce qui est inadmissible.

Quand les « bien-pensants » auront enfin compris que le problème est avant tout doctrinal, ils éviteront d’affirmer que l’état de nécessité disparaît de plus en plus, ils persévéreront dans le combat de la foi et fuiront les bricolages canoniques.

N’oublions pas que l’unanimité des Cardinaux consultés par le dicastère de la doctrine de la foi, son ancien préfet le Cardinal Müller et son préfet actuel le Cardinal Ladaria, exigent la reconnaissance du Concile Vatican II par les dits prêtres « prétendus schismatiques ». Et cela, nous ne le pouvons pas : «non possumus ».

Aussi, ne nous racontons pas des histoires, prétendant que les « prélats » conservateurs comptent sur nous pour combattre le modernisme.

Oui, merci Éminence, vous nous sortez de notre béat engourdissement.

La Simandre – Septembre et  octobre 2017 »

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :