Après l’Australie, c’est à sa voisine la Nouvelle-Zélande de basculer, dans sa lutte contre une chimérique épidémie de coronavirus, dans une dictature sanitaire qui se rapproche sensiblement de l‘univers orwellien. Et son premier ministre, Jacinda Ardern, en est fier.

Le directeur général de la santé de la Nouvelle-Zélande, le Dr Ashley Bloomfield, a annoncé lors d’une conférence de presse que l’utilisation d’installations de quarantaine marquait un changement majeur par rapport à la façon dont les cas positifs de coronavirus étaient gérés par les responsables de la santé. Plus tôt dans l’année il était simplement demandé aux positifs au Covid-19 de s’isoler dans leurs maisons. Dorénavant ils seront mis dans des « installations de quarantaine obligatoire », et si nécessaire, des membres de la famille proche devront s’y rendre également.

« [Cela] montre à quel point nous tenons à limiter tout risque de transmission continue – même dans l’auto-isolement et y compris aux autres membres du ménage », a-t-il ajouté. « Pour rappel, ces établissements ont été mis en place spécifiquement et disposent d’excellents processus et ressources pour s’occuper des personnes atteintes de COVID-19, y compris du personnel de santé sur place à tout moment. Cela nous aidera à éviter toute nouvelle propagation accidentelle dans la communauté dans le cadre de notre réponse globale. »

L’annonce ne dit pas grand-chose sur la manière dont la quarantaine se déroulera. Cependant, le Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern dans une vidéo en direct sur Facebook a expliqué en détail comment chaque activité sera surveillée dans ces camps et que ceux qui refuseraient d’être testés seraient forcés d’y rester plus longtemps.

« Nous mettons tout le monde en quarantaine. Maintenant, nous imposons également des tests. Cela fait de nous les plus stricts au monde. Il y a des pays qui exigent l’auto-isolement; nous allons un peu plus loin.

« Si quelqu’un s’installe dans une zone commune ou prend de l’air frais, tout cela est surveillé, personne ne peut le faire seul. Ils ne peuvent partir ou être dans un espace pour prendre un peu d’air frais que s’ils sont surveillés, car bien sûr, c’est une installation de quarantaine.

« Nous avons investi des millions de dollars pour que cela se produise.

« J’ai un certain nombre de questions sur les gens qui refusent : que faisons-nous si quelqu’un refuse de se faire tester ? Eh bien, ils ne peuvent pas maintenant. Si quelqu’un refuse de se faire tester dans nos établissements, il doit continuer à rester. Ils ne seront donc pas autorisés à partir après 14 jours. Ils doivent rester encore 14 jours.

« Donc, c’est une assez bonne incitation. Soit vous faites vos tests et êtes sûr d’être non-contagieux,, soit nous vous garderons dans l’établissement plus longtemps. Je pense donc que la plupart des gens réfléchiront et se diront “je vais passer le test”. »

Cela ne surprendra personne d’apprendre que Jacinta Arden est une bonne socialiste, bobo-radical-chic : comme ces ‘grands’ ancêtres marxistes, saper les libertés fondamentales de ses concitoyens est dans ses cordes.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :