Syrie / Etats-Unis – Le gouvernement syrien a vivement condamné les déclarations du président américain Donald Trump sur le statut juridique du Golan arabe syrien occupé.

Dans un message adressé au secrétaire général de l’ONU et au président du Conseil de Sécurité, le ministère des Affaires étrangères syrien a indiqué que le Golan arabe syrien occupé fait partie des territoires de la République arabe syrienne, ajoutant que la reprise du Golan de l’occupant israélien est une priorité dans la politique nationale syrienne.

“La Syrie réclame au secrétaire général de l’ONU d’adopter une position officielle confirmant la position enracinée de l’organisation internationale envers l’occupation israélienne du Golan arabe syrien”, a souligné le ministère syrien.

Le ministère a ajouté que la Syrie appelle le Conseil de Sécurité à prendre des mesures pratiques qui garantissent son rôle et son mandat directs dans l’exécution des résolutions qui obligent l’entité de l’occupant israélien à se tirer du Golan arabe syrien occupé jusqu’à la ligne de 4 juin 1967, notamment les résolutions N°242, N°338, N°497.

Et le ministère de conclure: “L’administration américaine n’a aucun droit de décider du sort du Golan arabe syrien occupé et n’importante quelle reconnaissance de sa part ou toute agression contre le droit de la Syrie de le reprendre constituent un acte illégal”.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :