american-jewish-commitee-clinton

L’American Jewish Committee (AJC), puissante organisation juive fondée en 1906 et dont l’influence s’exerce bien au-delà du territoire américain, contrairement à ce que son nom laisse entendre, fait insidieusement campagne contre Donald Trump.

« La violence et les menaces de violence n’ont pas leur place dans la politique américaine. Il ne devrait pas y avoir de menaces de perturber les rassemblements politiques et les conventions si un candidat se voit refuser la nomination a la présidence par la convention de son parti », a communiqué l’AJC. L’American Jewish Committee fait référence à l’avertissement de Donald Trump, à propos du risque d’ « émeutes » qu’entraînerait une tentative de l’expulser de la course à la présidence des Etats-Unis par l’entremise d’une sordide manœuvre politicienne que serait une convention négociée des Républicains contre Trump. Si l’American Jewish Committee met en exergue cet avertissement de Donal Trump, le présentant comme le fauteur de troubles, cette organisation juive ne dit rien des violences organisées par les opposants de Donald Trump, violences auxquelles le candidat démocrate Bernie Sanders ne serait pas totalement étranger.

L’American Jewish Committee joue évidemment sur les peurs. « Trop de démocraties ont échoué pour être remplacées par des gouvernements autocratiques lorsque la violence est devenue un outil politique de sanction, en particulier par ceux qui se sentent le droit de ne pas accepter d’ordinaires décisions de changement aux élections ». Et l’American Jewish Committee d’agiter l’épouvantail, prétendant que « rien de moins que la survie de la démocratie américaine n’est en jeu », avant de conclure avec l’argument suprême : « Nous ne faisons pas facilement d’analogie avec la montée du communisme et du fascisme, mais ces deux mouvements tyranniques ont remplacé des gouvernements démocratiquement élus en vertu de menaces ou de recours réels à la violence contre leurs adversaires ».

 Mais à part cela, bien sûr, l’American Jewish Committee déclare sans rire être une organisation « strictement non partisane » qui s’ « abstient de prendre position sur les candidats et se contente de laisser les processus électoraux se dérouler ». 

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :