La France va assurer pour les six premiers mois de l’année 2022, la présidence de l’union Européenne.

Présent hier 19 janvier au sein du parlement européen à Strasbourg, le président Emmanuel Macron a inauguré ses fonctions de président du Conseil de l’Union européenne ce mercredi devant les eurodéputés. Il a prononcé un discours énonçant les objectifs de la présidence française de l’Union européenne, qui a débuté le 1er janvier, et se terminera le 30 juin prochain.

Alors que les euro-députés ont élu à la tête du Parlement européen, Roberta Metsola connue pour ses positions anti-avortement, Emmanuel Macron a présenté ses deux priorités parmi les objectifs qu’il a détaillés.

Le président sans enfant a dit souhaiter que le droit à l’avortement et la protection de l’environnement soient intégrés dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Au cours de son allocution, il a assuré que la présidence française serait une présidence de « promotion des valeurs qui nous font ». Et selon lui, le droit à l’avortement en fait pleinement partie. Il a ainsi dit sa volonté de l’intégrer à la Charte européenne des droits fondamentaux : « Je souhaite que nous puissions actualiser cette charte, promulguée il y a vingt ans, pour être plus explicite (…) sur la reconnaissance du droit à l’avortement », a-t-il ainsi lancé. Il faut « actualiser cette charte pour être plus explicite sur la reconnaissance du droit à l’avortement ou sur la protection de l’environnement ».

Dans une posture schizophrène, ces mêmes députés qui ont élu une anti-avortement à leur tête, ont vivement applaudi ce discours axé sur la culture de mort. « Ouvrons ce débat librement avec nos concitoyens et de grandes consciences européennes pour donner un nouveau souffle à notre socle de droits qui forge cette Europe forte de ses valeurs, seul avenir de notre projet politique commun », a ajouté Emmanuel Macron.

Pour conclure, être ‘européen’ aujourd’hui c’est être pour l’avortement… Les contre-valeurs sont les fondamentaux de cette machine à détruire les peuples européens qu’est la technocratique et mondialiste Union Européenne. 

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :