« Ce sont des temps sombres pour notre nation, car ma belle maison, Mar-A-Lago à Palm Beach, en Floride, est actuellement assiégée, perquisitionnée et occupée par un grand groupe d’agents du FBI », a déclaré ce matin Donald Trump dans un communiqué.

« Rien de tel n’est jamais arrivé à un président des États-Unis auparavant. »

L’ancien avocat de Trump, Alan Dershowitz, a qualifié le raid d ‘ « inapproprié » et a déclaré qu’il pourrait entraîner la suppression de tout document saisi en raison d’une faute. « Le raid est censé être un dernier recours », a déclaré Dershowitz à Newsmax.

« Mais cette administration a utilisé la militarisation du système judiciaire contre ses ennemis politiques. Il a arrêté des gens, leur a refusé une caution, leur a mis des menottes – a utilisé toutes sortes de techniques qui ne sont généralement pas appliquées aux citoyens américains. J’espère juste que ce raid a la justification. S’il n’a pas de justification, les matériaux saisis seront supprimés. »

Le domicile de l’ancien président Trump à Mar-a-Lago en Floride a été perquisitionné hier lundi par le FBI. L’affaire fait grand bruit aux Etats-Unis. L’ancien président dénonce « une persécution politique » digne « d’un pays du tiers-monde ». Selon les médias américains, le mandat concernerait de potentiels documents classifiés que Donald Trump aurait emportés avec lui en quittant la Maison Blanche. La perquisition ne serait donc pas liée à l’enquête du département de la Justice sur l’assaut du Capitole ou à la présidentielle de 2020.

Ron DeSantis, le gouverneur républicain de Floride, a fustigé le gouvernement fédéral pour avoir perquisitionné la résidence de l’ancien président. L’administration du président américain Joe Biden « arme » les agences fédérales contre ses opposants politiques et transforme le pays en une « République bananière », a-t-il déclaré mardi. Le raid nocturne a été « une nouvelle escalade dans la politisation idéologique des agences fédérales contre les opposants politiques au régime », a tweeté DeSantis, opposant ce traitement à celui de Hunter Biden, le fils du président, qui fait l’objet d’une enquête pour crimes financiers présumés. Le gouverneur a déclaré que l’embauche prévue de dizaines de milliers d’agents supplémentaires par l’Internal Revenue Service (IRS) correspondait également au modèle de « république bananière ».

Le chef républicain de la Chambre, Kevin McCarthy, a sur twitter fait appel au procureur général américain Merrick Garland, accusant son département d’atteindre « un état intolérable de politisation armée ». Il s’est engagé à « ne ménager aucun effort » pour enquêter sur la situation une fois que le parti aura obtenu la majorité à la chambre basse du Congrès américain.

Trump lui-même a déclaré que son domaine en Floride était « assiégé, fouillé et occupé » par le FBI. Il a accusé l’administration Biden d’utiliser les forces de l’ordre fédérales pour saper ses chances à l’élection présidentielle de 2024. Il a également suggéré que le raid était similaire à aux écoutes secrètes du siège du Comité national démocrate, qui avaient finalement conduit à la démission du président Richard Nixon en 1974.

Trump devrait briguer un deuxième mandat en 2024, et DeSantis est également largement considéré comme un autre candidat de premier plan pour l’investiture républicaine. Il pourrait potentiellement se présenter contre Trump lors de la primaire.

Steve Bannon, l’ancien conseiller de Trump, a commenté l’affaire pareillement :

« Ils sont absolument pétrifiés de ce que Trump va annoncer dans les prochaines semaines, gagner l’investiture républicaine, gagner la Maison Blanche. » « Ils », le gouvernement du sénile Biden et ceux qui tirent les ficelles derrière lui…

Le représentant américain du 1er district du Congrès de Floride depuis 2017, le Républicain Matt Gaetz a noté que le raid s’est produit juste au moment où l’enquête sur la corruption du fils du président Joe Biden, Hunter, s’est approfondie. « Tellement intéressant que cela se produise alors que nous exposons la corruption criminelle indéniable de Hunter Biden. Bizarre », a tweeté Gaetz. En effet, au cours du week-end, même Brian Stelter de CNN a admis que les enquêtes sur la corruption de Hunter Biden étaient allées bien au-delà d’une histoire médiatique de droite. « Hunter Biden faisant l’objet d’une enquête fédérale, des accusations pourraient être portées à tout moment. Ce n’est pas seulement une histoire médiatique de droite. C’est un vrai problème pour les Bidens. Pourrait-il décider de ne pas se représenter, étant donné son fils ? » a déclaré Stelter. Pourtant, comme l’a souligné Joel Pollak de Breitbart News, le FBI n’a pas perquisitionné Hunter Biden bien qu’il soit « en possession de l’ordinateur portable de Hunter depuis 2019, qui contient des preuves que Hunter Biden a utilisé la position de Joe Biden pour mener des affaires étrangères lucratives ».

Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat qui donnent des sueurs froides aux Démocrates, c’est la maison de Trump que le FBI aux ordres du Deep State américain, perquisitionne… Pour trouver des raisons de le déclarer inéligible ?

Francesca de Villasmundo

  

  

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Colloque sur Saint Joseph

Plus de 9h de conférences pour seulement 5.00 € ! Pourquoi s’en priver ?

Cliquez ici pour vous le procurer.

%d blogueurs aiment cette page :