Quelques récentes décisions de la Justice française engendrent quelques réflexions sur l’impartialité des juges français et leur liberté de juger face à la pensée unique…

6 jeunes nationalistes, âgés de 20 à 27 ans, ayant revêtu le gilet jaune lors de l’acte III du 1er décembre dernier ont écopés de peines sévères après avoir été reconnus coupables de « participation à une entente en vue de commettre des violences ou des dégradations » : trois des six garçons écopent de 4 mois de prison avec sursis, avec une interdiction de se rendre à Paris pendant six mois pour les deux provinciaux. Deux sont condamnés à 6 mois de prison avec sursis et 105 heures de travaux d’intérêt général. Et le dernier, le seul à comparaître détenu, prend 3 mois de prison ferme, mais sans mandat de dépôt (ce qui signifie que son reliquat de peine pourra être aménagé par un juge).

« Cette fois ça y est, vous avez vos fachos ! », a tonné, ironique, Me Frédéric Pichon, le conseil d’un des six prévenus au tout début des débats. « Il a une carte du Front national, une raison de plus de l’enfermer ! » a-t-il ajouté. Selon une “note blanche”, donc anonyme, rédigée par un service de renseignements spécialisé et transmise à la justice, ces jeunes nationalistes sont en effet qualifiés de “néo-fascistes”. Le qualificatif qui tue !

La justice française est soudainement devenue inflexible et rigoriste, elle qui a plutôt l’habitude d’user d’une large clémence lorsqu’il s’agit de « jdeunes » de banlieue. Il suffit de lire France Orange mécanique de Laurent Obertone pour avoir une petite idée du laxisme judiciaire lorsqu’il s’agit de chances pour la France…

Autre décision : le militant identitaire Boris Le Lay a été condamné à 6 mois de prison ferme pour avoir écrit « il n’y a pas de celtes noirs ». Et le rappeur noir Nick Konrad a été condamné à payer une amende de 5 000 € avec sursis pour avoir chanté « Pendez Les Blancs ».

Deux poids. Deux mesures. Justice aux ordres du politiquement correct. Justice injuste.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 commentaires

  1. Alexandre Sanguedolce says:

    Justice et média : à la solde de l’anti France. Il suffit de lire les articles sur Battisti traité en militant d’extrême gauche alors qu’il s’agit d’un assassin.

  2. Cadoudal says:

    Mur des cons, média,

    les corps les plus représentés dans les Loges

    les larbins de l’ anti France républicaine, toujours prêts pour nuire à la vraie France

  3. Pierre Gouverneur says:

    La Justice s’éloigne de sa raison d’être et de son devoir d’impartialité. Elle doit être réformée pour stopper la dérive totalitaire.Notre système judiciaire ne correspond pas à notre idéal républicain
    Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République,
    Suite au courrier que je vous ai adressé, le 5 novembre 2017, faisant état de dysfonctionnement de la Justice, – pour lequel votre réponse du 21 décembre 2017, a consisté à me faire savoir qu’étant garant de son indépendance, vous ne pouviez intervenir-, vous trouverez, néanmoins, ci-joint, l’ultime courrier adressé à Monsieur le Procureur Général de la Cour d’appel de Nancy, qui précise qu’un refus de ma requête ne me permettrait pas de poursuivre par des procédures, aussi contraignantes que longues, aussi coûteuses qu’accablantes, de par le déni de Justice constant, dont nous sommes victimes, depuis cinq ans, et de par la grande probabilité que ce dernier puisse perdurer, grâce au système actuel qui l’autorise.
    En effet, force est de constater, que les défaillances dénoncées de Magistrats et Avocats, sont facilitées par leur quasi immunité financière, qui est, non seulement, propice à leur corporatisme et à des suffisances exacerbés impropres, jusqu’à faire fi de leur éthique, mais qui est, aussi, et contraire au principe d’égalité en droit de notre République, et inconvenante au fait que le peuple, au nom duquel la Justice est rendue, attend exemplarité et intégrité de ceux en charge de la rendre.
    Si, comme tout citoyen, les Magistrats répondaient de leurs fautes, en les réparant avec leurs deniers personnels, cela ne pourrait que conforter la justesse et la pertinence de leur indépendance, à l’égard du pouvoir politique, ou autres.
    Si les Avocats ne disposaient pas d’assurance professionnelle générale, en charge de couvrir leurs fautes, ils devraient les réparer, personnellement, comme tout citoyen.
    N’est-il pas du devoir du Pouvoir politique de dissuader toute malversation de ceux en charge de rendre justice, – en supprimant ces privilèges, dont ils jouissent, indéniablement propices à des abus ?
    Il ne suffit pas de revêtir une robe, pour être infaillible.
    Dans notre cas, qui est loin d’être isolé, Avocats et Magistrats n’ont cessé de tenter de nous dissuader d’obtenir justice (perte de dossier, refus de réparer escroquerie au jugement les impliquant, outrage à Magistrat pour avoir osé lui écrire qu’il se trompait …, non respect du principe du contradictoire …).
    Un système judiciaire qui autorise de tels dysfonctionnements n’est-il pas réformable ? Un magistrat, reconnu coupable, par le CSM, après de nombreuses années de procédures d’appel, faisant supporter la réparation par le contribuable, n’est-ce pas indigne ? Un Avocat qui préfère protéger un confrère de ses fautes, au détriment de son client, est-ce digne ? La France, qui a agréé un texte de la Commission européenne de Justice, précisant que tout Humain peut se défendre seul, et qui ne le respecte pas, est-ce digne ? … Une plainte peut-elle être rejetée, sans même être dénommée et jugée ? … Dès que la faute d’un Magistrat, ou d’un Avocat, est révélée, en cours de procédure, ne devrait-elle, sans tarder, être jugée et réparée ?
    Si la Cour d’appel refuse ma requête, ci-jointe, je ne puis, du fait de mon âge, de par le préjudice moral et financier grandissant et éprouvant, de par mon désir de contribuer à l’idéal de transmettre un meilleur, que dénoncer, publiquement, le fait que les personnes en charge de Justice, puissent accabler malhonnêtement, des honnêtes gens, grâce à leur assurance immorale de ne pas avoir, à en rendre compte personnellement et financièrement, comme tout citoyen.
    Se confronter à la forteresse du système actuel judiciaire de notre pays, relève, malheureusement, du combat de David contre Goliath. Mais, un citoyen attaché à nos louables principes de liberté et d’égalité, qu’il faut, sans cesse, préserver et développer, devrait pouvoir inviter le pouvoir politique à faire les réformes nécessaires pour moraliser notre Justice, – ce qui, en outre, contribuerait à supprimer la lenteur excessive et coûteuse des procédures, si l’on s’appliquait, notamment, au respect du contradictoire, dès la première instance, par une confrontation réelle des parties, en présence des Juges, ce qui éviterait nombre de reports intempestifs, de fautes et erreurs dues aux décisions prises dans leurs isoloirs, qui rendent, souvent, superfétatoires, les audiences publiques actuelles…
    Sans justice équitable, la République n’est qu’illusion.
    Croyez, Monsieur le Président de la République, à mes sincères salutations, d’autant plus respectueuses, si vous engagez, de par la hauteur de votre charge, et la majorité dont vous disposez, la réforme de notre Justice, qui en a profondément besoin, ce qui ne pourra que réjouir notre peuple.
    Pierre Gouverneur
    Créateur du terme « transréalisme », en 1993, lors d’une exposition dans sa Galerie du Château d’Homécourt, qui précise que l’évolution idéale de la conscience humaine repose sur sa capacité à développer le respect de soi, des autres, … Initiative qui fut appréciée par René Huyghe de l’Académie française, au point de considérer que le terme méritait de se fixer …
    Français attachés à notre pays et fiers de ses avancées dans le sens de l’égalité en droit, de la liberté d’expression, de la fraternité qui implique le respect mutuel entre ses concitoyens, afin de servir d’exemple concret à tous les peuples, signez et partager cette pétition :
    Réformons notre justice pour la rendre, enfin, conforme aux principes humanistes de notre République, ou à sa moralisation qui implique déjà de supprimer tous les privilèges inadmissibles dont bénéficient ceux en charge de la servir et de la rendre. Trouvez-vous, ainsi, légitime que les Magistrats qui commettent, délibérément, des fautes, dans leur jugements, soient, les seuls, parmi les citoyens de notre pays, à être dispensés de les réparer ?
    Exigeons des élus et partis politiques qu’ils suppriment l’immunité des Juges, qui peuvent, actuellement, faire preuve de partialité délibérée, sans avoir à en rendre compte personnellement aux honnêtes justiciables qu’ils accablent.
    Signons et partageons cette pétition
    https://www.mesopinions.com/petition/justice/suppression-immunite-juges/28468
    L’indépendance de la Justice n’a pas pour objet de protéger les défaillances de ceux en charge de la rendre. En démocratie, tout pouvoir implique contre pouvoir. En république, l’égalité en droit implique nul passe droit ou privilège d’antan.
    PS : Merci de partager largement ; je me dois, désormais, de porter plainte contre avocats, juges, bâtonniers, procureurs, pour déni de justice persistant, non seulement pour défendre ma juste cause et mon honneur bafoués, au profit d’escrocs, mais, surtout, pour contribuer à notre idéal républicain qui implique d’avoir un système judiciaire plus efficace et exercé d’une façon intègre ….
    Seul, le peuple souverain a pouvoir, avec le concours des médias, d’imposer la réforme de la Justice de notre pays qui en a grand besoin.
    … La justice est rendue au nom du peuple. Le peuple doit avoir faculté de juger les Juges …
    Bonne année ! Vive la France !

    • MA Guillermont says:

      Croyez-vous encore à la … République ?

      A ses … assez de lois injustes !
      A ses ….assez de mensonges !
      A ses …. assez de crimes !

      Que voulez-vous de plus ?

  4. Alexandre Sanguedolce says:

    Malgré tout ce que l’on raconte sur la justice italienne, elle a fait des procès fleuves contre la mafia, jugé des terroristes, procédé à l’appurement du monde politique avec mane pulite, mains propres (Craxi entre autres ), condamné et dissous la loge P2, Berlusconi. .. Battisti n’est pas un persécuté comme nos média veulent le faire croire.

  5. Daniel Daflon says:

    S’il existe encore des juges intègres qui s’efforcent d’être impartiaux, il faut bien reconnaître qu’ils ne sont malheureusement pas majoritaires. Beaucoup de ces gens pensent à leur plan de carrière, donc à leurs propres intérêts, avant de penser à la Justice. En plus, ils ne supportent aucune responsabilité dans leur décision, ce qui peut se révéler catastrophique pour les justiciables tombés sous leur coupe. Tout le monde a encore présent à l’esprit, la sinistre affaire d’Outreau et la conduite scandaleuse du juge d’instruction qui n’a subit aucune sanction, si on met à part son éloignement effectué d’avantage pour des raisons médiatiques que pour des raisons d’incompétence et de négligences.

  6. Sancenay says:

    Vous avez sans doute voulu écrire l’Injustice, car au bon vouloir de la révolution et en son fraternel “aboutissement” , comme mugirait “la Taubira”, le sens des mots est nécessairement inversé.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !