Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière, a annoncé mercredi que l’Allemagne se préparait à accueillir “jusqu’à 800.000 demandeurs d’asile” au cours de cette année 2015. A titre de comparaison, elle en avait enregistré 202.000 en 2014.

Pour prendre la juste mesure du phénomène, il faut se rendre compte qu’une arrivée de 800.000 immigrés en 2015 est supérieure aux naissances durant la même année en Allemagne, estimées au nombre de 675.000.

Malgré des prévisions aussi alarmantes, le ministre allemand s’est limité à exhorter l’Union européenne à prendre des mesures. Lesquelles ? Le ministre se garde bien de le préciser.

800.000 immigrés, c’est le double des prévisions déjà catastrophiques faites initialement par le gouvernement d’Angela Merkel.

L’Allemagne est la première destination des demandeurs d’asile dans l’Union européenne devant la Suède.

Thomas de Maizière, prisonnier de son schéma immigrationniste, ne voit pas d’autre solution que de “mieux répartir” les immigrés entre les pays membres de l’UE et se plaint des pays européens qui “n’accomplissent pas leurs devoirs” et ne respectent pas le droit européen en matière d’asile. Que dire devant un tel degré d’aveuglement ? Les “élites” politiques européennes sont décidément viscéralement complices du grand remplacement de populations qui s’accélère et leurs discours ne sont que poudre aux yeux.

La chancelière Angela Merkel avait déclaré dimanche que l’immigration allait occuper les Européens davantage que les plans de sauvetage financier pour la Grèce dans les années à venir.

La colère populaire gronde en Allemagne et s’en prend de plus en plus fréquemment foyers de demandeurs d’asile.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :