Si le coronavirus a donné un coup de pouce à l’avortement en Occident, il a porté un sacré coup à l’industrie de la GPA en Russie. Car si la cette technique est légale en Russie, régie par la loi fédérale, et uniquement pour les couples hétérosexuels mariés, les couples hétérosexuels en concubinage, et les femmes seules, elle est extrêmement encadrée et très controversée.

Le 29 juillet dernier The Guardian, le quotidien bobo-radical-chic anglais, publiait un article sur le drame de couples ayant acheté un enfant par GPA en Russie ou en Ukraine mais empêchés de s’y rendre à cause de la fermeture des frontières internationales due à la pandémie. Le journal progressiste se voulait critique vis-à-vis de la Russie de Poutine qui ne favorise pas la venue de ces ‘parents’ acheteurs : pas moins de 1000 bébés nés de mères porteuses pour des familles étrangères sont ainsi bloqués dans le pays, logés dans des appartements loués à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

Mal leur en a pris, puisque après la publication de l’enquête journalistique, le gouvernement de Moscou, a lancé ses services de police d’investigation et fouillé les deux villes les plus peuplées de Russie à la recherche de criminels voués à l’esclavage des femmes et à la vente d’enfants. En l’espace de trois jours seulement, le 3 août, la police russe a arrêté huit personnes, accusées d’esclavage et de trafic d’êtres humains et a enquêté sur plusieurs dizaines de médecins et d’infirmières pour des crimes graves, y compris la traite d’êtres humains. Une réponse claire et déterminée à toute personne qui légalise ouvertement ou subrepticement toute forme de gestation pour autrui.

Parallèlement, il a été décidé que les bébés retourneront chez leurs mères, et si celles-ci ne veulent pas d’eux, ils seront abandonnés pour adoption à des couples russes qui prendront soin d’eux comme leur enfant.

La Russie montre une fois de plus qu’elle avance sur la voie de la défense de la familiale traditionnelle, et qu’elle n’attend pas le consentement de l’opinion publique occidentale : avoir un père et une mère biologiques est un principe non-négociable et mettre fin à tout esclavage, y compris l’esclavage féminin, est un objectif politique.

Peu de mots, encore moins de cérémonies, mais beaucoup de faits et d’actions concrets : sur ces questions, il y a beaucoup à apprendre en Occident de la Russie de Poutine.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 30.000 € pour 2021

btn_donateCC_LG

47 % 15 795 € manquants

14 205 € récoltés / 30 000 € nécessaires – depuis le 01/10/2020

 

Votre générosité nous a permis de boucler l’année 2020, nous avons besoin de votre aide pour l’année 2021 afin de continuer à donner à un maximum de nos contemporains une réinformation gratuite et variée et sans aucune concession.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Médias Presse Info, ce sont aussi 1194 vidéos et plus de 43.600 abonnés à sa chaîne YouTube (près de sept mille de plus en un an !).

Tout cela en accès gratuit.

Cliquer ici pour lire l’appel de MPI et connaitre les détails de nos besoins.

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :