Allemagne – Le 30 juillet 2016 avait lieu la grande manifestation à Berlin intitulée « Merkel muss weg », « Merkel doit dégager ».

Julia, une jeune Allemande de 24 ans, n’appartenant à aucun parti, a pris la parole pour exprimer le mécontentement du peuple allemand. Elle a dénoncé le déferlement migratoire, l’insécurité, le terrorisme, et elle a souligné les responsabilités de l’Union Européenne et de la chancelière Angela Merkel.

Julia l’a martelé avec la fougue de sa jeunesse, il est temps de se lever, de s’opposer, de résister, de crier qu’un enfant sur cinq en Allemagne est considéré comme pauvre, que les droits sociaux de ses compatriotes se réduisent, qu’il y a 850 000 sans-abri, qu’un retraité sur deux a du mal à vivre avec des revenus en deçà du minimum social. Autant de choses insupportables au moment où est décidée et renforcée une politique d’immigration massive.

« Lève-toi, peuple d’Allemagne, c’est notre patrie, notre culture et notre pays ! On ne doit pas accepter qu’on nous l’enlève ! L’Allemagne nous appartient ! L’Allemagne a besoin de nous, ici et maintenant ! »

Julia a rappelé les propos de Merkel, pour qui il n’y a « aucune islamisation » du pays, qui prétend que tout est « sous contrôle  ». La jeune Julia a ensuite énuméré les transformations consécutives à l’arrivée en Allemagne des 1.100.000 immigrés en 2015 [et 600.000 nouveaux immigrés prévus en 2016, 400.000 en 2017 et 300.000 par an les années suivantes), en majorité musulmans : par exemple, les fêtes de Noël, rebaptisées « foire d’hiver » pour ne pas déranger les «  nouveaux citoyens », et l’explosion du halal dans les supermarchés. Elle aborde également le thème de la souffrance animale, et des menus dans les cantines scolaires.

Devant la paupérisation de la population allemande, Julia, qui rappelle que de plus en plus d’enfants n’ont qu’un repas par jour, dénonce la poursuite de la politique d’immigration massive et le gâchis de l’argent public qui en découle. Elle accuse Merkel de se faire plus de souci pour les migrants que pour les Allemands. Elle aborde ensuite l’augmentation des viols perpétrés par des migrants qui considèrent les femmes locales comme à la fois « infidèles  » et « inférieures  ».

« Laissez-moi dire aux violeurs qu’avec une telle mentalité, ce sont eux qui sont inférieurs aux femmes ! »

Julia désigne les juges en tant que complices de ceux qui contribuent à accroître l’insécurité. Julia exige alors de Merkel qu’elle s’occupe en priorité du peuple allemand, ce pourquoi elle a été élue. Et rappelle le propos scandaleux de Merkel : « Si vous ne supportez pas ma politique d’accueil, alors ce n’est pas votre pays ». Julia rétorque avec passion que l’Allemagne appartient au peuple allemand, pas à sa chancelière.

« Vous, madame Merkel, vous êtes personnellement responsable de chaque crime, chaque viol, chaque agression et chaque attaque terroriste contre le peuple allemand ! Vous avez ce sang sur vos mains ! » (« Traître à la nation », hurle la foule)

« Fermez les frontières ! Ramenez nos soldats des champs de bataille étrangers, et expulsez les migrants criminels sur le champ ! » (la foule crie : « Que ceux qui n’aiment pas l’Allemagne la quittent ! »)

Julia se lance alors dans une défense très combative de la femme allemande :

« Les filles : souvenez-vous que nous ne sommes ni inférieures ni égales. Nous sommes les femmes allemandes, nous sommes fières et indépendantes ! Et nous l’assumons sans accepter de nous faire traiter de nazies ! La fierté patriotique n’a rien à voir avec la xénophobie ou le fait d’être nazi. »

Et pour finir :

« Nous ne sommes pas seulement une ville, non, nous sommes une Allemagne, et nous sommes un peuple. Et si nous nous unissons, alors nous serons forts ensemble ! »

(source des traductions : Egalité & Réconciliation)

 

 

 

 

 

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

17 commentaires