Roman Fedorovitch von Ungern-Sternberg, baron allemand, général russe de l’armée blanche à trente-cinq ans, prince mongol marié à une princesse chinoise, fait prisonnier et fusillé par les rouges en 1921, est un personnage stupéfiant dont le parcours bien réel dépasse la fiction des aventuriers romanesques les plus extraordinaires.

Dans les steppes mongoles et transbaïkaliennes, son nom n’a jamais été oublié. Et pour cause. Celui qui fut considéré comme le dernier combattant à résister militairement contre la marée révolutionnaire rouge qui submergeait la Russie, se convertit au bouddhisme, devint le propagateur du panmongolisme et dressa des plans visant à restaurer l’empire de Gengis Khan. Mais sa tentative de mise en pratique de ces aspirations muta en une chimère faite d’un lamaïsme mêlé de théosophie et d’idées nietzschéennes. Et le chevalier errant se métamorphosa en bandit de grands chemins, le rêveur en bourreau et le mystique en doctrinaire, justifiant sa cruauté par son désir de “faire régner l’ordre et la discipline”.

Le public francophone avait jusqu’ici pu découvrir le Baron Ungern par l’intermédiaire d’une biographie rédigée par l’écrivain français Jean Mabire ou encore par l’entremise d’une des aventures de Corto Maltese, la bande dessinée d’Hugo Pratt. Cette fois, c’est un auteur russe traduit en français qui dresse le portrait d’Ungern. Leonid Youzefovitch, docteur en histoire, professeur d’université à Moscou, avait remporté un vif succès en Russie avec cette biographie du Baron Ungern.

Le Baron Ungern, Leonid Youzefovitch, éditions des Syrtes, collection Syrtes Poche, 288 pages, 9 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

3 commentaires

  1. Alexandre Sanguedolce says:

    Un grand meneur d’hommes, la terreur des rouges, seule la trahison d’un des siens a pu mettre fin a son aventure sibérienne et mongole.

  2. saint-Plaix says:

    Quelle bonne idée que de reprendre et de publier des recherches sur la vie de ce héros de la Russie Blanche… J’en étais resté à “Ungern, le baron fou” de Jean Mabire qui avait eu l’immense mérite de faire revivre ce héros oublié…

  3. daflon says:

    Un grand soldat, de toute évidence, mais une place en Hop. Psy. lui aurait aussi convenue.