alejandro-sanz

Le féminisme idéologique ne défend pas les femmes, bien au contraire. Le chanteur hispanophone Alejandro Sanz vient d’en faire l’expérience. Il a interrompu son récent concert à Rosario (Mexique) pour réprimander un homme qui, dans les premiers rangs de l’assistance, maltraitait une femme, puis il a appelé la sécurité pour le faire sortir de la salle avant de reprendre son spectacle.

Cette attention pour une femme maltraitée a soulevé l’ire des féministes. Au lieu d’applaudir l’attitude chevaleresque de Sanz, comme l’ont fait la Garde civile, la Police Nationale et les vedettes Antonio Banderas et Monica Naranjo, les « féministes » ont critiqué le chanteur l’accusant de « machisme patriarcal ».

L’assaut est parti du collectif « feminiprogre ». Selon ces hystériques, les chansons romantiques d’Alejandro Sanz « sont causes structurelles de la violence contre les femmes » !

De son côté, Alejandro Sanz a déclaré : « Je n’ai fait rien d’extraordinaire (…). J’ai vu quelque chose qui, je crois, était mal. Je pense que maltraiter quelqu’un n’est pas bien, en particulier si ce sont des femmes, cela me semble bien pire ».

L’Association Femmes Unies contre la Maltraitance (MUM) ne s’y est pas trompée : « Le geste d’Alejandro Sanz est plus efficace que n’importe quelle campagne», a déclaré sa présidente Carmen Benito.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :