La révolution arc-en-ciel s’infiltre partout, aucune sphère de la société ne doit échapper à son empreinte idéologique. L’Eglise conciliaire, pape François régnant, tombe pratiquement dans son escarcelle.

Récemment, un couple de parents italiens vivant en Autriche décrivent sur le blog du journaliste Aldo Maria Valli comment les cercles catholiques qu’ils fréquentent sont désormais largement infectés par les croyances LGBT. Ci-dessous quelques extraits de leur lettre.

« Nous vivons à Innsbruck, en Autriche, nous sommes un groupe de familles catholiques italiennes. […] Nous avons décidé de raconter à travers votre blog quelle est la situation dans ces régions, où l’Église institutionnelle soutient depuis quelque temps déjà l’idéologie Lgbtqi+.

« Pour donner quelques exemples : depuis des années, nous avons des bancs arc-en-ciel devant les églises et dans les terrains de jeux, assortis par de plaques en soutien à la communauté Lgbtqi ; le passage piéton est arc-en-ciel ; à l’intérieur et à l’extérieur des églises, des drapeaux arc-en-ciel flottent ; sur les bancs de l’église (y compris de la cathédrale), vous pouvez trouver divers dépliants annonçant des événements pastoraux diocésains pour promouvoir l’idéologie du genre. Parmi les diverses initiatives, il y a des bénédictions pour les couples non hétérosexuels (énumérer les différentes options serait trop long), des conférences organisées par la célèbre université de théologie pour promouvoir « la beauté d’avoir été créé hybrides » (ils l’ont vraiment dit ainsi, citant la Genèse ), ainsi que des prières pour les jeunes intitulées Kreuz und queer – pride prayer. Le dépliant de cette initiative avec l’imprimatur diocésaine se trouve directement dans la cathédrale et dit : « L’arc-en-ciel ne représente pas seulement l’alliance entre Dieu et les hommes (Gen 9 :13), mais est également un symbole important pour la communauté Lgbtq et en tant que tel peut être vu comme un signe de la variété et de la beauté de la création de Dieu. Ces journées de prière  kreuz und queer  ont pour objectif de confronter la croyance et l’enseignement de l’Église avec les différentes réalités relationnelles possibles. Au cours de cet événement, organisé par des étudiants en théologie et pédagogie catholiques (c’est-à-dire futurs enseignants de religion et assistants pastoraux, ndlr) il y aura des moments de prière de la Fierté dans la Spitalskirche […].

« Comme si cela ne suffisait pas, notre fils de dix ans, qui fréquente une école catholique (des Ursulines) a reçu à plusieurs reprises une leçon sur le thème homosexuel-transgenre, avec beaucoup de pages à étudier et des commentaires agressifs envers ceux qui, comme nous, pense différemment. Notre fils a été choqué : il est rentré à la maison plein de colère, mais au début, il avait peur de nous dire pourquoi. Il en a parlé avec son frère de quatorze ans et nous a finalement dit : « Qu’est-ce qui m’intéresse dans le sexe entre deux hommes ou deux femmes. Je me sens mal à l’aise d’entendre parler de sexe en général et je ne comprends même pas ça entre un homme et une femme ! Que veulent-ils de nous ? ».

L’évêque du lieu, Mgr Herman Glettler, n’a pas daigné recevoir ces parents ni répondre à leur lettre, l’Eglise bergoglienne n’est manifestement  « en sortie » que dans les « périphéries » à la mode.

C’est par un appel à l’aide à des prêtres courageux que se termine cette lettre :

« Nous voudrions que les Bergers sortent au grand jour, avec leurs visages, sur les places, comme l’a fait saint Antoine de Padoue, et reviennent combattre les hérésies avec la force de la Parole du Christ, confiant en Lui, sans crainte. Avec la Croix dans une main et l’épée à double tranchant dans l’autre. C’est leur mission ! Nous voudrions qu’ils aient le courage de faire des homélies concrètes sur ce qui nous envoie vraiment en enfer aujourd’hui. S’ils finissent en prison, ils auront Saint Paul comme compagnon de cellule. Nous avons besoin de saints pasteurs ! Nous avons besoin d’entendre leur voix, comme celle désormais unique de Monseigneur Viganò. Nous devons également ‘toucher leurs vêtements’.

« Nous, les familles, sommes prêtes à les accueillir dans nos maisons, voire à les cacher, si nécessaire. Nous avons besoin de leurs mains bénissantes sur nos têtes !

« Nous sommes un groupe de cinq familles italiennes dispersées en Autriche. Nous prions ensemble, nous récitons le chapelet (la seule arme efficace pour combattre), nous offrons des sacrifices ensemble avec nos enfants (même le plus jeune, cinq ans, nous a dit : « J’offre ma douleur à l’épaule pour cela »), nous enseignons le catéchisme à la maison. Nous travaillons dans des environnements favorables aux Lgbtqi, nous nous battons pour rester à flot, nous nous battons contre l’idéologie de la vaccination (même en tant que médecins).

« Dans la persécution, le peuple de Dieu a plus que jamais besoin de bergers courageux qui conduisent le troupeau de près. Jusqu’à présent, aucun prêtre (et nous en connaissons beaucoup) ne nous a dit : « Je t’aide, je m’implique, je viens prier avec toi, je parle avec l’évêque avec toi ». Même les prêtres les plus fidèles et pleins de bonne volonté ont peur et préfèrent tout nous déléguer à nous les laïcs. Mais si au moins ils nous aidaient à prier ! […]

« Courageux prêtres, nous savons que vous êtes là. Nous voulons vous adopter par la prière et les travaux ! Vous n’avez rien à craindre. Le Seigneur lui-même a dit que l’Esprit leur révélera ce qu’il faut dire et c’est de la Croix qu’il attirera chacun à lui. »

La lettre a été écrite « depuis les catacombes autrichiennes (toujours sans pasteur) ».

Monde arc-en-ciel, soutien à Biden le pro-avortement, ‘vaccins’ dérivés de cellules de fœtus avortés volontairement, l’Eglise conciliaire devient visiblement une alliée de la culture de mort. Et fait fuir les quelques catholiques attachés intégralement à la doctrine de toujours qui lui restent et qu’elle n’a pas encore perdus en 70 ans de modernisme et de néo-protestantisme pratiques. 

Francesca de Villasmundo         

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Avez-vous lu les 4 évangiles ? Dans leur intégralité ?

Non, certainement. Beaucoup de chrétiens n’en connaissent malheureusement que de courts extraits lus à la messe.

Si vous en connaissiez le trésor, vous ne perdriez pas une minute. Ce livre ne peut-être plus beau, ce sont tous les détails de la vie de NSJC racontés par les 4 évangélistes.

%d blogueurs aiment cette page :