Alors que le laboratoire pharmaceutique Pfizer a fait la une des journaux en annonçant la sortie imminente de son vaccin COVID-19 en grande pompe, un ancien vice-président et ancien directeur scientifique de Pfizer a catégoriquement rejeté la nécessité de vacciner contre le Covid-19.

Dans un article récent, le Dr Michael Yeadon, qui «a passé plus de 30 ans à diriger la recherche sur les nouveaux médicaments [contre les allergies et les affections des voies respiratoires] dans certaines des plus grandes sociétés pharmaceutiques du monde», et a pris sa retraite de  Pfizer  avec «le poste de recherche le plus élevé dans ce domaine”, a écrit: 

Il n’y a absolument aucun besoin de vaccins pour éteindre la pandémie. Je n’ai jamais entendu une telle absurdité. Vous ne vaccinez pas les personnes qui ne sont pas à risque de contracter une maladie. Vous ne prévoyez pas non plus de vacciner des millions de personnes en bonne santé avec un vaccin qui n’a pas été testé de manière approfondie sur des sujets humains.

Le scientifique britannique a également émis une critique globale du Scientific Advisor Group for Emergencies (SAGE), l’agence gouvernementale britannique chargée de conseiller le gouvernement en matière de lutte contre l’épidémie de Covid-19. SAGE a joué un rôle prédominant dans la détermination des politiques de confinement au Royaume-Uni, y compris celles  récemment  mises en œuvre.

Après avoir souligné que le SAGE manquait d’expertise essentielle dans le domaine qu’il traite, avec «aucun immunologiste clinique» comme membre, le Dr Mike Yeadon met en évidence deux erreurs fondamentales que l’agence SAGE a commises dans ses présuppositions qui font que ses conclusions globales tournent radicalement de travers conduisant à la «maltraitance de la population depuis environ sept mois. »  

Première erreur fondamentale: présomption «ridicule» de sensibilité à 100%

Yeadon déclare que cette notion est «ridicule car si le SRAS-CoV-2 est en effet nouveau, les coronavirus ne le sont pas. Il n’existe pas de «virus sans ancêtre». » En effet, souligne-t-il, il existe au moins «quatre coronavirus endémiques induisant le rhume … [qui] circulent librement au Royaume-Uni et ailleurs». Ceux qui ont été infectés par «un ou plusieurs de ces coronavirus endémiques produisant le rhume dans le passé, ont une immunité [des lymphocytes T] durable et robuste, non seulement contre ces virus, mais contre des virus étroitement apparentés. Le SRAS-CoV-2 est l’un de ces virus étroitement apparentés. »

Contredisant une fois de plus la compétence de l’agence SAGE, le Dr Yeadon déclare: «Ne pas s’attendre à un tel croisement, c’est… démontrer le manque de compréhension nécessaire pour construire un modèle suffisamment fiable pour être utilisé».

En outre, il déclare que le test PCR commun qui est utilisé pour détecter les «cas» de COVID-19, peut s’avérer positif lorsque quelqu’un est infecté par l’un de ces coronavirus du rhume communs, ce qui rend ce test beaucoup moins fiable. Bien sûr, sur la base des résultats finaux de ces tests, plusieurs milliers d’individus ont reçu l’ordre de perturber leur vie et de «s’auto-mettre en quarantaine» pendant 14 jours.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :