François-Emmanuel Brézet, ancien officier de marine, est un spécialiste de l’histoire de la marine allemande.

Lorsque la Grande Guerre éclata en août 1914, la marine impériale allemande disposait d’une vingtaine de sous-marins de construction récente. Réunis en flottilles, tels les torpilleurs, ils étaient rattachés, comme eux, à la Force de haute mer, Hochseeflotte, composée de bâtiments cuirassés et de croiseurs. L’emploi au combat de ces “torpilleurs submersibles” n’était envisagé que contre les bâtiments de guerre ennemis dans des opérations ordonnées par les états-majors dont elles dépendaient. Le blocus maritime de la mer du Nord, instauré par le gouvernement britannique dès les premières semaines de la guerre, ne tardera guère à inciter le haut commandement allemand à imaginer une autre utilisation des sous-marins : l’attaque des bâtiments de commerce ennemis, afin de répondre au blocus par le blocus. Cet épisode marquait le début d’un type de guerre nouveau qui allait s’imposer à toutes les marines belligérantes : l’attaque par les sous-marins des communications maritimes de l’ennemi afin de l’amener à résipiscence. Déclenchée avec des moyens insuffisants, cette première guerre sous-marine allemande au commerce ennemi tournera à l’échec.

Durant la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne ne conservera pas l’exclusivité de ce type de guerre. Mais la mémoire collective retiendra de ce second conflit l’assaut d’une très haute intensité que les sous-marins conduiront à nouveau contre les communications maritimes alliées. C’est l’aventure des mythiques U-Boote qui nous est décrite, en même temps que les différences de stratégie entre le grand amiral Raeder et l’amiral Dönitz.

La guerre sous-marine allemande, François-Emmanuel Brézet, éditions Perrin, 416 pages, 23,50 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :