Bonnets rouges et bonnets bleus…

La création de taxes indirectes imposées par les plus hauts sommets de l’Etat à des provinces jusqu’alors exemptées ne va jamais de soi.

Ainsi, en Bretagne, en 1675 (sous le règne de Louis XIV) l’obligation d’un timbre fiscal sur les actes notariés, de nouvelles taxes sur le tabac et sur la marque de vaisselle d’étain provoquent une des plus violentes révoltes de l’époque moderne, bien que très locale. Les troubles éclatent à Rennes en avril. Une foule menaçante saccage les bureaux de tabac et du papier timbré au palais de justice.    Le mouvement s’étend rapidement à Nantes, Dinan, Vannes… Les paroisses entrent dans le mouvement et pendant trois mois les autorités demeurent incapables de maîtriser cette marée.

En signe de ralliement, les révoltés portent un bonnet rouge dans le centre ouest de la Bretagne. Une armée de 6000 hommes et 30 000 volontaires sans armes est levée. Dans le pays Bigouden, on portait un bonnet bleu, dans ces paroisses, on parlait de la révolte des bonnets bleus. 

Rouer ou mutiler ?

Mais on ne brave pas impunément l’autorité royale. Une terrible répression s’en suivit,120px-98Diebold_Schilling_Hinrichtungsarten sur laquelle s’étendent complaisamment tous les historiens qui ne voient dans l’Ancien Régime qu’un temps de terreur, d’horreur et d’oppression : « on roua, on écartela, on pendit » peut-on lire.

Bénissons le Ciel d’être né à une époque où se rebeller contre une taxe injuste n’est puni que d’une main arrachée ou d’une gorge tranchée.

Rouer ou mutiler ?o tempora, o mores ! à chaque époque, sa coutume …

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :