« Si on écoute mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix. Sinon, elle répandra ses erreurs dans le monde, produisant guerres et persécutions à l’Église  » avait annoncé la Vierge Marie à Fatima, lors de sa troisième apparition en la grotte de Iria le 13 juillet 1917.

En cette même année 1917 eut lieu la révolution d’Octobre qui intronisa la terreur bolchevique sur les vastes territoires de l’Empire Russe. La demande de la Sainte Vierge n’ayant pas été écoutée, le communisme a répandu, depuis lors, ses erreurs de par le monde et persécuté l’Église catholique. Mais surtout en l’infiltrant il l’a minée de l’intérieur dans le but de la détruire, pire d‘en faire une alliée consentante de son humanitarisme marxiste sans Dieu. Alliée qu’est incontestablement devenue la Rome conciliaire qui œuvre à concrétiser un accord avec Pékin la rouge. C’est en tout cas le cadeau empoisonné que le Vatican post-concile semble préparer pour les catholiques chinois en cette année 2017, triste centième anniversaire de la révolution communiste en Russie, qui a diffusé ses erreurs mortifères et sa terreur rouge en Chine.

Le cardinal chinois Joseph Zen, évêque émérite de Hong-Kong, est intervenu plusieurs fois pour dénoncer cette recherche d’accord qu’il compare à une trahison du Christ. Il continue courageusement à ne pas mâcher pas ses mots afin de condamner l’action vaticanesque. Dernièrement, pendant qu’il célébrait une messe pour un prêtre de l’Église catholique clandestine, le père Wei, mort dans des circonstances suspectes qui pourraient laisser supposer que le régime communiste n’y est pas étranger, il a demandé au Seigneur la grâce d’arrêter le Saint-Siège « sur le bord du précipice » et « qu’il ne vende pas [au gouvernement chinois] l’Église fidèle ».

Dans son homélie, le prélat a noté que, depuis qu’est en acte ce dialogue entre le Vatican et le Saint-Siège, ce dernier s’est tu sur les persécutions récentes subies par l’Église chinoise. Le cardinal Zen a notamment déclaré :

« Le dialogue est important et nécessaire. De toute façon, il [le Saint-Siège] est trop optimiste envers le régime communiste. Et il se fie à la diplomatie au lieu de se fier à la foi. Pour arriver à un accord, il ne s’impose aucune limite. »

Et a-t-il ajouté :

« Le Saint-Siège, à chaque fois, choisit le compromis jusqu’à la vente de soi-même pour aplanir les choses. Mais cela n’est pas ce que Dieu attend de l’Église et ce n’est absolument pas fidèle à la mission que Jésus a confié à ses apôtres. »

D’après les renseignements obtenus par Asia News qui relate ce sermon, ces commentaires semblent avoir été provoqués par certaines nouvelles que le cardinal aurait reçues récemment et qui sont « très choquantes ». Il pensait en effet que l’accord était en suspens.

Sans donner aucun nom de diocèse le cardinal a affirmé que

« ces derniers sont en train de pousser pour réaliser un plan diabolique : demander aux évêques fidèles de donner leur démission pour laisser le champ libre aux évêques illicites et excommuniés. Qui aurait cru une chose pareille ? Cela présage d’un immense désastre pour l’Église. »

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires