A Béziers, les règles lors des cérémonies de mariage vont être dorénavant plus strictes sur décision du maire de la ville, Robert Menard.

La municipalité a notamment décidé d’interdire les drapeaux étrangers lors des cérémonies de mariages et de faire signer aux futur mariés une charte de bonne conduite.

Depuis début février, les futurs mariés doivent signer cette charte à laquelle ils devront se conformer avant et pendant la cérémonie de mariage. Parmi les points à respecter, il leur est interdit de jouer d’un instrument, de danser avant ou pendant la cérémonie ou encore d’arborer un drapeau étranger.

« Nous ne sommes pas à une manifestation sportive », explique Laurence Rul, conseillère municipale déléguée à l’état-civil. Selon l’élue, « si les personnes se marient à la mairie, c’est donc sous le régime de la République française », explique-t-elle. « Il y a d’ailleurs, dans la salle de mariage de l’Hôtel de ville, le drapeau français et européen ».

La mairie de Béziers précise que cette charte intervient après « le constat de plusieurs débordements lors des années précédentes ». Laurence Rul évoque notamment de nombreux problèmes liés aux horaires serrés ainsi qu’un « comportement dangereux en voiture » précisant qu’il s’agit là d’une minorité de cas.

En un mot, à Béziers, le maire fait barrage aux mœurs exotiques !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :