Rendez-vous cette fois-ci à l’abbaye de La Trappe de Soligny en Normandie, connue pour avoir été à l’origine de l’ordre trappiste. Tout à commencé avec un modeste oratoire qui est devenu un monastère renommé. Surprenant non ? En route sur les traces de cette abbaye avec Divine Box qui vous en dira plus sur son histoire et son artisanat monastique !

L’abbaye de La Trappe de Soligny  est située dans l’Orne, au sud de la Normandie. – © Divine Box

Tout à commencé par un oratoire

L’histoire de l’abbaye de La Trappe de Soligny débute par un triste évènement : le naufrage d’un bâteau à Soligny en 1120. Mathilde, fille du roi d’Angleterre et femme du comte Rotrou III du Perche, y périt. Son mari, désespéré, érige alors dans la forêt de La Trappe, qui se situe sur ses terres, un oratoire dédié à la Vierge en souvenir de sa bien-aimée. En 1140, il y fait venir quelques moines du Breuil-Benoît. La nouvelle communauté voit le jour et intègre l’ordre cistercien en 1147, et traverse les âges. C’est le début de l’aventure trappiste ! 

L’arrivée de l’abbé de Rancé

En 1662, l’abbé Rancé prend la tête de la communauté pour le plus grand bonheur des moines ! Son arrivée transforme l’abbaye de La Trappe en un lieu rayonnant et le nombre de postulants à la vie monastique augmente en flèche ! Malheureusement, la Révolution arrive, forçant l’exil des moines et l’abandon de l’abbaye, qui devient une carrière de pierres ! Lors du retour de quelques frères, l’abbaye n’est plus qu’un amas de pierre et il faut tout reconstruire… Pas une minute à perdre !

Grâce au travail acharné des cisterciens, L’abbaye de La Trappe de Soligny redevient une abbaye rayonnante et ce tout le long du XIXème siècle ! Elle devient une exploitation agricole gigantesque qui vend ses produits dans dix magasins parisiens qui lui sont spécialement consacrés. L’abbaye de La Trappe de Soligny accueille également au fil du temps une chocolaterie, une imprimerie, ou encore une pharmacie. En 1895, les frères de l’abbaye de La Trappe de Soligny construisent (tenez-vous bien !) une voie de chemin de fer ! C’est vous dire à quel point l’abbaye de La Trappe rayonne !

     Récolte des fruits rouges pour les pâtes de fruits par les moines – © Abbaye de La Trappe de Soligny

La protection mariale de l’abbaye de La Trappe

Une petite anecdote sur l’une des sculptures les plus emblématiques de l’abbaye… En 1940, l’abbaye de Sept-Fons commande aux moines sculpteurs de l’abbaye de La Trappe une statue mariale pour protéger les frères combattants pendant la Seconde Guerre mondiale. Quand l’abbaye est prise dans les combats, les frères restés au monastère promettent de construire une statue semblable si leurs compagnons reviennent. Promesse tenue : en 1946, Notre-Dame de Confiance voit le jour. Et encore aujourd’hui, frère F. y monte tous les matins à 5h ! Cependant, cette dernière n’est pas en libre accès. Rassurez-vous, il existe une petite réplique sur le parking pour vous accueillir !

Statue de Notre-Dame de Confiance cachée au sommet d’une colline surplombant l’abbaye et lui apportant protection. – © Abbaye de La Trappe de Soligny

Et de nos jours ?

Aujourd’hui, 28 cisterciens de la stricte observance (autrement dit trappiste) vivent à l’abbaye de La Trappe de Soligny. Ils suivent la règle de saint Benoît : “Prie et travaille”. De 4h15 à 20h15, ils chantent sept offices, et le reste du temps, ils se consacrent au travail de type artisanat monastique (magasin, atelier de pâtes de fruits…) et aux visiteurs. Ils ont  des journées bien remplies !

Le travail du bois et la fabrication de pâtes de fruits sont leurs spécialités ! Si vous vous rendez sur place, vous pourrez peut-être admirer ou entendre le travail des moines, notamment à l’atelier de menuiserie. Les frères fabriquent des objets en bois, avec une machine unique au monde : elle polit cinq-cents croix à la fois en tournant toute seule. Efficace ! Les croix sont transférées dans plusieurs tambours pendant la production mais c’est dans le dernier tambour qu’un frère ajoute un produit mystère qui va venir protéger le bois et le faire briller !

Les frères coulant la préparation de pâte de fruits avant de la laisser se rigidifier – © Abbaye de La Trappe de Soligny

Pour les pâtes de fruits, les frères font tout le processus de production à la main ! Ils s’occupent d’un verger et d’une plantation de fruits rouges dont la récolte sert de base à la pâte. La préparation s’effectue à l’ancienne, avec une cuisson à ciel ouvert, sans colorants, conservateurs ou arômes ajoutés, mais avec une recette uniquement à base de pulpe naturelle de fruit.

Les pâtes de fruits sont ensuite coulées et découpées à la main par les moines, puis emballées et conditionnées sur place. Le savoir-faire des frères est perpétué par la conservation des techniques ancestrales de fabrication artisanale. Les pâtes de fruits sont 100% naturelles ! Il existe 12 parfums : ananas, abricot, banane, cassis, citron vert, coing, figue, cassis, framboise, goyave, litchi, pamplemousse et prune. Il y en a pour tous les goûts ! Comment ne pas craquer ?

Un frère trappiste avec ses pâtes de fruits devant l’abbaye de La Trappe – © Abbaye de La Trappe de Soligny

Où trouver les produits de l’abbaye de La Trappe ?

 

Le mieux pour retrouver ces délicieuses pâtes de fruits est d’aller rendre visite aux moines à l’adresse suivante : Abbaye Notre-Dame de La Trappe, lieu-dit la Trappe, 61380 Soligny-la-Trappe. Mais si c’est trop loin pour vous, vous pouvez aussi commander les produits de l’abbaye de La Trappe de Soligny sur la boutique monastique en ligne de Divine Box

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Evolution Dévolution Science

Il manquait, en langue française, un manuel de sciences naturelles qui ne fût pas biaisé par le mythe d’une évolution progressive des êtres vivants au long des âges. Alors le voici ICI pour vous fidèles lecteurs de MPI.

Cliquez ICI pour en savoir plus

%d blogueurs aiment cette page :