Hier vendredi 15 mars, dans une centaine de pays, les étudiants et les lycéens-collégiens ont fait « grève » pour protester contre les politiciens qui ne prennent pas, selon eux, de mesures fortes contre le réchauffement climatique global.

Une initiative, qui d’après la narration officielle, naît de l’exemple de la jeune Suédoise de 16 ans, Greta Thunberg. C’est la vraie “rock-star” du moment. En première page de tous les grands journaux mainstream de l’univers : tout le monde en parle, lui offre des entretiens ! La consécration définitive est arrivée cette semaine : l’adolescente activiste, promotrice de cette « marche des jeunes pour le climat »,  Climate Strike, en Europe et ailleurs, a été proposée pour recevoir le Prix Nobel de la Paix « en signe de reconnaissance pour son engagement contre la crise climatique et le réchauffement global ».

Lors d’un de ces nombreux entretiens, Greta Thunberg a déclaré au quotidien italien radical-chic La Repubblica :

« Nous sommes en plein dans une crise. Et c’est la plus urgente et grave que le genre humain a eu à affronter. Nous sommes en train de scier la branche sur laquelle nous sommes assis et la majeure partie de la population mondiale n’a pas idée des conséquences possibles à cause de notre incapacité à réagir. »

Mais les choses sont un peu plus complexes : derrière cette mobilisation, derrière cette jeune autiste, affectée du syndrome d’Asperger, se cachent des élites écologistes et fondations américaines qui sont en train d’utiliser les jeunes pour des batailles qui valent des centaines de milliards de dollars !

Greta Thunberg, qui tous les vendredis s’assoit en face du parlement suédois avec une pancarte dans les mains sur laquelle est écrit ‘Skolstrejk för klimatet’, « grève de l’école pour le climat », n’est pas un phénomène spontané né de nulle part mais est habillement utilisée dans une stratégie de marketing.

Andreas Henriksson, fameux journaliste d’investigation suédois, a dévoiler le pot-aux-roses. Après reconstitution des événements, il a découvert que cette grève scolaire faisait partie d’une stratégie publicitaire pour lancer Scenes from the Heart, le nouveau livre de la mère de Greta, la célèbre chanteuse Malena Ernman, et que le grand stratège de cette campagne est un ami de la famille, Ingmar Rentzhog, expert en marketing et publicité. Ce dernier a profité, de son côté, de l’image de la jeune fille pour lancer sa start-up, We Do not Have Time (Nous n’avons pas le temps) ayant pour but d’influencer les décisions des politiques contre le réchauffement climatique. Ingmar Rentzhog se vante pourtant « d’avoir découvert la jeune fille » sur le trottoir et ensuite « d’avoir fait croître sa popularité ». Très rapidement, grâce à Greta, l’icône de We Do not Have Time,  cette start-up décolle, et lance une campagne de  crowdfunding pour environ 2,8 million de euros

Rien de vraiment fortuit, rien de vraiment spontané : l’immédiat succès de Greta est du à une habille propagande, relayée par le monde médiatique politiquement et climatiquement correct, en direction tout particulièrement de ces jeunes générations endoctrinées. Cette campagne climato-fanatique vise à soulever une population juvénile, que l’on a matraqué depuis des décennies avec une propagande sans fin et anxyogène sur l’éminence d’une catastrophe climatique. Et ce dans le but de contraindre les gouvernements à approuver des législations écologiques, véritable carcan pour les classes moyennes et pauvres des pays occidentaux (la révolte des Gilets jaunes prend sa source dans l’augmentation du prix de l’essence et diesel, ces énergies fossiles qu’il faut éliminer selon la doxa écologique !). Ces jeunes sont devenus des proies faciles et dociles entre les mains d’élites et de fondations de milliardaires, telle la Fondation Rockefeller, qui sont en train d‘imposer une dictature globale au nom de la lutte contre les changements climatiques tout en encaissant des milliards de dollars.

Le tout a une saveur d’exploitation d’enfants. Plus grave, cette manipulation de Greta et des jeunes, bien comparable à l’endoctrinement des jeunes esprits pratiqué dans les régimes totalitaires, se fait au nom de la lute contre un « changement climatique » sur lequel les hommes ne peuvent rien … puisque le climat a toujours changé au fil des siècles !

Mais ces mêmes élites globalistes et écologiques l’imputent à l’homme : le grand péché d’aujourd’hui c’est de respirer, la pénitence c’est de payer la taxe carbone !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. Pour estimer la connerie ,,la debilite pathologique d un lambda ,,l adhesion a cette arnaque enorme ,,il y a des abrutis complets residus de fausses couches pour gober cette escroquerie ,,triste pour le genre humain .Des le debut ca puait le pipo ,la mise en scene pour arrieres mentaux ,je pensais a enqueter dans la famille ,,l arnaque serait illico devoilee ,.Donc il faut encore “””pour le climat “”raketter popu ,l empecher de se chauffer ,aller au travail ,le culpabiliser ,le punir ,,bande de bouffons qui beuglent comme des charlis ,,ca releve meme pas la tete pour voir les chaim trails qu on leur deverse sur leurs tetes de tares ,,et les vaccins pour les rendre encore plus cretins ,,autistes ,,ils meritent vraiment le sort que leurs manipulateurs leur reservent ces bovins .Dieu leur a donne une parcelle de divinite ,ils preferent rester sous le niveau animal ,n ont meme pas d instinct .

  2. Alexandre Sanguedolce says:

    Il n’y aurait pas par hasard l’Open Society du philanthrope bankster Gyorgy Soros?

  3. daflon says:

    Cette « grève » pour le climat n’est que du vent. Mais un vent à l’odeur douceâtre du marketing et du fric. Encore une belle escroquerie qui va rapporter gros à ceux qui tirent les ficelles. Et des millions de pigeons vont suivre comme les « mougeons » qu’ils sont et vont payer pour enrichir de petits malins sans scrupules.

  4. Isabelle P says:

    On se demande pourquoi ils n’ont pas choisi un Yéménite, un Irakien ou un Malien…
    Ils avaient pourtant l’embarras du choix !

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !