Le district allemand de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X confirme les bruits concernant un futur « déménagement à Wangs » de l’évêque conciliaire de Coire, Mgr Huonder, dans un article paru dans le n° 482 de Mitteilungsblatt, son bulletin mensuel officiel.

Intitulé Déménager à Wangs, l’article retrace les futures modalités d’installation de Mgr Huonder dans une école de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X sise en Suisse :

L’Institut Sancta Maria, l’école secondaire pour garçons avec internat à Wangs, en Suisse, accueille un nouveau résident important après Pâques : Mgr Vitus Huonder. L’évêque sortant de Coire y passera sa retraite.

Le 23 janvier 2019, le journal Sargansländer a publié un article de Denise Allig, qui est retranscrit ici dans une version légèrement abrégée.

Le rapport selon lequel Vitus Huonder se retirerait à Wangs après son temps comme évêque de Coire est correct, a déclaré le porte-parole de l’évêque, Giuseppe Gracia mardi au Sarganserländer, ce qui a ainsi confirmé un compte-rendu de Die Ostschweiz. « Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la mission donnée par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi à Rome à Mgr Vitus consistant à maintenir le contact avec la Fraternité Saint-Pie-X », explique le porte-parole de l’évêque. L’institut dans lequel Mgr Huonder va passer sa retraite appartient à la Fraternité Saint-Pie-X, qui est considérée comme conservatrice.

L’évêque de 76 ans, Mgr Huonder, devrait démissionner de son poste d’évêque de Coire en avril. Il avait déjà offert sa démission au pape au printemps 2017 en raison de son âge. Le Pape avait donné son consentement, mais seulement à Pâques de l’année en cours.

« C’est une grande joie pour nous. »

L’abbé Firmin Suter, Recteur de l’Institut Sancta Maria et prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X depuis 2006, a exprimé hier sur demande et au nom de toute la communauté, leur joie de l’arrivée de Mgr Huonder. « Oui, c’est une grande joie et un honneur spécial pour nous tous », a déclaré l’abbé Firmin Suter. Mgr Huonder s’était déjà présenté aux élèves et avait gagné leur sympathie, parce qu’il est un évêque au cœur ouvert et franc, explique l’abbé Suter. « C’est génial de pouvoir offrir une maison à un tel évêque. » Ils n’ont jamais osé rêver de cela. « Quand Mgr Vitus Huonder nous a contactés pour la première fois, nous nous sommes interrogés sur le motif possible de son appel », poursuit le prêtre. « Lors d’une conversation personnelle, il a exprimé le souhait de pouvoir passer sa retraite avec nous. »

Des vœux modestes pour le nouveau logement

Mgr Huonder n’a fait aucune demande. « Son seul souhait était de pouvoir emménager dans une pièce de notre institut avec de la place pour un bureau et une étagère », a déclaré l’abbé Suter. Bien sûr, il dispose d’une petite chambre avec salle de bain et d’une chambre comme bureau.

Pas de télévision ou d’Internet disponibles

Comment la future maison de Mgr Huonder sera-t-elle équipée ? « Le bureau de l’évêque Huonder a un balcon. La télévision et l’accès à Internet ne sont pas fournis. Je pense qu’il préfère passer quelques heures devant le Saint-Sacrement dans la chapelle plutôt que devant un écran », explique l’abbé Firmin Suter. Sur l’avenir de la vie de Mgr Huonder, il explique que la Fraternité est une association sacerdotale avec une vie communautaire : « Nos prêtres cultivent la prière commune, la liturgie, les repas en commun et aussi les échanges sur toutes sortes de sujets. »

Normalement, la journée de Mgr Huonder dans l’avenir ressemblera à ceci : 6h15 : Prime ; 6h40 : Sainte Messe ; 7h30 Petit déjeuner, 12h15 Sexte suivie du déjeuner ; 18h30 : Rosaire suivi du dîner ; 20h30 : complies. Entre les deux, il trouvera beaucoup de temps pour étudier, prier, méditer et discuter. L’abbé Suter a également souligné que les temps d’adoration dans la chapelle de Fatima étaient publics : « Ceux qui veulent faire l’expérience d’une Messe en latin sont les bienvenus. » (Traduction de F. de Villasmundo)

Pas de télévision, ni d’internet, temps de prières, mission de maintenir les contacts entre la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et la F.S.S.P.X. mais toujours aucune déclaration doctrinale de la part de cet évêque conciliaire démontrant son rejet des doctrines mortifères de Vatican II et sa conversion réelle à la Tradition de l’Église catholique.

Il est donc pour l’instant tout-à-fait impossible de comparer cet évêque moderniste et progressiste au défunt évêque philippin et ami de la FSSPX, Mgr Lazo : lors de son retour à la Tradition en 1998, ce dernier émis, publiquement et courageusement, une magnifique profession solennelle de foi dans laquelle il rejetait fermement « les réformes post-conciliaires du deuxième concile du Vatican (…) planifiées pour la destruction de la Religion Catholique fondée par Jésus-Christ. »

Mgr Huonder, un agneau ou un loup dans la bergerie ?

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille cette revue :

%d blogueurs aiment cette page :