Le Monde du 17 mars révèle les pratiques douteuses de la société Facebook :

« Tables de ping pong, canapés moelleux, bars à smoothies… La plupart des géants de la tech rivalisent d’inventivité pour transformer leurs sièges sociaux en espaces de travail ultramodernes où il fait bon vivre. Le but : stimuler l’innovation en chouchoutant les employés. Voilà pour la façade. Mais derrière ce cadre idyllique se cache une culture du secret poussée à l’extrême. Et gare à ceux qui brisent la loi du silence. Le site du journal britannique The Guardian a publié, vendredi 16 mars, une enquête montrant comment les géants de la Silicon Valley font en sorte que rien ne fuite d’entre leurs murs. Le récit et les témoignages sont glaçants. Facebook a ainsi mis en place une équipe de « chasseurs de taupes ». « Ce qu’ils savent sur toi est terrifiant », affirme un ancien salarié sous couvert d’anonymat. Accusé d’avoir divulgué des informations anodines à la presse, ce dernier a été confronté à ce qu’il appelle « la police secrète de Mark Zuckerberg », le patron de l’entreprise. Ses employeurs savaient tout, dit-il : les enregistrements d’une capture d’écran qu’il avait prise, les liens sur lesquels il avait cliqué… Ils lui ont aussi expliqué qu’ils avaient eu accès à sa conversation par tchat avec le journaliste. Officiellement, cette surveillance – et les menaces de poursuites judiciaires qui vont avec – sert à détecter et prévenir la violation des droits de propriété intellectuelle. Mais, dans les faits, elle sert aussi à empêcher les employés de parler librement en public, y compris de leurs conditions de travail. »

Rappelons plusieurs choses sur « Face de bouc ».  Son patron, Mark Elliott Zuckerberg, est pressenti comme un candidat potentiel pour le Parti Démocrate en 2020. Volontiers menteur, il prétend n’avoir aucune idées politiques, mais son entreprise favorise outrageusement la gauche et l’extrême gauche, sans parler de son soutien appuyé à Hillary Diane Clinton. Il a acquis 1,44 km² de l’île paradisiaque de Kauai, la 4e de l’archipel d’Hawaii par la superficie (1.446 km²). Facebook vient de censurer le site patriotique anglais Britain First, au moment même où éclate le scandale de pédophilie raciste de Telford, impliquant une fois encore tortionnaires pakistanais et victimes blanches. Rappelons que la vice-présidente, Jayda Kaleigh Fransen, rendue célèbre parce que le président Donald John Trump avait retweeté un de ses messages le 29 novembre 2017, a eu, comme le dit si poétiquement Les Inrocks, « un événement traumatique dans son enfance qui l’a fait grandir trop vite ». Il ne faut pas être psy pour en deviner la nature quand on sait l’implication de chaque instant de cette amazone dans la dénonciation des viols racistes… Il y avait la dictature dure en bottes sur le bitume, avec Zuckerberg et ses frères de Silicon (si vous trouvez le mot trop long, réduisez-le à 4 lettres, façon banane, en prenant les deux bouts…) nous aurons la dictature molle en chaussons sur le tapis. Tapis de souris, bien-sûr. Vous avez aimé 1984 ? Fahrenheit 451 ? Vous allez adorer le monde selon la face de bouc. Vous savez, celui qui amenait la lumière…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :