Le 11 décembre dernier, l’hôpital de Rouen a subi une violente attaque informatique. Il a fallu revenir au crayon, à la plume à écrire, au papier, et surtout étendre le blocage de tous les systèmes informatiques, de peur que la panne ne se propage.

« Cela a créé de grosses perturbations dans tous nos modes de traitement informatisés, notamment la prise en charge des patients, les prescriptions, les comptes rendus, la gestion des admissions. Cela a entraîné des délais très longs de prise en charge, même s’il n’y a pas eu de mise en péril de la santé des personnes hospitalisées », a ajouté Rémi Heym, directeur de la communication du CHU. Tous les patients graves se présentant ont été de même envoyés vers d’autres hôpitaux. Il a fallu reconstituer les dossiers : tâche quasiment impossible.

Fin juillet, la banque américaine Capital One annonçait le vol des données de 106 millions de clients. Le pirate, ingénieur en informatique, a été appréhendé par le FBI. Mais il y a mieux, si l’on peut dire. Ramsay Générale de santé est un consortium de 120 cliniques en France. Il a fait l’objet d’une attaque informatique colossale qui a infecté la totalité des applications. Il a été victime d’un ransomware ; c’est un logiciel qui capte les données demande une rançon pour les rendre. Du grand banditisme… Un dossier médical peut se vendre jusqu’à 2.000 euros à des laboratoires de recherches.

Le phénomène est mondial. De nombreuses cliniques et hôpitaux en France ont ainsi été « hackées ». Ce peut être aussi les applications et les messageries. C’est une menace dans le secteur sanitaire ; mais aussi dans les domaines économiques ou industriels. Le NHS, système de santé public anglais, a été gravement touché. En 2017, ses systèmes ont été infectés par le rançongiciel (ransomware) WannaCry, causant le report ou l’annulation d’interventions médicales. Aux États-Unis, 176 millions de dossiers de santé ont été piratés entre 2010 à 2017. Et en France, le ministère de la Santé a recensé en 2016, 1 341 déclarations d’attaques subies par des hôpitaux, des cabinets de ville, des EHPAD, etc.

Quels intérêts y a-t-il à pirater de telles structures ? Ils sont au nombre de trois : le vol de données ; le cyber-espionnage ; l’extorsion de fonds. Le vol de données médicales met directement en jeu la vie les patients. Les contre-feux sont bien difficiles à établir.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :