Au sujet de l’art contemporain, le quotidien belge Le Soir (4 mai 2018) retranscrit ces mots de Luc Ferry :

“Les artistes “bohèmes”, à commencer par les héritiers de Duchamp, voulaient casser tous les codes de la bourgeoisie et voilà qu’ils sont aujourd’hui non seulement financés par le marché et les Etats mais qu’ils sont en outre museifiés comme les premiers pompiers venus. Leur rêve est devenu bourgeois, c’est l’académie ou le musée, si possible les deux, avec en outre l’argent du marché ou de l’Etat pour financer le tout car l’artiste est de gauche mais l’acheteur est de droite… Il me semble que c’est ce paradoxe qui est non seulement amusant mais profond. L’art contemporain tourne toujours autour des idées de table rase, de rupture avec la tradition et d’innovation radicale en quoi, sans le savoir, il est la superstructure la plus parfaite du capitalisme schumpeterien qui lui aussi ne vit que d’innovations. Pas étonnant que Jeff Koons ait commencé sa carrière à Wall Street…”

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 90 000 € pour 2024

MPI fête ses 10 ans ! Continuez de nous aider !

MPI continue de subir les attaques du système, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup