Située à proximité de Mulhouse, dans l’Est de la France, l’abbaye d’Oelenberg est l’unique monastère d’hommes en Alsace. Il compte aujourd’hui 9 moines, qui vivent de prière et de travail manuel et intellectuel, selon la règle de saint Benoît. Fondée en 1046, cette abbaye s’est construite au cours des siècles, avec bientôt 1000 ans de péripéties… Dans cet article, on vous explique toute l’histoire de l’abbaye d’Oelenberg, c’est parti !

©Abbaye d’Oelenberg

La fondation au XIe siècle

Tout commence en 1046, lorsque la comtesse d’Eguisheim, mère du pape de l’époque, Léon IX, fit construire ce prieuré pour des chanoines de saint Augustin. Placée sous l’autorité directe du Saint-Siège, l’abbaye se développe alors rapidement et très vite touche la dîme de 29 communes. La communauté s’accroît ainsi, tant en richesses qu’en nombre de moines. Mais cette prospérité ne dure malheureusement pas bien longtemps…

L’abbaye d’Oelenberg enchaîne ensuite en effet des périodes peu souhaitables pour une vie monastique :
– elle est ravagée par les guerres du XIVe siècle : il n’y a plus d’argent, et les moines faiblissent. Cela ne peut continuer ainsi, et l’abbaye finit par être placée sous la tutelle d’un seigneur autrichien…
– l’abbaye d’Oelenberg est ensuite rattachée aux Jésuites de Fribourg en 1626, puis à l’université de cette même ville en 1774
– A la Révolution, sans surprise, la communauté est dissoute…
– L’abbaye passe ensuite de main en main, jusqu’à devenir un pensionnat pour jeunes filles en 1821, et les moines sont contraints de se réfugier en Suisse !

Nouveau départ pour l’abbaye d’Oelenberg

Bonne nouvelle : le 29 septembre 1825, l’abbaye est finalement rendue aux moines trappistes de Darfeld, en Westphalie. La première partie du XIXè siècle est ainsi marquée par un effort colossal des moines pour redonner vie à l’abbaye. Boulangerie, imprimerie, brasserie, fromagerie, pharmacie, etc. … on y trouve tout ce qu’il faut pour subvenir aux besoins non seulement des moines, mais aussi de la population environnante.

Moins d’un siècle après, l’abbaye subit la Grande Guerre. Et ce n’est pas la seule : un groupe des trappistes d’Oelenberg part refonder l’abbaye d’Engelszell, en 1925. Lors de la Seconde Guerre mondiale, l’abbaye est bombardée, et les moines sont obligés de se disperser pendant un moment. Après les deux guerres, la reconstruction semble réellement difficile, et les réparations coûtent cher. Mais dans un élan de solidarité, le diocèse de Strasbourg, ses fidèles, ainsi que des trappistes néerlandais de l’abbaye de Zundert viennent soutenir l’abbaye. Tout le monde met la main à la pâte. Résultat : l’abbaye ressuscite ! Tout est bien qui finit bien !

Les moines trappistes d’Oelenberg allant à l’office – © Abbaye d’Oelenberg

L’abbaye d’Oelenberg aujourd’hui

Malgré les nombreuses difficultés qu’elle a traversées, l’abbaye Notre-Dame d’Oelenberg tient bon, et est aujourd’hui encore le seul monastère d’hommes en Alsace. Composé de 9 moines, qui suivent toujours la règle de saint Benoît, ce monastère est un lieu de prière, de travail, et d’accueil des visiteurs à l’hôtellerie.

Et pour terminer, une petite anecdote sur l’abbaye d’Oelenberg concernant sa bibliothèque. Les moines y passent de nombreuses heures dans la journée pour étudier, et ce depuis des siècles ! Elle contient toujours plus de 100 000 livres, et on y a notamment retrouvé la première version des Contes de Grimm, alors appelés “Manuscrit d’Oelenberg”. Dingue, non ?

Devant l’abbaye, des champs de blé à perte de vue ! C’est leur ressource principale – ©Abbaye d’Oelenberg

Et pour visiter l’abbaye d’Oelenberg ?

Si vous passez dans la région, n’hésitez pas à faire un petit détour pour visiter l’abbaye : Abbaye d’Oelenberg, rue d’Oelenberg, 68950 Reiningue !

Ou sinon, si vous n’avez pas l’occasion de vous y rendre, vous pouvez cliquer ici pour acheter en ligne les produits de l’abbaye d’Oelenberg !

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Vaccin, ce que l'on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N'hésitez pas à vous abonner ! Un abonnement annuel à 30 € seulement !

Les commentaires sont fermés

Revue choc sur le vaccin : un scandale moral, médical et politique

La dernière revue de CIVITAS arrive, c’est un baton de dynamite ! Vous pouvez déjà la précommander !

La célèbre généticienne Alexandra HENRION CAUDE y donne un entretien exclusif et explosif, et le père Joseph y aborde avec rigueur et clarté le scandale moral.

Vaccin, ce que l’on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N’hésitez pas à vous abonner !

Un abonnement annuel à 30 € seulement !

%d blogueurs aiment cette page :