L’islam, et plus particulièrement le voile islamique, déchirent en ce moment le parti d’Emmanuel Macron. Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale veut saisir la commission des conflits du parti La République En Marche contre le député Aurélien Taché après ses critiques.

Une interview d’Aurélien Taché publiée par Le Point a fait fulminer le ministre Blanquer. Le député Taché, considéré comme représentant l’aile la plus à gauche et la plus immigrationiste de LREM (et que la Convention de la droite avait invité à prendre la parole, proposition qu’il déclina finalement après avoir initialement accepté), critiquait ouvertement la position du ministre de l’Éducation nationale sur la question du voile. «Je regrette d’entendre Jean-Michel Blanquer dire que la loi protège le droit de ces accompagnatrices à participer aux sorties scolaires – comme l’a rappelé plusieurs fois la justice – et, dans le même temps, dire qu’elles feraient mieux d’enlever le voile», a-t-il déclaré au magazine Le Point.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Cadoudal says:

    Pour la République maçonnique, il faut distinguer:

    -le bon musulman = bon français , bien licrasseux, porteur des valeurs de la République,témoin du vivre-ensemble-citoyen-métissé- œcuménique, pédéraste de préférence, se fichant du Coran;

    le mauvais musulman = mauvais républicain, pas licrasseux, islamiste , radicalisé au point de croire au Coran, équivalent du facho gaulois, extrémiste, très pieux, prêt au martyr, rêve d’ égorger de l ‘infidèle ( catho ou maçon) pour plaire à Mahomet ;

    en France , pendant les croisades , on ne se préoccupait pas trop de ces distinctions

  2. Daniel PIGNARD says:

    « Le 12/11/2009, une lycéenne, vêtue d’un voile islamique, est venue assister aux débats. Interpellé sur ce cas, le président du palais Bourbon, Bernard Accoyer (UMP), a envoyé le 19 novembre une lettre aux députés. Il y souligne que le citoyen «doit se tenir découvert» mais que «cette prescription, vieille de plus d’un siècle, ne saurait être opposée au port du foulard» et vaut uniquement pour le «couvre-chef» des hommes. «Les libertés de religion et d’opinion font partie des droits fondamentaux des citoyens», écrit-il avant de préciser que le port de signes religieux est interdit par la loi «dans les seules écoles, collèges et lycées publics, ce qui signifie bien, a contrario, qu’il est autorisé dans les autres lieux publics».
    Ce n’est pas la première fois que le port de signes religieux fait polémique dans l’enceinte même du palais Bourbon. Déjà, en 2000, sous la présidence du socialiste Laurent Fabius, un prêtre et une religieuse avaient dû respectivement retirer leur croix et leur voile pour s’assoir dans l’hémicycle. »
    Ça n’a pas posé de problème. Personne n’a été accusé de raciste, de fasciste, ou de nazi. Il n’y a pas eu de scandale médiatique sur France Télévision, TF1, BFM TV, Cnews, etc…
    Conclusion : Encore deux poids, deux mesures, on trouve des excuses et des passe-droits aux Musulmans malgré les textes interdisant expressément d’être couvert et les présidents de séance demandent aux prêtres et religieuses d’enlever leur croix ou leur voile.
    https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/11/25/01016-20091125ARTFIG00157-venue-voilee-a-l-assemblee-elle-cree-une-polemique-.php

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !