La mairie de Paris a signé une convention tripartite avec l’Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et trans’ à l’immigration et au séjour (Ardhis) et le bailleur social Adoma, afin de mettre à disposition des réfugiés LGBT dix studios par an.

La convention a été signée ce mardi 10 juillet 2018. La ville de Paris était représentée par Ian Brossat, adjoint au maire en charge du logement, et Hélène Bidard, adjointe chargée de la lutte contre les discriminations.

L’Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et trans’ à l’immigration et au séjour (Ardhis) affirme avoir reçu 1093 demandes d’accompagnement de demandeurs d’asile LGBT au cours de l’année 2017. Parmi toutes ces demandes, 187 ont abouti.

La mise à disposition du logement, bien que « temporaire », se fera aussi longtemps que le réfugié en a besoin.

Ian Brossat a précisé que le renouvellement de la convention se fera tacitement tous les ans et que l’objectif de la mairie de Paris est de rajouter chaque année 10 logements supplémentaires.

Qui a dit qu’il y avait une crise du logement à Paris ?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. SANGUEDOLCE Alexandre says:

    Ils ne vont pas en trouver beaucoup des “migrants” LGBT !

  2. Cadoudal says:

    très appréciés et convoités par Macron, ils sont déjà hébergés à l ‘Élysée

    où ils font un raffut de tous les diables.

  3. « Siamo tutti diversamente (a)normali » ; c’est une parodie du pape ? Moi je rêve d’un monde sans phobies, sans homos et sans trans.
    Note linguistique: si l’on veut une version française de la forme celtique écossaise de Jean, à savoir Ian, mieux Iáin, il faut en prendre la forme celtique locale, donc Yann ; bis expertus dico.

  4. Daniel Daflon says:

    J’habite pas Paris. Dommage pour moi, je me serai fait passer pour pédé et j’aurai eu mon logement gratos. Mais c’est peu être pas si simple. Peut être faut il donner des “gages” aux tantes de la Mairie. Ainsi il ont trouvé une combine pour se faire emmancher à volonté. Dégueulasse, mais malin.