Le député LREM du Val d’Oise Aurélien Taché s’est lamentablement ridiculisé samedi dernier sur un plateau de télévision en présentant le serre-tête comme un symbole religieux catholique.

Sa déclaration intervenait dans le cadre du débat sur le hijab vendu par Décathlon.

« Vous me posez la question pour une jeune fille de 12 ans qui porterait le voile et serait élevée dans une famille musulmane. Est-ce que vous me poseriez la question pour une famille catholique, une jeune fille à qui on mettrait un serre-tête ? Bien sûr que non », a déclaré Aurélien Taché lors de l’émission C l’hebdo, sur France 5, samedi.

Aussitôt, les réseaux sociaux se sont emballés. On ne compte plus les messages se moquant du député Aurélien Taché. Au point que celui-ci s’est fendu dimanche d’un communiqué sur le sujet.

Toujours maladroit, le député a présenté ses excuses à ceux que ses propos « auraient pu blesser ». En l’occurrence, personne ne s’est senti blessé. Quantité de Français ont simplement constaté l’ampleur de l’inculture d’un membre de l’Assemblée Nationale à qui on confie le soin de voter des lois.

Qui plus est, le député Aurélien Taché, qui se dit par ailleurs très attaché à la laïcité, et a prouvé ne rien connaître du christianisme, semble néanmoins désireux de « faire découvrir la culture de l’Islam », comme en atteste son tweet dans lequel il se félicitait « d’avoir posé la première pierre de la mosquée de Jouy le Moutier ».

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :