Allemagne – L’AfD est le nouvel épouvantail au lendemain des élections allemandes. Dès l’annonce des résultats, hier soir, des manifestations ont surgi dans les rues d’Allemagne contre les “nazis”.

L’AfD fait incontestablement une percée en emportant 94 sièges au Bundestag, le parlement allemand. Ce nombre impressionnant de parlementaires est le résultat d’un système électoral proportionnel. Car le score de l’AfD est d’environ 13%. Ce qui est à la fois beaucoup pour un parti né il y a un peu plus de quatre ans et peu au regard de l’invasion migratoire provoquée par Angela Merkel, reconduite comme chancelière.

Le plus étrange est probablement que cette percée électorale de l’AfD vient renforcer les crises internes qui gangrènent déjà ce parti. Au point que ce lundi matin, au lieu de savourer le résultat électoral, Frauke Petry, figure historique de l’AfD, annonce qu’elle ne siégera pas au Bundestag sous les couleurs de l’AfD mais en tant que député indépendant.

Sur sa page Facebook, elle a diffusé un communiqué :

Chers électeurs et supporters,

Une élection politique, qui n’a pas son pareil dans l’histoire allemande, s’est terminée hier.

Quatre ans, sept mois et 21 jours après que nous avons créé l’Alternative pour l’Allemagne, elle a maintenant emménagé dans le Bundestag allemand avec environ 13%. Par conséquent, de nombreux citoyens ont opté pour un discours démocratique dans notre pays, dont nous avons tant besoin pour mettre fin aux dérives de la politique Merkel à Berlin et à Bruxelles.

Depuis des mois, d’innombrables bénévoles ont utilisé leur temps libre et leur argent personnel pour que l’ #afd puisse s’établir en tant qu’autorité parlementaire.
Je tiens à les remercier personnellement et au nom de l’AfD.

Je sais très bien combien de courage il faut aujourd’hui pour plaider publiquement en faveur d’une force politique qui est insultée par l’opposition politique et la grande partie du public en tant que parti nazi. C’est grâce à vous tous que le Bundestag Allemand est également composé de parlementaires qui défendent un changement de politique en faveur de l’état de droit et de la défense de notre ordre social.

Malheureusement, cela n’a pas suffi pour un véritable changement de politique.
Bien que la CDU et le SPD aient perdu environ 13 points par rapport aux élections de 2013. Cependant, l’avancée courageuse de ce qu’on appelle le centre de la société n’a pas été au rendez-vous. En effet, les partis qui, depuis plusieurs années, sont responsables de l’immigration clandestine, d’une mauvaise politique monétaire en Europe, d’expériences idéologiques à la transition énergétique ou du ” mariage pour tous”, représentent la majorité du Bundestag allemand.

Changer cette majorité et gagner de larges couches sociales pour une politique fiable et vraiment conservatrice sera la tâche la plus importante d’ici 2021. Pour ce faire, il faut adopter des solutions de bonne qualité et des têtes politiques crédibles, sans que les déclarations marginales de certains représentants ne dominent pour forger notre réputation parmi l’opinion publique, en ébranlant la confiance des électeurs et en éloignant de cette façon l’objectif politique.

Depuis un certain temps, l’AfD se transforme en un parti résolument orienté vers l’avenir, et aussi, selon les dirigeants, vers un ” Groupe Gärigen “, c’est-à-dire un parti ” anarchique ” qui agit en tant que parti d’opposition, mais qui n’offre pas une offre de ce qu’un Gouvernement peut faire. En dehors du programme, les systèmes de gestion de l’information sont maîtrisés par les médias, de sorte que l’ancrage nécessaire du parti au sein de la société n’a pas augmenté, mais a diminué.

C’est pourquoi elle est très critique, parce qu’un changement de gouvernement doit être préparé de manière structurelle. En outre, il est nécessaire d’impliquer les associations professionnelles et les partenaires internationaux dans un renouveau de la société.

Compte tenu des problèmes démographiques de l’Allemagne, compte tenu de l’expropriation effrénée des épargnants par la BCE et de l’immigration illégale continue dans notre pays, je voudrais maintenant utiliser toute ma force pour ce changement fondamental de politique.

Dans un parti qui, depuis près d’un an, est de plus en plus marginalisé par les représentants les plus realpolitik, qui a discrédité des membres modérés à tous les niveaux, le programme politique, autrefois puissant, est menacé. La fuite silencieuse des membres sérieux est un signe douloureux.

Étant donné que je ne peux plus retenir cet exode de savoir-faire politique, j’ai décidé, après une longue période de lutte, de ne pas appartenir au groupe AfD du Bundestag allemand. Au lieu de cela, je vais, en tant que député indépendant, mener une politique prudente. Je ferai en sorte, d’une autre manière, que nous puissions lancer le véritable changement social au plus tard en 2021. Ce n’est pas seulement l’intérêt du parti qui devrait être la boussole de notre action, mais les nécessités politiques et les attentes de nos électeurs.

Je vous demande de bien comprendre cette étape difficile et je vous remercie à nouveau pour tous ceux qui m’ont accompagné de manière critique et constructive à l’intérieur et à l’extérieur de l’afd.

Depuis le dernier congrès de l’AfD, les tensions internes étaient apparentes. Frauke Petry avait été mise en minorité. Une autre femme était devenue la figure de proue de l’AfD : Alice Weidel, une lesbienne notoire, formée chez Goldman Sachs !

Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, des membres de l’AfD diffusent des photos qui montrent une fois de plus l’infiltration sioniste.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :