La mère de Vincent Lambert s’est exprimée ce lundi à l’ONU devant le Conseil des droits de l’Homme. Alors que la Cour de cassation française a ouvert la voie à un nouvel arrêt de soins, euthanasie déguisée. “La France ne nous entend pas”, a-t-elle expliqué à BFM-TV.

Ci-dessous l’émouvant témoignage de Viviane Lambert pour son fils : “Vincent ils veulent l’assassiner.”

Elle est intervenue également pendant le débat général (point 3) au Conseil des droits de l’homme devant toutes les délégations membres, lundi 1er juillet 2019. Elle a lancé un vibrant appel à la France de respecter ses engagements internationaux. Voici son intervention :

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

50 commentaires

  1. Soupape says:

    Il est insoutenable … de voir une mère …
    humiliée au point … de devoir défendre la Vie de son fils …
    contre son Pays … et devant des puissances étrangères …

    J’en ai pleuré …

    La France est devenue … la plus sale dictature du monde …

    • Cadoudal says:

      mais la République n’ envisage pas de débrancher Chirac , qui est devenu un légume.

      le pays de l’ Egalité.

      • Sancenay says:

        cher Cadoudal, pardonnez-moi de vous corriger , mais ce n’est pas bien défendre la juste cause de Vincent et des personnes qui sont dans un état comparable au sien que d’employer ce mot très laid et très injuste de “légume”, que ce soit pour Chirac ou n’importe qui.Je pense que dans le fond vous en conviendrez.

        • Cadoudal says:

          je voulais simplement dire que notre République pourrie veut euthanasier certains infirmes
          et veut épargner ce traitement à d’ autres ., qui ne sont pas en meilleur état.

          sans que l ‘on sache ce qui justifie ce comportement ;

          • Sancenay says:

            oui j’avais bien compris cher Cadoudal, mais laissons ces vilans mots de “légumes et autres à nos ennemis aussi décérébrés que dénaturés.

    • Sancenay says:

      Je comprends ce que vous voulez dire cher Soupape, mais Viviane Lambert ne s’est pas “humiliée”. Elle a exprimé avec tout le courage dont elle est capable la dignité même de toutes ces mères qui ne renient pas leur vocation divine et ont à coeur d’assumer celle-ci jusqu’aux plus grands sacrifices dont , je le crois, seul Dieu les connaît pleinement, Deo gratias !
      Honneur à Viviane Lambert et à toutes ses semblables.Ce sont elles que nous aimons d’abord et pour lesquelles nous nous battrons jusqu’à l’épuisement.
      J’ai pleuré avec vous bien sûr pour la douleur exprimée par l’admirable Maman de Vincent, mais aussi pour la gravité de l’enjeu : le sort bien sûr de l’ami sur-handicapé et pour autant sur- persécuté que nous défendons pied à pied, mais aussi de tout ceux qui se trouveraient aussitôt en danger de mort si cet appel si légitime à l’opinion et la pression internationale échouait ; pleuré aussi parce que la France , fille aînée de l’Eglise ,serait alors totalement subvertie alors qu’elle l’est déjà bien assez . Et pour cela ,j’ai pleuré aussi de rage contre ces pauvres bougres de Sinistres du Système qui hurlent et vocifèrent à la mort pour encenser leurs Maîtres afin de promouvoir leurs vaines et éphémères carrières.
      Mais gardons courage et Espérance, nos Saints martyrs qui ont irrigué le sol de France de leur sang vaincront. Les archanges Saint-Michel et Saint-Georges les guident dans la bataille.A leurs côtés sont les légions de tous nos petits anges “créés” à son insu par l’insatiable Moloch étatique.
      Et pour finir par une boutade complice- je m’adresse là en premier lieu ici à nos jeunes amis- de préférence à “printemps” , pensez Tolkien , pensez Jeanne d’Arc !

      • Soupape says:

        Cher Sancenay :

        il s’agit bien entendu d’une humiliation objective,

        car la mère de Vincent … est très simple et très digne … et se domine parfaitement …

        Mais il y a quand même humiliation …
        quand le ressortissant d’un Pays … doit aller devant des puissances étrangères
        pour plaider une cause aussi évidente … et sans que le Pape ne dise un mot !

        Garder l’Espérance ?
        Sancenay, nous nous sommes trop éloignés de Dieu !
        Dieu commence donc à nous abandonner …
        afin que nous voyons la différence … quand il n’est plus là !

        Personne ne veut faire Pénitence, ni refaire des chrétiens …
        comme je l’ai demandé ici à plusieurs reprises.

        Tous … sont décidés … à ne rien faire !

        C’est pourquoi Il y a eu ND de Paris, en début de Semaine Sainte.
        Sœur Lucie (bien avant son décès) avait constaté que la statue de la Vierge pleurait.
        Signe que même la Ste Vierge … ne peut plus rien pour nous !

        En Vérité, Dieu s’est lassé de nous … et ça va être terrible …

        • Soupape, Dieu attend certainement son heure… Rappelez-vous que les Nations n’ayant pas une âme immortelle, comme les êtres humains, elles doivent être châtiées par Dieu dès ici-bas (et collectivement, hélas pour nous !) pour que justice soit faite.
          Celui qui meurt en état de péché mortel se damne, celui qui meurt en état de grâce mais sans avoir pleinement satisfait pour ses péchés va au purgatoire expier ce qui reste…mais quid des pays en état de péché mortel comme la France ?
          Nous sommes depuis bientôt 250 ans sous le fouet de Dieu, et nous ne sommes plus qu’une immense plaie, c’est vrai, mais nous ne devons pas nous décourager : quoi qu’il advienne ici bas, notre patrie c’est le Ciel, et la vraie vie la Vie éternelle.
          Sursum corda !

          • Soupape says:

            Sur l’existence de l’Enfer.

            Dieu maudit pour l’Eternité ceux qu’il envoie en Enfer !

            St Paul a écrit (Epître aux Hébreux)
            “Oh ! chose effroyable que de tomber aux mains du Dieu Vivant !”

            Pourquoi cela ?

            Parce que Dieu ne peut pas éternellement laisser proliférer le Mal,
            sinon sa Création serait attaquée par les méchants
            et deviendrait invivable pour les bons,
            tout comme aujourd’hui la décadence
            est devenue invivable et infernale pour tous …

            La Patience de Dieu s’explique par le fait qu’IL est Amour.

            C’est pourquoi,
            face au Mal, Dieu a d’abord proposé sa Miséricorde, et son Pardon.

            Mais cette attitude miséricordieuse ne peut pas durer éternellement,
            car Dieu est OBLIGE de détruire le Mal,
            sinon son gouvernement serait laxiste et donc injuste …
            car les bons ne pourraient jamais être pleinement heureux …
            Cf la Vierge de La Salette :
            “je suis obligée de laisser aller le bras de mon Fils” …

            Heureux ceux qui, chaque jour, s’efforcent de plaire à Dieu,
            et qui comprennent ensuite, après un temps de persévérance,
            qu’IL ne les abandonnera jamais dans le Péché …

        • Sancenay says:

          Mais cher Soupape, la foi n’est-ce pas l’Espérance en toute circonstance , y compris les pires à venir en effet, et l’exigence de charité bien sûr , soit partager cette Espérance , coûte que coûte , non ? ( je pèse mes mots ).
          Bien sûr je ne suis pas exégète, et ne revendique que “la foi du charbonnier” qui était celle assurément de l’un de mes grands-pères, initialement authentique “charbonnier” lui, en son temps, dans une forêt profonde de Bourgogne ,et que je n’ai pas connu , parce que mort trop tôt.Mais dont je crois le courage, l’abnégation, et la sagesse aura certainement quelque peu marqué la famille , nombreuse au demeurant, qu’il avait eu le courage de fonder, malgré l’extrême modestie de ses moyens.
          Il nous rendrait d’accord en tout cas sur les sujets de la pénitence et de la perpétuation de la vie.
          Pour ce qui est de ce que vous appelez “l’ humilation” de Viviane Lambert, je l’apprécie comme une légitime réaction très masculine. Mais du point de vue féminin et surtout maternel cela reviendrait à confondre humiliation et sacrifice.
          La vie d’une mère digne de ce nom n’est-elle pas toute de sacrifice ? du sacrifice de son corps que les naissances “chahutent” forcément, de son temps, de ses nuits, de ses loisirs, de sa disponibilité de tout instant,ce de la conception à la mort de ses enfants. Car , et cela s’oublie sans doute sensiblement plus facilement dans le monde agité où nous vivons, elles restent mères à tout instant, en toute circonstances, même envers et contre toute apparence au besoin si les circonstances l’exigent de leur amour authentique , et enfin à tout âge, La vie définie par la Créateur fait que leur sacrifice ne finira qu’au Ciel.Et c’est en cela qu’elles sont admirables à l’image de la Vierge Marie que nulle humiliation ne peut atteindre, pas même l’incendie de Notre-Dame parce qu’elle a vécu le sacrifice suprême de l’offrande du supplice de son fils pour notre salut.

          Je rends ici hommage à toutes les mères de notre communauté et bien sûr, en premier lieu à feu la mienne, à ma tendre épouse, et de bien d’autres Mamans dont je connais l’héroïsme joyeux.

          • Soupape says:

            Cher Sancenay,

            Oui, l’Espérance est obligatoire !

            Mais nous connaissons aussi … l’Apocalypse,
            dans lequel St-Jean a écrit : “Heureux celui qui possède ce Livre …”
            (car à l’époque pour avoir un livre, il fallait le faire copier,
            ce qui prenait plusieurs semaines,
            d’où un prix élevé, malgré les inévitables fautes de recopie)

            Par le moyen de l’Apocalypse, Dieu nous a confirmé son Retour,
            même s’il était … plus tardif que ce qu’avaient d’abord imaginé les Apôtres …

            Ce Retour confirmé, ne nous empêche pas d’agir, et de faire comme si
            Dieu nous accordait … une nouvelle période de miséricorde …

            Mais il nous faut AGIR, c’est à dire :

            proposer la Pénitence massive, sous le sac et dans la cendre,
            en donnant l’exemple …
            et Convertir la population, grâce aux accents
            que procure la compréhension approfondie du Dessein de Dieu,
            qui me semble être la suivante :

            1 – Depuis le premier péché,
            et la formidable décadence qui, alors, s’en suivit,
            Dieu NE CESSE de vouloir nous tirer HORS du Péché,
            avec une constance bien digne de LUI …

            2 – Depuis Abraham, Dieu a conçu un plan de sauvetage progressif en 3 étapes :

            a) Alliance avec un homme et sa descendance ;
            b) Alliance avec un peuple issu d’Abraham, et formé puis conduit par Moïse ;
            c) Alliance avec le monde entier :
            des foules préparées, car issues du peuple juif,
            fournissent à son Fils, le Christ Jésus, le tremplin nécessaire
            pour faire passer le message de Dieu à l’humanité toute entière …

            L’ingéniosité de ce plan d’ensemble traduit le coup d’œil de son Auteur …

            3 – L’Enfer est justifié parce que Dieu est OBLIGE de détruire le Mal.

            Dieu aurait pu nous détruire depuis longtemps !

            Mais, parce qu’il est Amour,
            Dieu nous a proposé, pour l’instant, sa Miséricorde et son Pardon.

            Cependant, cette proposition ne pourra pas durer éternellement,
            sinon les mauvais n’auraient de cesse d’importuner les bons,
            et de rendre invivable et infernale la Création toute entière.

            D’où le Retour du Christ et le Jugement dernier,
            et la séparation des bons et des mauvais.

            Ne pourront aller au Paradis que ceux
            qui sont en état de soutenir le regard de Dieu,
            et aussi de soutenir les regards de tous les élus qui s’y trouvent …

      • Tonnerre says:

        “L’Église est vraiment abandonnée par Dieu. Exactement comme le Christ fut abandonné par Dieu son Père sur la croix. Et Jésus, Lui, contrairement à nos conservateurs et à nos traditionalistes qui ne veulent pas conscientiser le fond des choses, s’en rendit bien compte, Il ne chercha pas à travestir les faits en refusant d’en prendre conscience, au contraire, Il cria à son Père qu’Il L’abandonnait, carrément, crûment, sans fausse honte : “Eli, Eli, lamma sabachtani !, mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-Tu abandonné ?” Si Benoît XVI et le cardinal Sarah, pour ne parler que d’eux, s’étaient inspirés de la prophétie de La Salette, ils l’auraient compris, cet abandonnement, la très-sainte Vierge prophétisant clairement dans le Secret donné à Mélanie Calvat, pour les temps de l’Antéchrist-personne : “Dieu abandonnera les hommes à eux-mêmes”, abandon général qui bien entendu regarde au premier chef l’Église elle-même.

        Il faut d'ailleurs faire une réflexion spirituelle très-importante, sur cela : certes, dans la période de la fin des temps, les hommes abandonnent Dieu par la grande Apostasie, puisque c'est un signe eschatologique, mais en un mouvement on pourrait dire simultané, Dieu, en même temps, abandonne les hommes. Alors, qui... commence ? Est-ce Dieu qui d'abord abandonne les hommes en retirant d'eux sa Grâce dans leur vie, et alors, les hommes, déboussolés, abandonnent Dieu à leur tour ? Ou alors, sont-ce les hommes qui commencent à abandonner Dieu eux les premiers, et alors, Dieu, par punition, se retire de leur vie, les abandonne à Son tour ? Je crois que c'est Dieu qui commence. D'ailleurs, c'est toujours Lui qui commence, l'homme ne fait que suivre. Lorsque son Père a abandonné Jésus à "la puissance des ténèbres" pour qu'Il vive la Passion et donc pour qu'Il puisse opérer la Rédemption, Jésus, faut-il avoir à en apporter la précision, n'était, de Sa part, coupable d'aucun abandon préalable de Dieu. Il n'avait pas abandonné Dieu son Père. Cela n'a pas empêché que Dieu L'a abandonné. Il en est de même pour l'humanité présente vivant sa Passion-fin des temps : c'est Dieu qui abandonne l'homme, non pour le perdre, mais pour lui faire vivre une Passion en le plongeant dans une kénose de tout son être. Car l'être de l'homme, plus encore lorsqu'il s'agit de "l'homme multiplié", comme disait Dom Guéranger de l'humanité entière, n'est plus rien quand Dieu se retire de lui... Alors, n'étant plus rien, la boussole de son être ayant disparue, ce que remarque très-bien Benoît XVI dans ses profondes Notes, l'homme s'affole, et a la tentation de quitter la voie du salut. C'est là la grande différence avec Jésus : d'être plongé dans la kénose de son être ne Le fait pas quitter la voie du salut ; tandis que l'homme moderne, lui, ne supportant pas cette kénose, ne soutient pas l'épreuve sans se mettre étourdiment dans des voies de péché...

        Il est bien vrai par ailleurs, et il est important de le dire certes, qu'il y a toujours, ... Dieu merci !, de belles âmes aimant Dieu et se sanctifiant à la fin des temps ultimes, exactement comme en tous les temps de l'Église, comme le remarquent Benoît XVI et le cardinal Sarah. Mais que l'homme superficiel n'en profite pas pour s'illusionner sur l'abandon mystique de l'Église par Dieu, bien réel, ni non plus sur le fait que l'Église va mourir dans son économie de salut actuelle dite du Temps des nations avec Rome son centre ; qu'il n'en profite pas, donc, pour refuser de conscientiser qu'il vit la fin des temps."

        http://www.eglise-la-crise.fr/index.php/component/joomblog/post/sommes-nous-dans-le-cas-d-un-pape-heretique-ou-d-une-eglise-heretique?Itemid=483

        • Soupape says:

          Cher Tonnerre,

          Votre message contient beaucoup de choses intéressantes.

          Mais, pour ma part, je pense que
          c’est TOUJOURS l’homme qui, le premier, abandonne Dieu …

          Voici mes raisons :

          a) D’abord, il en est ainsi au Péché originel,
          qui n’est d’ailleurs pas le fait d’un seul homme,
          mais d’un couple, lequel symbolise, peut-être, la totalité de l’humanité primitive …
          lorsqu’il a fallu qu’elle s’organise, et édicte des règles politiques …
          En tout cas le Péché originel marque le début d’une formidable décadence …

          b) Dieu s’empresse de répondre au moindre signe de retour de l’homme vers LUI.
          (Parabole du fils prodigue)

          c) Dieu EST Amour, et il a fait Alliance avec l’humanité
          (Hic est ENIM sanguis meus, NOVI testamenti … Mt, 26,28).
          Dieu ne peut donc se dédire le premier.

          d) Lorsque Dieu commence à se retirer de l’homme,
          c’est encore pour essayer de le sauver,
          afin de lui faire sentir ce qui change … quand Dieu n’est plus là …

          e) Quant aux relations du Père avec son Fils, cela me dépasse !
          Vous avez raison de poser la question …
          Mais, sauf intuition de l’Esprit caractérisée, puis longuement vérifiée,
          nous n’avons pas le droit, sur un tel sujet, de n’émettre que des idées,
          et il vaut mieux tenir notre langue.

          • Tonnerre says:

            Cher Soupape, merci pour votre réaction. Vous avez bien-sûr le droit d’avoir votre opinion sur cette question au combien troublante… Votre argument basé sur le péché originel est très pertinant. C’est bien Eve la première qui a désobéi, suivi lâchement par son Époux Adam. Il n’en demeure pas moins que c’est Dieu qui a abandonné le Christ, nouvel Adam, et ceci est une vérité à recevoir dans la foi. Nous savons aussi, toujours par la foi, que Dieu veut “que tous les hommes soient sauvés” et que tout ce qu’Il fait, Il le fait par amour pour nous. C’est donc par amour qu’Il a abandonné Son Fils, parce qu’Il a voulu, dans Ses décrets insondables, faire retomber Sa colère sur Son Fils innocent plutôt que sur les hommes coupables. Et bien sûr nous savons aussi, malgré l’apparence d’un acte mauvais, qu’il s’agissait d’un acte Bon, et même du plus grand acte d’ amour qui soit, de la part de l’Agneau innocent mais aussi de la part de Dieu le Père. Mais surtout, c’est cet acte de Dieu, en apparence mauvais, mais en apparence seulement, qui a permis la Rédemption du genre humain. À partir de là, je crois que nous sommes autorisés à appliquer le même raisonnement à la Passion de l’Eglise, Corps mystique du Christ. Dieu aurait donc abandonné l’Eglise à Sa mort, sans faute de Sa part (de l’Eglise Sainte, corps du Christ, non des hommes d’église pris individuellement), afin de rendre l’Eglise co-Rédemptrice et que la colère de Dieu ne retombe pas sur les hommes mais sur l’Eglise, comme elle est retombée sur le Christ il y a 2000 ans.
            Dans votre point c) vous faites remarquer que Dieu ne peut pas se dédire eu égard à l’Alliance qu’Il a fait avec l’humanité. Vous avez raison sur ce point, sauf que l’abandon de Dieu n’est pas à voir comme une défection, mais tout au contraire comme l’accomplissement de Ses promesses MALGRÉ l’homme. Vous le dites d’ailleurs dans votre point d).
            Je pense donc moi aussi que c’est Dieu qui a abandonné l’homme le premier, mais dans un acte d’amour qui nous dépasse, qui constitue à la fois un châtiment, une épreuve et une leçon. Rappelons également, à l’heure où la bête républicaine interdit la fessée, que tout châtiment est un acte d’amour…
            Bien à vous dans le Christ.

  2. ROBE 31 says:

    difficile d’avoir une opinion dans ce cas si dramatique , surtout si il est impossible de demander le souhait de l’intéressé…

    • MA Guillermont says:

      La hyène … animal tachetée (sic)au riredésagréable qui signifie qu’elle a trouvé de la nourriture .

    • Sancenay says:

      Chère Robe 31,
      Nul besoin ” d’opinion” , la Loi du Créateur nous en dispense.Et c’ est la dictature de “l’ opinion” , soit le relativisme, qui nous a conduit à cette misérable dictature.Belle journée à vous,malgré le noir contexte.

  3. Aliénor says:

    quel acharnement à vouloir tuer les personnes dépendantes et les enfants dans le ventre de leur mère , idéologie et carrières font les pires dictatures

  4. Sancenay says:

    Attention RT a annoncé en premier que Sanchez-électrique s’est rebranché, si j’ose dire , sur le programme de son grand copain Léonetti , qui lui, se fait des plus discrets au fur et à mesure que son plan morbide euthanazique se déroule “.Pas d’amalgame ” avec l’euthanasie généralisée oblige.
    Est-ce que les “grandes manips pour tous “et autres “alliances vitales” vont se remuer le fion pour mobiliser leur troupeaux devant le CHU et au besoin y réclamer le déploiement de casques bleus de l’ONU ?

  5. Brigitte says:

    Aimer c’est aussi savoir qu’un jour on est séparé.
    Que cette séparation dure 1 jour, 1 an, 10 ans, mille ans, elle n’est qu’illusoire puisque 2 êtres qui s’aiment sont ensemble éternellement.
    Alors soyons libre d’aimer et d’être aimé puisque seul l’Amour est Vérité et que l’Amour est éternel.
    Je t’ai aimé, je t’aime et je t’aimerai.

    • Sancenay says:

      chère Brigitte, c’est bien beau tout cela , mais cela n’autorise pas pour autant le moloch étatique à “séparer” , doux euphémismes Vincent de ceux qui l’aiment et réciproquement, non ?

  6. L’ONU, repaire de francs-maçons, comme tout les reste (c’est à dire : tout les organismes où le pouvoir s’exerce), fera ses mines de faux-cul, rien de plus. Il a été décrété au plus haut niveau de la Loge, que Vincent devait mourir. Pauvre femme, pauvres parents. Et pauvres de nous, d’être tombés entre les griffes de la secte judéo-maçonique.

  7. La loi du Créateur, intrinsèquement ne vaut pas plus qu’un pet de lapin.

  8. Sancenay says:

    En défense de Vincent et à charge de ses bourreaux en tous genres, voici un avis de poids :

    « De quel côté est l’acharnement ? »

    Par Marie de Hennezel, psychologue

    Le docteur Claire Fourcade, vice-présidente de la société française des soins palliatifs, s’est exprimée sur ce qui lui paraissait « la moins mauvaise solution » dans l’affaire Vincent Lambert. À savoir l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation artificielle dont bénéficie ce patient, désormais condamné à mourir. Psychologue, ayant travaillé dix ans en soins palliatifs et enquêté sur les services qui accueillent des personnes en état végétatif chronique, j’aimerais exprimer ici mon désaccord. Selon moi, Vincent Lambert n’est pas en fin de vie et ne relève pas de la loi Léonetti. Une autre solution aurait pu être trouvée, puisque plusieurs services adaptés à son état acceptaient de le recevoir.

    À lire aussi. Affaire Vincent Lambert : cinq questions sur le nouvel arrêt des traitements

    La décision qui vient d’être prise fera jurisprudence. Elle aura des conséquences sur les 1 700 personnes cérébrolésées, leurs familles et les soignants qui prennent soin d’elles. Pourquoi y aurait-il du « cas par cas » ou du « sur-mesure » dans une société qui juge que la vie de certains ne mérite plus d’être vécue, qu’ils n’ont plus leur place dans la communauté des vivants, à partir du moment où leur cortex est détruit ? Le jour où peut-être notre société jugera que les soigner coûte trop cher ?

    Ce qui se joue autour du sort de Vincent Lambert est d’abord un enjeu éthique. On essaie de nous faire croire que le débat oppose croyants et athées, mais les questions éthiques concernant l’évaluation de l’obstination déraisonnable sont les mêmes pour tous. Au nom de quoi affirme-t-on – sans l’ombre d’un doute – qu’une personne est en obstination déraisonnable ? L’être humain se réduit-il aux connexions électriques du cerveau ? Comment les expertises scientifiques ont-elles pu passer sous silence le rôle du système limbique, parfois appelé cerveau émotionnel ?

    Même si dans l’état actuel de la science, on sait encore peu de chose sur ce néocortex, n’est-ce pas un peu péremptoire de qualifier de « réflexes » les réactions émotionnelles de Vincent Lambert, et de tenir pour négligeable la résistance qu’il oppose à la volonté des autres de mettre fin à sa vie ? (1) Lors d’une visite de l’hôpital maritime de Berck, j’avais rencontré les soignants qui prenaient soin de ces personnes cérébrolésées. J’en avais rendu compte dans mon livre Le souci de l’autre. Une infirmière m’avait rapporté que la vie des personnes qu’elle soignait avait un sens parce qu’elles comptaient pour quelqu’un. Cela pouvait être un conjoint, un parent, souvent la mère. « Savez-vous, m’avait-elle dit, que la personne cérébrolésée meure dans les 48 heures qui suivent le décès de la personne qui vient régulièrement la voir, sans que l’on ait à intervenir médicalement. Elle s’arrête simplement de respirer ». J’avais été particulièrement intéressée par cette observation, qui montre qu’un lien affectif profond, malgré la détérioration des fonctions cérébrales, donne du sens à la vie. Je savais, comme tous les psy, que des liens inconscients tissent les profondeurs de notre psyché, et peuvent être si puissants que la vie et le sens sont maintenus.

    Vincent Lambert aurait mérité une « solution » plus apaisante, digne de nos valeurs démocratiques d’humanité et de solidarité aux côtés des plus vulnérables, loin des enjeux politico-juridico-médiatiques. Pourquoi s’être acharné à refuser son transfert dans un service adapté à son état ? 

    (1) E.Hirsch, Le Figaro du 3 juillet.

    • Soupape says:

      Cher Sancenay,

      Vu l’urgence, je serais bref.

      il me semble qu’aucune PROCEDURE CIVILE ne peut aboutir
      à une condamnation à mort de fait, … même déguisée en arrêt de soins,
      et encore moins, déguisée en privation des moyens de subsistance …

      Dans tous les cas, la mort doit être constatée … AVANT l’arrêt des soins,
      ainsi qu’AVANT la privation des moyens de subsistances.

      Nul n’est autorisé à porter un jugement de valeur sur une Vie handicapée.

      Sur l’arbitraire des jugements de valeur portés sur les handicaps
      je peux citer le cas d’un aveugle de naissance … devenu chef d’entreprise !

    • Soupape says:

      Cher Sancenay,

      Vu l’urgence, je serais bref.

      Il me semble qu’aucune PROCEDURE CIVILE ne peut aboutir
      à une condamnation à mort de fait, … même déguisée en arrêt de soins,
      et encore moins déguisée en privation des moyens de subsistance.

      La mort certaine doit être constatée … AVANT l’arrêt des soins,
      et AVANT la privation des moyens de subsistance …

      Nul n’est autorisé à prononcer un jugement de valeur sur la Vie d’une personne handicapée.

      Je peux citer le cas d’un aveugle de naissance … devenu chef d’entreprise !

      • Sancenay says:

        Cher Soupape,
        je souscris à 100% , bien évidemment.

        • Soupape says:

          Je ne pose qu’une question :
          est ce que les moyens de Droit énoncés ci-dessus,
          joints au moyen selon lequel Vincent Lambert n’est PAS en fin de Vie,
          (il déglutit, a de l’expression dans le regard,
          et ces manifestations de Vie ne sont même pas en train de décroître)
          peuvent suffire à ouvrir une nouvelle procédure ?

  9. Sancenay says:

    Malheureusement tous ces arguments réels et attestés par d’éminents spécialistes, tant de droit que de médecine ont déjà été utilisés et hélas contestés par l’appareil d’Etat entièrement mobilisé pour faire aboutir la Loi Clayes-Léonetti qui n’est rien d’autre que la généralisation de l’euthanasie, au besoin désormais sur décision administrative en cas de litige.Ce qui est la caractéristique même d’une état totalitaire comme vous le dites si bien.
    Macron lui-même s’est engagé dans le combat mortifère en déclarant : “qu’il ne peut rien faire ” alors qu’il a tout pouvoir pour engager l’autorité administrative à respecter la ratification par la France de la Convention du droits des personnes handicapées et du Protocole facultatif qui précisément a transféré en février 2010 au CIDPH la souveraineté juridictionnelle de la France en la matière.
    Un recours reste-t-il possible devant le Conseil constitutionnel parce que la liberté fondamentale de vivre garantie, par la Convention internationale des Droits de l’homme, art 2 ,également ratifié par la France est violé , et qu’il est fait partie aussi , sans que cela soit d’ailleurs clairement précisé des” libertés fondamentales” garanties , en, principe par la constitutions française ? Et si c’est possible par quel moyen , quel délai, et avec quelles chances d’aboutir sachant que le “meilleur d’entre nous vient d’y être bombardé à toute fin utile ?
    Je ne suis pas juriste.Il n’y a que les avocats de Vincent qui peuvent nous le dire. J’ose espérer que leur silence est rassurant, et que les craintes d’un nouveau rebondissement exprimées par la partie adverses le sont aussi. Mais ils viennent en tout cas d’échouer pour un nouveau recours devant le TA de Reims.
    Le problème, pour l’Etat mortifère qui est le nôtre est que si c’est possible, cela met à poil, si vous me permettez l’expression aux yeux du monde, le si “vertueux pays des droits de l’homme”.
    Le Procureur Molins l’a clairement dit à la Cour de cassation : “cela remettrait en cause la Loi léonetti, et l’avortement ” puisque cela reviendrait reconnaître en droit français le droit de vivre !
    Or , dans notre Patrie abîmée ,de plus en plus il n’est question de “droit” que de mourir tout azimut et qui plus est de faire mourir , bref de tuer, comme aux périodes les plus sombres de notre histoire diraient les mêmes cuistres et apprentis sorciers à la manoeuvre.

  10. Sancenay says:

    c’est bien sûr à vous que je répondais, ci-dessus cher Soupape.