Ron DeSantis a annoncé un plan en trois volets pour tenir l’industrie pharmaceutique responsable, comprenant une enquête sur les décès cardiaques induits par le « vaccin » anti-Covid et la mise en place d’un comité d’orientation sanitaire indépendant.

Le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, veut une enquête par un grand jury à l’échelle de l’État sur « une activité criminelle ou illicite » liée aux injections d’ARNm contre le COVID.

« Une enquête est justifiée pour déterminer si l’industrie pharmaceutique s’est livrée à des pratiques frauduleuses. Les habitants de Floride méritent de connaître la vérité », a déclaré DeSantis dans sa requête de mardi à la Cour suprême de Floride demandant l’enquête du grand jury.

La requête souligne que « la loi de Floride interdit les pratiques frauduleuses, y compris la diffusion de publicités fausses ou trompeuses d’un médicament et l’utilisation de toute suggestion qu’une application d’un médicament est efficace alors qu’elle ne l’est pas« .

« L’industrie pharmaceutique a une histoire notoire d’induire le public en erreur à des fins financières. Des questions ont été soulevées quant à la véracité des représentations faites par les fabricants pharmaceutiques de vaccins COVID-19, notamment en ce qui concerne la transmission, la prévention, l’efficacité et la sécurité », poursuit la requête.

La requête met en opposition les affirmations de Moderna, Pfizer et des établissements de santé fédéraux selon lesquelles les injections sont sûres et efficaces avec des preuves répétées des graves effets secondaires, y compris des décès d’origine cardiaque, trouvés par le ministère de la Santé de Floride ainsi que des chercheurs à travers l’Europe. .

Par exemple, à l’été 2021, Moderna et Pfizer ont annoncé qu’ils n’avaient pas «établi» de lien «causal» entre l’inflammation cardiaque et leurs injections anti-COVID. Seulement quatre mois plus tard, ils ont admis un risque de myocardite induite par injection sur leurs sites Web, mais ont affirmé que c’était « très » rare, et Moderna a affirmé qu’il était « généralement bénin« .

Cependant, des études montrent que « la surmortalité due aux crises cardiaques a augmenté de manière significative pendant la pandémie de COVID-19« , souligne la requête, en particulier parmi les 25 à 44 ans, semblant montrer des dangers d’effets secondaires plus graves que ceux admis par les sociétés pharmaceutiques.

Mardi, DeSantis a également annoncé des plans supplémentaires pour « enquêter sur les décès liés au vaccin à ARNm » et « pour mettre en place un comité d’intégrité de la santé publique pour superviser l’établissement médical« .

Lors d’une discussion sur la «sur la responsabilité des vaccins ARNm contre le COVID-19» qui s’est tenue mardi, le chirurgien général de Floride, le Dr Joseph Ladapo, a élaboré une «étude de surveillance» planifiée, distincte de l’enquête du grand jury, qui examinera l’incidence de la myocardite parmi les personnes « vaccinées ».

« C’est une question qui, j’en suis sûr, empêche les PDG de Pfizer et de Moderna de dormir la nuit, en espérant que personne ne regarde jamais. Mais nous allons regarder ça ici en Floride », a déclaré le Dr Ladapo, qui a noté que l’étude impliquerait des médecins légistes ainsi que des chercheurs de l’Université de Floride.

DeSantis a également signalé que le nouveau comité d’intégrité de la santé publique de Floride serait chargé d’évaluer les conseils liés aux soins de santé publique, et « en particulier » de « proposer des évaluations critiques des choses que font des bureaucraties comme la FDA, le CDC et le NIH ».

Il a ajouté que le comité serait composé des experts de la santé présents à cette discussion : les Dr Jay Bhattacharya, Dr Martin Kuldorff, Dr Tracy Høeg, Dr Joseph Fraiman, Dr Christine Stabell Benn, Dr Bret Weinstein et Dr Steven Templeton.

« Cela ne va pas seulement aider la Floride. Cela va aider les gens partout aux États-Unis d’Amérique », a déclaré DeSantis.

Lors de la table ronde, les médecins ont discuté des résultats de la recherche démontrant la nécessité des enquêtes sur le COVID ainsi que d’un comité de santé indépendant de l’établissement médical.

Le Dr Fraiman a raconté comment il avait trouvé des résultats de sécurité clinique «désastreux» pour le vaccin ARNm de Pfizer lorsqu’il a examiné les données brutes et a observé un décalage entre les données et ce que Pfizer rapportait réellement.

« Il y a eu une augmentation de 37 % du nombre d’événements indésirables. Cela n’a jamais été signalé. Pas par la FDA, pas par Pfizer. En fait, Pfizer a déclaré que l’incidence des événements indésirables est similaire dans le groupe vaccin et le groupe placebo. [Une] augmentation de 37 % n’est pas similaire. C’est en fait statistiquement, significativement différent », a déclaré le Dr Fraiman.

Le groupe de la table ronde a entendu des Floridiens qui avaient subi de graves réactions indésirables à la suite des injections, y compris un policier à la retraite de Pensacola Steve Ordonia, qui a déclaré qu’il était tombé malade « immédiatement » après sa piqûre de rappel Pfizer COVID et « avait commencé à ressentir des symptômes semblables à ceux d’un accident vasculaire cérébral« . Ses réactions se sont progressivement aggravées au point de « s’agiter de manière incontrôlable », et après que l’hôpital l’a libéré sans autre explication que le « stress », il « a envisagé le suicide à plusieurs reprises ».

« Il est difficile d’imaginer combien de personnes dans ce pays souffrent, et souffrent seules parce que la communauté scientifique nie leur expérience« , a fait remarquer le Dr Ladapo lors de la table ronde.

Le Dr Weinstein a fait valoir que l’establishment médical n’a pu affirmer qu’il existe un « consensus scientifique » en faveur des injections contre le COVID qu’en raison de la censure et d’une politique médicale uniforme transmise « d’en haut« .

« Et puis, cette politique a été protégée par ces mesures de censure draconiennes, par la calomnie… la censure crée un faux sentiment qu’il y a un accord entre tous les médecins responsables sur ce qu’il faut faire et les quelques médecins qui disent le contraire sont marginalisés« , a regretté le Dr Weinstein.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :